Critique : Killer Elite

Trois gueules d’anges

Fiche

Inspiré du livre The Feather Men de Ranulph Fiennes
Réalisateur(s):Gary McKendry
Scénariste(s):Matt Sherring
Acteurs:Jason Statham (Le Transporteur), Clive Owen (L’enquête, Le Roi Arthur), Robert De Niro (Taxi Driver, Casino), Dominic Purcell (Prison Break), Yvonne Strahovski (la magnifique Sarah Walker de la série Chuck), Adewale Akinnuoye-Agbaje (The Thing, Faster)
Pays:États-Unis, AustralieDate de sortie:26 octobre 2011
Genre:Action, Crime, ThrillerDurée:1h57
Pour sauver Hunter, son ancien partenaire et mentor, Danny accepte de reprendre du service et de reformer son équipe. Mais celui qui était l’un des meilleurs agents des forces spéciales va cette fois affronter sa mission la plus périlleuse. Pour réussir, il va devoir percer les secrets d’une des unités militaires les plus redoutées qui soit, le SAS britannique. De doubles jeux en trahisons, il va découvrir un complot qui menace le monde et ce pour quoi il s’est toujours battu…

Je vous vois déjà venir avec vos « Mouais, Jason Statham, c’est Tatane Man à part faire des daubes, il ne sait rien faire! ». Si c’est vrai récemment avec les moyens Le Flingueur et Blitz, on ne pourra pas renier qu’il ne fait que très rarement des vraies daubes comme ses confrères Van Damme et Steven Seagal. Dans l’ensemble, sa filmo regorge de films moyens même si certains sortent du lot comme The Expendables.

En se basant sur des faits réels, Killer Elite attise la curiosité mais dès le départ, on comprend que le film prend pas mal de largesses car il ne fait que s’inspirer du livre de Ranulph Fiennes (un ancien SAS), The Feather Men. J’imagine donc que le scénariste a repris des anecdotes du livre (pour faire réaliste et classe) et en a tiré une intrigue purement hollywoodienne.

C’est dommage surtout que beaucoup d’éléments sont là pour faire de Killer Elite un divertissement efficace : un casting trois étoiles (Statham, De Niro et Owen tout de même), une ambiance eighties très réussie et des scènes d’action nerveuses mais malheureusement l’intrigue est trop brouillonne et la réalisation beaucoup trop plate pour qu’on arrive à rentrer dedans. Du coup, on se contente de suivre les personnages en train de gesticuler, en attendant vivement la prochaine scène d’action dont les summums surviennent lors de chacune des rencontres Statham/Owen.

Entre chaque scène, on s’ennuie un peu car l’ensemble est plutôt mal développé. Grosso modo, ça se résume à une préparation éclair du prochain assassinat. Pas le temps d’étoffer les personnages, pas le temps d’imaginer à quoi peut ressembler le plan une fois en marche. D’un autre côté, on se dit tant mieux parce que le film est déjà assez long comme ça (un peu plus de deux heures) alors si en plus, on développait les personnages…

En fait le film est divisé en deux parties beaucoup trop longues donc le réalisateur tente de faire un fourre-tout (façon les derniers Harry Potter) au lieu de couper sagement. En résulte un film assez bancal toutefois bon par moment.

Au moins, vous pourrez vous marrer en voyant Dominic Purcell afficher une chevelure et une barbe. Le choc sera réservé à tous ceux qui ont suivi la série Prison Break.

Mention spéciale à la belle Yvonne Strahovski qui arrive à apporter des sentiments et un peu d’humanité à ce film qui en manque cruellement. Dommage que ses scènes soient les plus écourtées du film. Puis bien sûr, une autre mention pour Robert de Niro qui parle français lors de l’excursion du film à Paris. A croquer son petit accent.

Killer Elite affichait de belles promesses que malheureusement, il ne confirme jamais. Une semi-déception disposant de scènes d’actions efficaces.

Sa scène culte : le duel Statham/Owen

Note : 5/10

killer-elite-affiche

Pin It on Pinterest