Critique : The Walking Dead – Days Gone Bye

Nouvelle série tirée du comic book éponyme et diffusée par la chaîne américaine AMC, The Walking Dead, a fait péter les records de la chaîne AMC. Avec 5,3 millions de spectateurs, il s’agit du programme le plus visionné. L’épisode pilote Days Gone Bye diffusé dimanche à l’occasion d’Halloween est l’une des meilleures audiences pour une chaîne câblée cette année. J’en profite pour faire une petite critique.

Un jeune shérif Rick Grimes (Andrew Lincoln) est touché lors d’une course poursuite. Il se réveille littéralement seul à l’hôpital. Il erre et comprend qu’une catastrophe est arrivée. Les morts qui marchent (Walking Dead) ont envahi le monde. Rick Grimes ne veut qu’une chose : retrouver sa femme et son gosse qui ont disparu.

Cet épisode d’une heure dix reprend l’arc Days Gone Bye (numéros 1 à 6) du comic. Ça débute comme le film 28 jours plus tard et met en place une atmosphère lourde. Pour ce début, ce qui impressionne, ce sont les moyens mis en place. Les décors post-apocalyptiques sont très impressionnants et n’ont rien à envier aux films comme La Route. AMC a mis le paquet de ce côté-là.

L’acteur Andrew Lincoln joue juste et nous fait partager une palette variée d’émotions. On rencontre aussi deux personnages secondaires attachants et proche du duo du film la Route (un père et un fils).

La série de Frank Darabont (La ligne verte, Les évadés) promet beaucoup dans ce premier épisode trépidant. L’arrivée à Atlanta sera l’occasion d’une scène impressionnante (je ne spoilerais pas comme promis). Le cliffhanger final ne donne qu’une envie : voir la suite ! Vivement les épisodes suivants (pour un total de 6) et rendez-vous pour le deuxième épisode.

Un très bon épisode pilote pour une nouvelle série qui va probablement rester dans les annales. Rendez-vous le 7 novembre pour la suite.

Note : 8/10

Anecdotes

Les fans de séries noteront la présence de Sarah Wayne Callies (Sara Tancredi dans Prison Break).

Advertisements
A propos de l'auteur : (2883 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.