Critique : The Witcher – Saison 1

Poster de la première saison de la série Netflix, The Witcher, créée Lauren Schmidt Hissrich par avec Henry Cavill, Anya Chalotra et Freya Allan

Toss A Coin To Your Witcher

Fiche

TitreThe WitcherTitre VO
CréateurLauren Schmidt Hissrich
ActeursHenry Cavill, Freya Allan, Anya Chalotra
Saison1Nombre d’épisodes8
Date de sortie20 / 12 / 2019Durée47–67 mn
GenreAction, Aventure, Drame, Fantastique, Horreur, MystèreChaîne:Netflix

Sur un Continent gangrené par le mal, les chemins d’un chasseur de monstres, d’une sorcière et d’une princesse en fuite convergent.

Critique

Bon, j’aurais mis le temps pour la finir, cette saison de The Witcher. Mais j’y suis arrivé. Ce n’était pas une question d’envie, enfin un peu quand même, mais c’est surtout que j’ai un déménagement dans les pattes. Du coup, j’avançais vraiment petit à petit. Ben ouais, une série de cette envergure, il est hors de question que je la regarde sur mon smartphone pendant mes trajets dans le métro. C’est sur ma télévision et rien d’autre.

Profil de Marvelll

Avant de commencer, un petit préambule sur mon profil devant la franchise. Jamais lu les livres. Gros fan de The Witcher 3. Je le place même dans mon top 3 de mes jeux préférés de tous les temps (avec Final Fantasy VII et Metal Gear Solid). Bref, le jeu vidéo, je l’ai bien démonté comme il faut, notamment avec ses deux DLC exceptionnels : Hearts of Stone et Blood and Wine.

Sur papier, je n’ai pas donc le profil idéal pour apprécier à fond la série, car je risque d’être plus pointilleux que la moyenne comme avec ce médaillon. D’autant plus que la série Netflix s’attache davantage à adapter les romans d’Andrzej Sapkowski plutôt que le jeu vidéo. Au moins, ça commence fort avec l’arrivée de Superman dans le rôle principal. C’est une énorme assurance concernant l’ambition de la série.

Mais concrètement, qu’est-ce que j’en ai pensé ?

L’eau était tiède

Tout le long de la saison, j’ai navigué entre le chaud et le froid. Commençons avec Henry Cavill. Autant l’acteur a du charisme, autant, j’ai du mal à le voir dans le rôle de Geralt de Riv. C’est un détail, mais quand il fait le cynique, je trouve que ça sonne faux. J’avais la sensation que l’ex-Man of Steel se forçait à agir de telle manière.

Sensation de faux également avec sa perruque. Heureusement, l’acteur s’en sort très bien quand il s’agit de se mettre à l’action. Mention spéciale au génial combat à l’épée du premier épisode. Par contre, c’est dommage d’avoir mis la meilleure scène d’action directement au début. Du coup, j’étais un peu déçu de ne plus avoir la même qualité dans les épisodes suivants.

Pour les deux autres rôles féminins. Alors là, c’est pire tant je n’arrive pas à me sortir leurs homologue vidéoludiques de la tête. Encore pour Ciri (Freya Allan), ça passe car elle est jeune, elle a donc le temps de devenir aussi badass que celle de The Witcher 3. Même si je n’y crois pas trop. L’actrice a déjà 18 ans, donc physiquement, elle ne changera plus des masses et surtout, elle plafonne à 1m 60. Dans le jeu, elle tourne autour d’1m 77.

Beauté (plus vraiment) fatale

Mais le pire, ça reste Yennefer (Anya Chalotra). D’une femme fatale à la beauté ensorcelante, on est passé à une jeune femme plutôt mignonne, mais sans plus. Résultat, j’ai eu beaucoup, beaucoup de mal à trouver ce personnage crédible. Heureusement, son arc dans la saison est assez intéressant, même si j’ai beaucoup soupiré devant son caractère.

Il ne reste plus que le pote comique, Jaskier (Joey Batey). Alors, lui, c’est une grosse réussite. Il est drôle et balance une chanson déjà devenue culte : « Toss A Coin To Your Witcher« . C’est LE personnage auquel je n’adresserai aucun bémol. Autre petit coup de coeur pour la grand-mère de Ciri, la reine Calanthe (Jodhi May). Je l’ai trouvé super badass. Si la Ciri adulte est de ce niveau, je serais absolument ravi.

La technique Netflix n’est pas celle d’HBO

Bon, ça, c’était pour les personnages. Concernant le reste. Toujours pareil. Déjà, là où le bât blesse énormément pour ce qui devrait être le Game of Thrones de Netflix au niveau de l’ambition, c’est que la réalisation ne suit pas. On retrouve des réalisateurs habitués aux séries Netflix comme Daredevil, House of Cards et j’en passe. Ils manquent clairement du talent qui ferait basculer la série à un niveau supérieur. À cela, on peut également ajouter des costumes pas forcément marquants. Le pire est même atteint avec ceux des femmes de la forêt. Le summum du ridicule. Je m’étais cru devant une série de la CW.

Par contre, on peut constater une certaine ambition au niveau de la narration avec un récit raconté de manière plutôt originale, même s’il y a le bémol de la frustration. Surtout couplé avec un rythme en berne. Je n’en dis pas plus pour ne rien spoiler. En tout cas, pour ceux qui sont paumés, Netflix a partagé un schéma :

Bref, j’ai BIEN senti cette volonté de prendre son temps pour développer l’histoire sur plusieurs saisons. La showrunneuse en a même parlé de sept. D’accord, c’est bien de soigner l’histoire et les personnages, mais de là à faire étirer en longueur jusqu’à faire un épisode (le 7, Avant la chute) ne servant à rien si ce n’est de reprendre le premier en comblant les inutiles trous. Des trous facilement devinables, en plus.

Des bas-fonds aux sommets

Heureusement, la série offre deux épisodes que j’ai vraiment adorés. Déjà, l’épisode 6, Espèces rares, car il m’a donné la sensation de vivre une quête secondaire du jeu vidéo. C’est dynamique, fun et avec des personnages marquants. Un moment, je m’étais même cru devant Le Hobbit. Le deuxième est tout simplement le dernier épisode de la saison, Bien plus. Là, on est dans le haut du panier de la télévision malgré un début raté impliquant des créatures numériques pas du meilleur effet. J’y ai suivi une bataille que j’ai trouvée passionnante à suivre. En plus, ça se termine en fanfare.

Aussi, j’ai bien aimé l’épisode 3, Lune de trahison, car c’est tout simplement ça…

Par qui s’attendait tout de même à bien mieux.

Conclusion

Pour ses débuts, je n’ai pas trouvé The Witcher spécialement transcendant. La faute notamment à des défauts assez lourds comme des acteurs pas au plus près de leurs personnages (du moins suivant ma vision biaisée à cause du jeu vidéo), une réalisation loin des standards d’un Game of Thrones et surtout un rythme en berne qui prend certes le temps de développer les personnages, mais aussi l’ennui. Heureusement donc qu’il y a des jolies qualités comprenant des scènes d’action vraiment cool, une narration originale et une bonne ambiance heroic-fantasy pour adultes.

+

  • Ambiance The Witcher en live
  • Scènes d’action
  • Jaskier et la reine Calanthe
  • Narration originale
  • Épisode 6 et 8

  • Dur de passer après le jeu vidéo, surtout pour les personnages principaux
  • La perruque de Cavill
  • Rythme parfois / souvent lent
  • Inutile épisode 7
  • Aspect de temps en temps cheap
6/10

Pin It on Pinterest