Nick la critique : En eaux troubles

Affiche française du film En eaux troubles réalisé par Jon Turteltaub avec Jason Statham

A Mutha Fuckin’ Shark

Fiche

Titre En eaux troublesTitre VOThe Meg
RéalisateurJon TurteltaubScénaristesDean Georgaris, Jon Hoeber, Erich Hoeber
ActeursJason Statham, Bingbing Li, Rainn Wilson, Cliff Curtis, Winston Chao, Ruby Rose
Date de sortie22 / 08 / 2018Durée1h 54
GenreAction, Horreur, Science fiction, ThrillerBudget130 000 000 $

Au cœur de l’océan Pacifique, le sous-marin d’une équipe de chercheurs a été attaqué par une créature gigantesque qu’on croyait disparue : le Megalodon, un requin préhistorique de 23 mètres de long. Le sauveteur-plongeur Jonas Taylor doit risquer sa vie pour sauver les hommes et les femmes prisonniers de l’embarcation… et affronter le prédateur le plus terrible de tous les temps.

Photo du film En eaux troubles réalisé par Jon Turteltaub avec le mégalodon
Image de capture du mégalodon

Critique

Attention, cette critique contient des spoilers…

Information intéressante

Selon les paléontologues, le mégalodon est apparu il y a environ 28 millions d’années, avant de s’éteindre il y a 2,5 millions d’années. Ces estimations reposent sur les fossiles de mégalodons aujourd’hui recensés dans des bases de données internationales comme The Paleobiology Database. Sa disparition pourrait être due à l’arrivée progressive d’une ère glaciaire, ou à l’émergence de prédateurs concurrents en quête des mêmes sources de nourriture.
Même si la cause est incertaine, la disparition de l’espèce fait l’unanimité chez les scientifiques. « Il n’y a absolument aucun doute que le mégalodon est disparu ! », lance le Dr David Shiffman, biologiste spécialisé en conservation des requins à l’Université Simon-Fraser de Colombie-Britannique. « Si un requin mangeant des baleines de 60 pieds de long existait toujours, il y aurait des preuves. Or, il n’y en a pas du tout ! »
Source: SciencePresse

N’est pas sauveur qui veut

Jonas Taylor, un sauveteur pro se retrouve dans une situation de sauvetage extrême dans un sous-marin où il est contraint de laisser mourir deux de ses collègues et autres victimes suite à une attaque inconnue dès lors. Son bureau lui tourne le dos à la suite de cette décision et sa femme le quitte pour ensuite qu’il se marie avec la bière. Le classique quand on est traumatisé.

Mais le fait qu’il s’appelle Jonas n’est pas un hasard. Ça ressemble tout juste à une histoire biblique où Jonas, justement, était enfermé dans un gros poisson pendant trois jours parce qu’il refusait sa mission que Dieu lui avait confié à Ninive. Moi perso, Dieu me fait un plan pareil, je monte au Ciel direct et ça va barder. L’histoire ne dit pas quel genre de poisson, c’est. Et si c’était un Mégalodon. Cette fois Jonas en parfait nageur sauveteur et il décide de se venger du gros poisson… Oolooloo

Après l’échec dans le sous-marin, tu te doutes bien qu’il va refuser sa mission. Parce que les mêmes gens qui ont refusé de l’écouter font appel à lui suite à une étrange attaque de monstre marin. Déjà qu’ils ont merdé avec Jonas, ils ne sont pas capables de lui expliquer comment ils ont merdé avec les fonds marins.

Photo du film En eaux troubles réalisé par Jon Turteltaub avec Jason Statham
Le requin le plus dangereux avec son couteau

Les personnages

Le professeur Zhang et sa fille Suyin sont tous deux scientifiques chercheurs ou fouineurs chinois des océans financé par un milliardaire européen d’Amérique. Oui, il y a toujours un milliardaire et celui-là m’a l’air plutôt cool et il s’appelle Morris. Oubah ! Oubah ! Encore un voleur ! Chemise, bermuda, basket tout droit dans une plateforme maritime. Il est tellement bien que tu ne soupçonnerais pas que c’est un trou du c…
Tous trois décident d’explorer les fonds marins pour découvrir de nouvelles espèces. De nouvelles espèces qui vont leur échapper au profit du Mégalodon. Oh le Mégalodon, ce vrai héros qui ne fait que protéger un territoire sacré pour lui mais pas pour nos trois voleurs cités plus haut.
S’ensuit un flot d’attaques de la part du “méchant” requin mastodonte.

