Critique : Agents of SHIELD – Saison 5 (Première partie)

Perdus dans l’espace

Fiche

Intégré au Marvel Cinematic Universe
TitreLes Agents du SHIELDTitre VOAgents of SHIELD
Créateurs Joss Whedon, Jed Whedon, Maurissa Tancharoen
Acteurs Clark Gregg, Ming-Na Wen, Chloe Bennet, Iain De Caestecker, Elizabeth Henstridge, Henry Simmons, Natalia Cordova-Buckley
Saison5Nombre d’épisodes10
Date de sortie01 / 12 / 2017Format42 mn
GenreAction, Drame, Espionnage, Science-fictionChaîne:ABC

Critique

La quatrième saison d’Agents of SHIELD s’était terminée sur un cliffhanger pour le moins surprenant car on y retrouvait l’Agent Coulson à l’intérieur d’une cellule de prison dans… l’espace ?! Évidemment, j’étais alors plus que curieux de découvrir où allait nous emmener cette saison.

S’il faut reconnaître une chose à la série Marvel, c’est qu’elle a toujours su se renouveler au fil des saisons. La qualité n’est certes pas égale entre elles, mais l’originalité, elle, elle est toujours là. Cette saison 5 ne déroge pas à la règle en nous offrant une intrigue pour le moins rafraîchissante. Franchement, je me suis régalé sur cette mi-saison entre méchants charismatiques qu’on adore détester (pour info, Sinara est jouée par la franco-thaïlandaise Florence Faivre – c’était l’instant chauvin), environnement dépaysant, twists à gogo, combats, émotion (Robin) sans oublier l’humour. Encore mieux, cette saison aura su éviter une certaine redondance entre les épisodes que les précédentes ne réussissaient pas toujours.

Voilà pour mon avis sans spoils, maintenant, je me lâche un peu

Attention, cette partie contient des spoilers…

Je sens encore ma mâchoire se décrocher quand j’ai découvert la Terre brisée en plusieurs morceaux. Ce plan est vraiment de toute beauté. J’ai beaucoup aimé cette histoire de voyage dans le temps. Maintenant que les agents du SHIELD sont dans une lignée temporelle alternative, on sent que le show ne se sent plus à l’étroit à cause des contraintes du Marvel Cinematic Universe. Plus surprenantes sont les très nombreuses morts. Ça commence dès le premier épisode avec le meurtre digne d’un slasher (avec des créatures qu’on croirait sorties de chez Riddick) de Virgil et ça continue avec la pendaison de Tess (quel choc !). Son retour, on n’en parle même pas.

Comme d’habitude, le show réussit à délivrer des beaux moments d’émotion. J’ai toujours en tête la relation spéciale entre Daisy et son père et son magnifique épilogue. Pour cette saison, ce sera le personnage de Robin, la jeune fille qui voit le futur. Non seulement, c’est touchant d’avoir toute une vie qui se défile sous nos yeux, mais en plus, sa mort est superbement mise en scène avec May. Voir les deux lignes temporelles se chevaucher donne une magnifique idée de l’état d’esprit du personnage, mais en plus, ça m’a arraché des larmes. Et c’est beau d’imaginer May en maman.

Au final, ma seule déception avec cette partie concerne le final un peu abrupt. M’enfin, ça reste une moitié de saison.

Par pas encore remis de la découverte de la Terre, le8 février 2018.

Conclusion

Pour la première partie de sa cinquième saison, Agents of SHIELD aura fait fort en allant se balader dans l’espace (mais pas seulement). Grâce à un environnement totalement surprenant pour le show et de nombreuses bonnes idées, les dix épisodes se dévorent avec l’appétit d’un obèse qui vient de faire une diète de trois heures. C’est fou de voir à quel point la série Marvel arrive toujours à se renouveler. Bref, vivement la deuxième partie.

+

  • Show qui arrive toujours à se renouveler et pour le coup, il a fait fort
  • Ce plan sur la Terre
  • Excellent rythme sans bouche-trou
  • L’instant émotion avec Robin
  • Des méchants assez sympas

  • Dernier épisode pas aussi badass qu’espéré
8/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2894 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.