Critique : 1917

Bannière du film 1917 réalisé par Sam Mendes avec George MacKay, Dean-Charles Chapman, Mark Strong, Colin Firth, Benedict Cumberbatch

Quand la technique prime sur tout

Fiche

Titre1917Titre VO
RéalisateurSam MendesScénaristesSam Mendes, Krysty Wilson-Cairns
ActeursGeorge MacKay, Dean-Charles Chapman, Mark Strong, Colin Firth, Benedict Cumberbatch
Date de sortie15 / 01 / 2020Durée1h 59
GenreDrame, GuerreBudget100 000 000 $

La journée de deux jeunes soldats anglais pris dans la tourmente de la Première Guerre Mondiale.

Critique

Quand j’ai vu que Sam Mendes, tout juste sorti de deux James Bond (un que j’ai adoré et un autre qui m’a beaucoup déçu), avait décidé de se mettre au film de guerre (même si ce n’est pas la première fois vu qu’il a signé Jarhead: La fin de l’innocence) et qu’en plus, il veut que le film soit vu comme un unique plan-séquence, je me dis banco. Ça va être du très lourd.

Du coup, c’est avec un certain étonnement que j’ai constaté que jamais je me suis senti impliqué durant la séance. Pourtant, 1917 offrait des passages assez dramatiques sur papier. Mais rien à y faire, je me fichais royalement de ce qui se passait à l’écran. Comme déconnecté. Suis-je un sociopathe ? Je ne pense pas vu que je suis facile à émouvoir. Où est donc le problème ?

La technique avant tout

Sans trop réfléchir, je pense que c’est avant tout dû à cette volonté de faire un plan-séquence unique. Même si concrètement, ce n’est pas le cas. J’ai lu quelque part qu’il y avait entre 30 et 40 scènes qui ont été raccordées par la magie du cinéma pour faire illusion. Dès lors, en amoureux du cinéma, je m’amusais à essayer de repérer les soudures. Pas l’idéal pour se plonger dans l’ambiance, mais au final, c’était tellement facile de les deviner que je me suis lassé de ce jeu.

Là où 1917 est très impressionnant, c’est dans l’attention apportée aux détails de la reconstitution historique. Les décors sont du très haut niveau. J’avais carrément l’impression d’y être et de fouler le même sol que les héros. Il ne manquait que les odeurs. Je ne vais pas juger si c’est fidèle à la réalité ou non, je n’en sais rien. Au début, j’étais juste surpris de voir que les soldats n’étaient vraiment pas « poilus ». Avant de me rendre compte qu’il s’agissait d’anglais et non pas de français.

Il faut sauver les soldats

De toute façon, c’est une histoire inventée basée sur les récits du grand-père du réalisateur qui rappelle un peu mon film de guerre préféré, Il faut sauver le soldat Ryan. Bref, j’ai été bluffé par les déplacements de la caméra qui permettent d’admirer ces fameux décors sur toutes les coutures. En même temps, heureusement qu’ils étaient là parce qu’au niveau de l’histoire, je me suis fait plutôt chier. On est bien chez Sam Mendes. Visuellement, c’est splendide et bourré de détails qui font la différence. Le mec aime l’image et ça se voit.

Après, le problème, c’est que l’histoire est banale et déjà vu. Jamais, je me suis senti emballé ou concerné. D’autant plus que les protagonistes principaux sont loin d’être charismatiques. Pour tout dire, ça m’a fait l’effet de suivre des figurants pendant deux heures. Tandis que le casting AAA, dont les ennemis jurés Sherlock et Moriarty, apparaissent ponctuellement dans ce qu’on pourrait appeler des cinématiques de fin de mission. En effet, 1917 est monté comme un jeu vidéo. On a la scène d’action. La cinématique où ça blablate. Puis c’est reparti pour l’action. On ne pourrait pas faire mieux s’il s’agissait d’adapter un Call of Duty au cinéma.

Bémol, l’action ne m’a jamais impressionné ou marqué. On est loin de la claque d’un Il faut sauver le soldat Ryan et sa tension de taré. La violence semble même amoindrie. Un obus explose, des soldats sont projetés et c’est tout… Euh ? J’ai également eu l’impression de me refaire The Revenant. Surtout à la fin.

Par un peu dégoûté quand même.

Conclusion

L’association entre Sam Mendes et le film de guerre promettait des étincelles. Au final, je ne retiendrais de 1917 que son aspect technique (faire un plan-séquence pendant deux heures dans des décors sublimes) sacrément impressionnant. J’ai trouvé le reste sacrément banal. Les protagonistes ne sont pas attachants. L’histoire est montée comme un Call of Duty. Les scènes d’action sont molles. Pire que tout, je n’ai ressenti aucune émotion. Bref, un film qui vaut pour son incroyable immersion, mais c’est tout.

+

  • L’utilisation du plan-séquence est techniquement parfaite
  • Décors variés et impressionants de réalisme

  • Jamais réussi à rentrer dans l’histoire
5/10

Pin It on Pinterest