Critique : Indian Palace

« Welcome to the Best Exotic Marigold Hotel ! »

Fiche

D’après le roman de Deborah Moggach
Réalisateur(s):John Madden (L’Affaire Rachel Singer)
Scénariste(s):Ol Parker
Acteurs:Judi Dench (My Week with Marilyn), Tom Wilkinson (Mission: Impossible – Protocole fantôme), Maggie Smith (Harry Potter), Bill Nighy (La colère des Titans), Penelope Wilton, Celia Imrie, Dev Patel (Slumdog Millionaire), Ronald Pickup (Prince of Persia – Les sables du temps)
Titre original:The Best Exotic Marigold Hotel
Pays:UKDate de sortie:9 mai 2012
Genre:Comédie, Drame, RomanceDurée:2h05
L’Angleterre n’est plus faite pour les seniors, même la retraite se délocalise ! Plusieurs retraités britanniques coupent toutes leurs attaches et partent s’établir en Inde, dans ce qu’ils croient être un palace au meilleur prix. Bien moins luxueux que la publicité ne le laissait entendre, cet hôtel délabré au charme indéfinissable va bouleverser leurs vies de façon inattendue.

Critique

Le réalisateur de Shakespeare In Love revient pour signer une adaptation d’un roman avec le flegme typiquement britannique. Il réunit donc une belle brochette d’acteurs anglais et les déplace dans l’Inde, une Inde mêlée à l’Angleterre par son histoire (elle a été colonisée pendant des siècles par l’empire britannique avant d’acquérir son indépendance en 1947).

Indian Palace réunit des acteurs n’ayant plus à rien prouver principalement Judi Dench, Tom Wilkinson, Maggie Smith et Bill Nighy, y ajoute quelques acteurs ayant fait leurs armes à la télévision anglaise et la révélation de Slumdog Millionnaire : Dev Patel doté ici d’un enthousiasme débordant. Inutile de préciser que chacun livre sa partition sans fausse note. Toutefois les deux plus remarquables sont Tom Wilkinson dans le rôle d’un homosexuel à la recherche de son amour d’enfance et Maggie Smith, une raciste hors norme (probablement les scènes les plus drôles du film).

La musique se met parfaitement au diapason de la réalisation et offre une vision de l’Inde intimiste avec une caméra proche des acteurs. On est alors submergé au même titre des personnages par ce pays, le deuxième le plus peuplé au monde (1 210 193 422 d’habitants recensés en 2011, 17% de la population mondiale). On n’ose imaginer la déferlante de saveurs, cette explosion de sens dont nous fait part Judi Dench. Indian Palace avant d’être une comédie dramatique est une carte postale de l’Inde et une belle, certains plans superbes donnent envie d’en prendre une photo pour le mettre en fond d’écran sur l’ordinateur.

Malgré tout, il manque quelque chose dans ce film pour passer au niveau supérieur. Peut-être une identification aux personnages car au vu de mon âge, j’ai du mal à m’y retrouver dans ces seniors qui ont conscience qu’ils sont plus proches de la fin de leur vie que de l’aube. Du coup, je ne peux seulement imaginer ce qu’ils ressentent, une fracture existe donc entre eux et moi. Toutefois, ça ne m’a pas empêché d’être touché par leurs histoires, surtout celle de Tom Wilkinson et de Maggie Smith. En fait, c’est surtout que les différentes histoires sont assez inégales…

Par rapport au gamin de Slumdog Millionnaire, son enthousiasme débordant et sa joie étincelle ce film, mettant un peu de baume sur nos cœurs et ceux des personnages. Toutefois son histoire amoureuse n’est qu’un cliché de Romeo & Juliette, tout à fait dispensable et un peu cheveu dans la soupe.

Niveau humour, c’est du typiquement britannique, pas étonnant vu l’origine du long-métrage. Du pince sans rire de haut niveau à l’image du dernier plan du film avec Bill Nighy. Sans oublier quelques répliques bien senties, à ce jeu-là, c’est Maggie Smith et Dev Patel qui s’en sortent le mieux. Allez trois répliques excellentes pour vous le prouver :

Douglas : Would you like some of this? I believe it’s called aloo ka paratha.
Muriel : Na. If I can’t pronounce it, I don’t want to eat it.

Douglas : It’s a luxury development where all the residents are in their golden years.
Norman : Like the coast of Florida?
Douglas : Yeah, but with more elephants…

Sonny : Everything will be all right in the end… if it’s not all right then it’s not the end.

Conclusion

Indian Palace est un film chorale avec malheureusement des histoires de niveau très inégales (la plus réussie est à se partager entre celles de Wilkinson et Smith, la plus ratée, celle de Dev Patel). Toutefois, le long-métrage est aussi une vision de l’Inde agréable (un voyage pour le prix d’une place de cinéma).
+– Tom Wilkison
– Maggie Smith
– à la découverte de l’Inde
– l’histoire d’amour avec Dev Patel pathétique
– des histoires moins intéressantes
6/10

affiche-indian-palace

Pin It on Pinterest