Critique : Falcon et le Soldat de l’Hiver – Épisode 3 « Trafic d’influence » (avec spoiler)

Gloire au Baron

Fiche

TitreFalcon et le Soldat de l’Hiver Titre VOThe Falcon and the Winter Soldier
CréateurMalcolm Spellman RéalisateurKari Skogland
Acteurs Anthony Mackie, Sebastian Stan, Daniel Brühl, Emily VanCamp, Wyatt Russell, Erin Kellyman
Saison1 Épisode3
Date de sortie02 / 04 / 2021 Durée54 mn
GenreAction, Aventure, Drame, Science fiction ChaîneDisney+

Dans un refuge pour criminels, Sam et Bucky cherchent des informations sur le sérum du super-soldat.

Critique

Après le cliffhanger du dernier épisode, j’avais très hâte de voir celui du jour. Surtout qu’il concerne un personnage que j’adore. J’ai nommé Helmut Zemo. Le génie machiavélique derrière la scission des Avengers.

Le retour de Zemo

Son introduction dans Falcon et le Soldat de l’Hiver est une véritable réussite. J’ai adoré le passage de l’évasion. Notamment le fait que le récit raconté par Bucky n’expose pas le plan à appliquer, mais détaille un événement passé. Un cliché astucieusement détourné. Surtout, le personnage de Zemo est désormais enrichi. L’intérêt premier de ces séries comme l’avait prouvé WandaVision.

Non seulement, il reste toujours aussi classe et machiavélique, mais on apprend également qu’il est un baron (comme dans les comics) méga riche (comme dans les comics, again). Quel plaisir de retrouver Daniel Brühl dans le rôle. Surtout pour ses amusants échanges avec le duo sans oublier son petit pas de danse improbable. Ça m’a fait bizarre de le voir aussi décontracté après qu’il ait été sérieux comme la mort dans Captain America: Civil War. On sent les années ayant passé. Mais le must restera, sans aucun doute, l’utilisation de son masque. Il faut dire que je l’avais tellement espéré dans Civil War.

Le retour à la normale n’a pas eu lieu

Avant de passer à la suite avec une certaine île, revenons à l’ouverture. Plus précisément, la publicité du CMR. Tout en permettant de renforcer le background des Flag Smashers, elle m’a permis de bien me rendre compte que l’après-Eclipse n’a pas été un moment de joie pour tout le monde.

Dès lors, une compassion pour l’organisation terroriste a germé. Malheureusement, elle n’a pas eu le temps de devenir une fleur car Karli Morgenthau l’a coupé net en franchissant la barrière avec cet attentat meurtrier. Bref, un trou occulté par Spider-Man: Far From Home et WandaVision est désormais bouché.

L’île de Wolverine

Maintenant, Madripoor. Une île historiquement liée au mutant aux six griffes. Là, j’avoue que ça a été une déception. La faute à ces plans larges envoyant du rêve avec ces magnifiques immeubles colorés en fond. Au final, c’est sous-exploité. On a droit à une séquence dans un bar, une boîte de nuit, l’appart de Sharon avant de finir sur un dock. J’aurais vraiment aimé en voir plus. Néanmoins, je modère ma déception en me disant qu’il s’agit juste d’une introduction du lieu et qu’on devrait le revoir plus tard dans le MCU.

En tout cas, la séquence après l’assassinat de Shelby m’a bien fait marrer. Lorsque tous les tueurs reçoivent le SMS, je m’étais cru devant John Wick 3. De toute façon, il y avait déjà un air très Wickien dans Madripoor.

La petite-nièce de Peggy

Aujourd’hui est également l’occasion de retrouver Sharon Carter. Bon, là, clairement, je n’ai pas été emballé. Le personnage me semblant un peu à côté de la plaque. Quand elle résume son après-Civil War en quelques répliques comme « Je n’ai pas revu mon papa, ouin, ouin. » alors que des tueurs sont à la poursuite, ça m’a paru sacrément maladroit. Niveau action, elle est la star du jour, mais ça demeure trop sommaire. On est bien loin du niveau ahurissant des deux premiers épisodes. Pire, on nous file un passage peu intéressant chez le docteur. Néanmoins, visiblement, Sharon nous cache des choses vu la fin de son parcours. Toujours à la CIA ?

Terminons cette critique sur le cliffhanger. Là, j’ai trouvé ça cool en plus d’être inattendu. L’arrivée de la Dora Milaje Ayo (Florence Kasumba) visiblement très motivée par l’envie de refroidir le corps de Zemo. Pas tout de suite, s’il te plaît. Je veux profiter encore de mon petit baron.

Bref, j’adore la façon dont la série poursuit la saga cinématographique consacrée aux fesses de l’Amérique tout en l’enrichissant. On est clairement devant un Captain America 4 transformé en série tant ça ressemble à une suite de Civil War marquée au fer rouge par le diptyque Infinity War / Endgame. On a même droit à un clin d’œil à la blague culte du siège auto.

Par espérant tout de même que ça s’accélère dans les épisodes suivants.

Conclusion

Un épisode consacré aux retrouvailles. Autant celle avec Zemo m’a éclaté bien comme il faut (meilleur passage de l’épisode), celle avec la petite-nièce de Peggy Carter ne m’a pas vraiment enthousiasmé. Tout comme la représentation de de l’île culte de Madripoor trop survolée. Reste, à nouveau, un excitant cliffhanger.

+

  • BARON ZEMO
  • Publicité du CMR
  • Cliffhanger

  • Partie à Madripoor décevante
7/10

Pin It on Pinterest