Photo du film En eaux troubles réalisé par Jon Turteltaub avec le Pr Zhang et Suyin
Le professeur Zhang et sa fille Suyin

C’est là que le requin le plus dangereux sur terre fait son entrée : Jonas le prophète de l’eau. Il vient sur la plateforme avec ses ‘je vous l’avais dit’. Un requin sur pattes qui nage aussi bien dans la bière que dans l’eau. Lui et sa proie la plus privilégiée Suyin vont vivre une aventure de milliardaires alors que toi-même et moi, on arrive à peine à se payer un ticket de métro pour rentrer à la maison.
Ils vont focaliser sur le requin tout le long. On va même oublier pourquoi ils étaient venus à la base. Ils veulent buter un requin qui était dans son voisinage tranquille. Ça se trouve, il prenait son café maritime tranquillement et il voit des Eurasiens arriver en bateau chez lui sans invitation. C’est comment ? On comprend tout de suite que le requin ne veut pas qu’on vienne chez lui.
Le requin ne parle pas l’Eurasien. Il aurait pu mettre une pancarte : interdit aux voleurs.
Mais il a préféré parler avec ses dents.

Le requin à plusieurs reprises a tenté d’expliquer à ces éléments perturbateurs qui l’importunent, donc de rentrer chez eux, mais rien n’y fait. Il va faire face à Jonas le requin bipède qui fait la taille d’un moustique à côté de lui et qui finit par l’avoir. Quelle ironie ! Se faire tuer par une mouche appelée Jonas. Le requin ce héros a plus d’un tour dans son sac, il appelle sa famille qui viendra le chercher.

C’est à ce moment-là que le film prend une tournure un peu Spielberg pour nous faire un peu peur, mais cette fois cette menace aura lieu sur les côtes asiatiques. Cette séquence m’a rappelé quand même à l’univers des mangas où les humains se détendent et tout à coup, ils voient un monstre façon Godzilla débarquer qui tue tout ce qu’il peut tuer et soudain vient un sauveur.

La plus à plaindre dans tout ça, c’est la petite Meiyin, fille de Suyin qui est toute seule comme une conne dans la plateforme en train de jouer pendant que les adultes tiennent conseil pour tuer l’un des propriétaires des mers. Bon, sa présence dans le film est sympa mais c’est juste pour nous ramener à notre enfant intérieur qui a peur de tout et de rien.

La réalisation

John Turtletaub est connu pour ses réalisations de Benjamin Gates, le célèbre Rasta Rockett et bien d’autres films et séries, dont Rush Hour. Il est parachuté dans une réalisation de scénario vieux de 20 ans tout droit tiré d’un livre de Steve Alten : Meg: A Novel of Deep Terror. Il s’est risqué à faire du Spielberg mais s’en sort plutôt bien. Je ne sais pas si c’est parce que je suis habitué aux films qui font peur mais la peur n’était pas au rendez-vous. C’est un film catastrophe avec un animal préhistorique qu’ils ont tenté de rendre crédible. Et en matière de crédibilité, ça m’a donné envie de chercher sur ce requin mangeur de baleines. Visiblement, l’humain n’est pas sa proie favorite. Ça remet en cause le régime alimentaire de base du requin. Le commerce triangulaire a modifié considérablement la génétique des requins qui se sont retrouvés à manger des humains qui étaient jetés par-dessus bord des bateaux négriers par centaines soit morts, soit vivants. Aujourd’hui, on ose dire qu’un requin qui bouffe un être humain, c’est juste par curiosité, pour voir si c’est bon.
En eaux troubles est un film qui dénonce une fois de plus. John Turteltaub pointe une fois de plus l’homooccidentalus dans son plus gros des malus.

Par , le25 septembre 2018.

Photo pour le film En eaux troubles avec le réalisateur Jon Turteltaub
Jon Turteltaub en plein boulot

Conclusion

Si j’avais su que pour être champion de natation, il fallait se faire courser par des requins, j’aurais pris des cours avec Jason Statham. Malgré le fait que ce soit un film catastrophe, ça demande quand même une bonne condition physique pour faire un tel film. L’association avec les Chinois est révélatrice d’un changement important dans Hollywood même si ça se voit depuis un moment. On sent que la chute des États-Unis est proche et qu’elle passe délicatement le flambeau à la Chine qui d’ailleurs a racheté une bonne partie des dettes des USA. Bientôt, le mandarin va remplacer l’anglais comme langue d’échange. L’image dans le monde du cinéma est beaucoup plus révélatrice qu’un journal de presse télévisé. Le scénario cloche un peu, mais s’il y a un vrai héros dans ce film, c’est bien le Mégalodon qui malheureusement ne touchera aucun cachet du bénéfice de ce film. Que font la SPA et les 30 millions d’amis ? Il faut aussi défendre les droits des animaux CGI. Du coup, ça m’a donné une idée ce film. Je vais créer une association de défense des animaux CGI. Il faut protéger ces animaux et réclamer leur cachet. C’est inadmissible !

+

  • Les scènes d’actions suscitent l’attention
  • Une nostalgie des dents de la mer
  • Le charisme du personnage principal
  • Le film est passable

  • Quelques petites longueurs (quand tu te demandes pourquoi le requin les a pas tous bouffés qu’on en finisse)
  • Des morts complètements stupides (quand t’es à te demander pourquoi un tel est mort)
  • Des scènes parfois débiles (et ils ont pris 20 ans pour pondre une merde pareille)
  • À quand la fin : ‘Et ils finirent tous bouffés’ ?
  • Une suite prévue pour cette merde
5/10

Pin It on Pinterest