Critique : Astro’s Playroom

Jeu de Proust

Fiche

Titre Astro’s Playroom
Éditeur Sony Développeur ASOBI Team
Plate-forme PlayStation 5 Date de sortie 19 / 11 / 2020
Joué sur PlayStation 5Game Genre Aventure, Comédie, Plate-forme, Science fiction

Critique

Le jour où j’ai reçu la PlayStation 5, bien évidemment, le fiston était intrigué et voulait l’essayer. Comment lui dire non ? Néanmoins, je ne voulais pas le mettre sur Spider-Man, seul jeu que j’ai acheté, étant donné qu’il me paraissait un poil trop violent pour son âge et surtout trop dur à contrôler.

Je remarque alors ce petit Astro’s Playroom qui est préinstallé sur la console. Hum, ça a l’air tout mignon. Et si on essayait ? Ça ne peut pas faire de mal de toute façon.

Ça fait même plus que pas de mal, ça fait carrément du bien

Le pire, c’est que je ne m’attendais franchement à rien. Juste une petite démo technique de quelques minutes. Je me suis donc surpris à tomber totalement sous le charme. L’univers déployé est une véritable bouffée de nostalgie pour tous ceux qui jouent sur PlayStation depuis un bail. Étant donné que je suis dessus depuis la première, c’est une énorme madeleine de Proust que j’ai dévoré et elle m’a bien repu.

Bref, même si le jeu pourrait être qualifié de démo technique concernant les capacités de la console, il va plus loin en nous offrant un véritable jeu de plateformes exploitant à merveille les capacités de la nouvelle manette. La durée de vie tourne de l’histoire autour de cinq heures, mais il faudra compter sur bien plus si intention de platiner, il y a. Gros point positif, jamais j’ai eu l’impression de tourner en rond. Une aventure sans cesse renouvelée.

Astro’s Playroom, c’est aussi un univers génial avec des clins d’œil à la pelle. Tous les accessoires et plus grands jeux de PlayStation y ont droit que ce soit Final Fantasy, Resident Evil, le récent Horizon Dawn et j’en passe tant la liste est longue. Techniquement, le jeu, sans être impressionnant, est impeccable. Même quand on zoome de très, très près. Pas un pet d’aliasing. Du temps de chargement absent. Pour couronner le tout, le boss final est absolument génial. Mon fils a insisté pour que je le refasse plusieurs fois tant il le kiffait.

Par ravi de ce premier moment vidéoludique passé avec son fils.

Conclusion

Vu qu’Astro’s Playroom est gratuit, je m’attendais à une démo technique vraiment basique. J’ai donc été surpris en découvrant un véritable jeu de plateformes qui exploite à merveille les capacités de la nouvelle manette. Le tout dans un univers kawaii rendant hommage à l’histoire de la PlayStation et ses plus grands jeux. Coup de cœur inattendu.

+

  • Énorme coup de nostalgie
  • Univers kawaii délicieux
  • Manette exploitée à fond
  • Véritable jeu de plateformes
  • Jamais redondant
  • Boss final

  • Trop court, mais bon, c’est gratuit
8/10

Pin It on Pinterest