Critique : Desperate Housewives – Saison 8

Un mariage et deux enterrements

Fiche

Créateur(s): Charles Pratt et Marc Cherry en 2004
Acteurs (personnages): Teri Hatcher (Susan Mayer Delfino), Felicity Huffman (Lynette Scavo), Marcia Cross (Bree Van De Kamp), Eva Longoria (Gabrielle Solis)
Pays: USA Format: 42mn
Genre: Comédie, Drame, Romance Chaîne: ABC
Nombre d’épisodes: 23
Wisteria Lane est un lieu paisible où les habitants semblent mener une vie heureuse… en apparence seulement ! Car en y regardant de plus près, on découvre bien vite, dans l’intimité de chacun, que le bonheur n’est pas toujours au rendez-vous. Et peu à peu, les secrets remontent inévitablement à la surface, risquant de faire voler en éclat le vernis lisse de leur tranquille existence…

Critique

C’est l’heure des adieux. Après nous régalé durant sept saisons, voici la dernière saison de ces femmes aux foyers. Susan, Bree, Lynette et Gaby se mettent en chœur pour livrer leur dernière représentation dans la cathédrale Wisteria Lane. Mais avant de déprimer pour la perte de ces êtres chers, il reste quand même une saison à regarder.

D’emblée, on est surpris par la qualité du show qui augmente par rapport aux dernières saisons. Le cliffhanger final de la saison précédente aura de lourdes conséquences comme l’avait prévenu Mary Alice. Le groupe si soudé éclate et les cartes sont redistribuées. On sent bien qu’il s’agit de la dernière saison car les scénaristes s’éclatent comme des petits fous

L’humour reste toujours aussi jouissif avec ces répliques assassines, cet humour pince sans rire. Le suspense monte crescendo jusqu’au double épisode final.

Parmi le meilleur final de série de toutes les séries confondues, on trouve Six Feet Under en tête tant les émotions débordent durant les vingt minutes utilisées pour clôturer la série, la rendant au passage culte parmi les cultes. Parmi les autres séries, on trouve toujours quelque chose à redire. Pour celle de Desperate Housewives, on est mitigé. Je détaille mon avis dans la deuxième partie, attention j’y spoile totalement le final.

Spoiler

D’un côté, on est content d’avoir eu un aperçu du reste de la vie des quatre protagonistes… sauf Susan ?! Il n’y a pas eu un petit oubli ? Sinon l’épisode final reste sensiblement de la même qualité que le reste du show et n’apporte finalement pas de fin en apothéose pourtant tous les évènements étaient là : mariage, enterrement, naissance et procès. La faute à une réalisation trop plate, trop télévisuelle (oui, je sais) qui empêche d’accéder à de plus nobles ambitions.

Sinon il faut avouer que l’épisode final n’est qu’un épisode de plus, on en sera satisfait ou non. Pour ma part, je fais partie des insatisfaits, dommage que la magnifique scène où la naissance/mort sur fond de musique ne connaisse pas de meilleurs échos.

Au moins, on sera soulagé de voir toutes les intrigues résolues même si le procès aurait mérité un meilleur sort tant l’artifice utilisé semble facile. On devine depuis un moment comment ça va se passer.

Toutefois, j’ai été ému par les retrouvailles de Lynette et Tom, depuis le temps qu’on l’attendait. La belle déclaration de Tom mérite de faire de sa prestation, un des moments les plus mémorables de la série si elle n’était pas gâché par une séquence baiser de plus mauvais goût, Lynette imitant plus le chien que la femme amoureuse.

Aussi, je me suis bien marré devant le Freaky Friday entre Gaby et Carlos surtout le passage « Cette réplique est de moi ! ».

Oui, j’attendais un peu plus de cet épisode final mais au final, il ne s’agit que d’un autre épisode clôturant la série dans la bonne humeur loin de l’humour grinçant qu’elle nous avait habitué. Au moins, il constitue un bel hommage à Karen McCluskey, un personnage qui a su rester du début à la fin alors que les autres ont défilé.

Ah oui, j’ai failli oublier la fameuse scène de départ de Susan en entamant un dernier tour sur Wisteria Lane. Cette scène aurait dû être prolongée de quelques minutes avec des extraits marquants pour faire vibrer notre corde nostalgique. A la place, on reçoit cette scène trop vite expédié sur la gueule comme une tarte à la crème balancé par un clown vicieux. Il aurait fallu nous laisser plus de temps pour respirer et nous remémorer la série, un peu comme un enterrement où face à la tombe, on se souvient de l’être cher.

En tout cas, le meilleur de la série est à attribuer à la mort de Mike qui fait vibrer la corde sensible très fort et en résonance avec un très beau épisode hommage Women and Death (sans doute le meilleur de la saison).

Conclusion

La série connait un sursaut de qualité pour clore ses affaires malheureusement plombé par un final contrasté présentant de bons côtés mais aussi de mauvais côtés.
+ – une saison de meilleure qualité que les précédentes
– beaucoup d’humour et d’émotions
– final contrasté
7/10

Desperate Housewives Saison 8

Pin It on Pinterest