Critique : Mission: Impossible – Fallout

Une bande démo de cascadeurs

Fiche

TitreMission: Impossible – FalloutTitre VO
RéalisateurChristopher McQuarrieScénaristeChristopher McQuarrie
ActeursTom Cruise, Henry Cavill, Ving Rhames, Simon Pegg, Rebecca Ferguson, Sean Harris, Angela Bassett, Vanessa Kirby, Michelle Monaghan
Date de sortie01 / 08 / 2018Durée2h 27
GenreAction, Aventure, ThrillerBudget178 000 000 $

Les meilleures intentions finissent souvent par se retourner contre vous… Ethan Hunt, accompagné de son équipe de l’IMF (Impossible Mission Force) et de quelques fidèles alliées sont lancés dans une course contre la montre, suite au terrible échec d’une mission.

« Sérieux, on vient de comparer l’action de notre film à Mad Max: Fury Road ? Wow, même moi, je n’aurais pas osé. »

Critique

Après un épatant Rogue Nation et des critiques dithyrambiques (97 % sur Rotten Tomatoes, de quoi rendre jaloux Marvel Studios), je peux dire que j’étais sacrément impatient d’accepter cette nouvelle mission. Au point que j’ai dû batailler pour me dégager un créneau afin de me rendre au cinéma. Une mission impossible que j’ai relevée. Entre nous, c’était le moment où je me la pète, parce qu’en fait, ce n’était pas vraiment une mission impossible, juste délicate (« Chérie, tu peux garder la gamin toute seule, ce soir ? »). Trêve de bavardages superficiels, place maintenant à la critique.

Quand l’incruste gâche la soirée

Les scènes d’action. On peut dire que c’est la chose qui revient le plus souvent quand on parle de cet épisode. Notamment avec le renfort des chiffres qui donnent le tournis. Je ne vais pas en faire l’étalage. Première, Allociné et compagnie sont parfaits pour ça. Je vais plutôt livrer mon ressenti face à celles-ci. Commençons d’abord avec ma plus grande déception. La balade dans Paris. Dans l’ensemble, c’était plutôt sympa, mais il n’y avait rien de fou. Surtout ça s’accompagne d’un moment que j’ai trouvé raté. La piste en moto d’Ethan Hunt (Tom Cruise) dans les coins les plus populaires de Paris. J’ai trouvé ça fun, car ce sont des coins que je côtoie assez souvent étant donné que j’habite dans la capitale.

Par contre, pas fun du tout est l’utilisation d’un masque numérique pour ajouter le visage de Tom Cruise sur le motard effectuant la cascade. Pas fun non plus, l’ajout de voitures numériques pour densifier le trafic. En plus de rendre la séquence assez laide, la combinaison des deux a un effet pervers. Sur toutes les scènes qui ont suivi, j’étais dans une posture où je doutais des images du style « C’est live ou numérique, ça ? ». Quel dommage de ruiner tout l’effort qui a été fait pour rendre le spectacle aussi authentique que possible. D’autant plus que pour le débarquement de Paris, on a droit à une séquence spectaculaire et s’en est suivi un combat dans les chiottes n’ayant rien à envier aux films asiatiques.

La narration au service de l’action

D’un point de vue narratif, c’est assez raté pour moi. Déjà, l’intrigue est prévisible de bout en bout en plus de s’embarrasser avec un pathos pathétique. Certes, les gars derrière Mission: Impossible – Fallout ont voulu resserrer l’histoire autour d’Ethan Hunt, mais c’était obligé de faire aussi mélo ? Bref, ça ne m’a rien fait. Aussi, pour moi, Mission: Impossible, ça restera à jamais le premier. Celui de Brian De Palma. Le suspense distillé sur la scène d’ouverture et lors du cambriolage du siège de la CIA à Langley. Je n’ai plus jamais revécu ça avec la saga. C’étaient des scènes d’action au service de la narration. Et non, pas l’inverse comme ça semble être le cas avec Fallout : une succession de cascades dont le scénario bouche les trous. Au moins, cet épisode fait un hommage au premier épisode qui m’a sacrément fait plaisir.

Quant à la nouvelle star de cet épisode : Superman. Henry Cavill en impose au premier abord mais finit rapidement par se faire ridiculiser. Dès lors, tout le reste du film, il n’a plus aucune crédibilité et galère sévère. Un gâchis. Tout comme l’équipe de l’IMF. Plus inutile qu’elle, tu meurs (sauf si tu t’appelles Ethan Hunt).

Par qui plie son chewing-gum, le2 août 2018.

Tom vient d’avoir une révélation sur la scientologie

Conclusion

Après Rogue Nation, j’étais pressé de retrouver la saga. Malheureusement, ça a été des retrouvailles décevantes. Resserrant l’intrigue autour d’Ethan Hunt pour densifier son côté humain (mais un tel homme peut-il l’être ?), on en ressort avec un mélodrame sans intérêt. L’intrigue « espionnage » ne s’en sort pas mieux en servant de prétexte pour un alignement de cascades toujours plus impressionnantes, quand elles ne sont pas gâchées par des incrustations numériques trop visibles, mais dont l’intérêt narratif, donc émotionnel, est proche du néant. Bref, une bande démo (de deux heures et demie quand même) de cascadeurs et ça s’arrête là.

+

  • Long hommage au premier Mission: Impossible
  • Cascades impressionnantes
  • Scène de bagarre dans les chiottes

  • Générique d’ouverture qui spoile plus qu’une bande-annonce
  • Intrigue « espionnage » d’une triste prévisibilité
  • Mettre en avant l’humanité d’Ethan, ok, mais pas pour un mélo aussi pathétique
  • Pourquoi faire ces incrustations numériques hideuses ?
6/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2897 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.