Critique : The Ryan Initiative

Mission : Impossible avortée

Fiche

Basé sur les personnages de Tom Clancy
Titre:The Ryan Initiative
Réalisateur(s):Kenneth Branagh
Scénariste(s):Adam Cozad, David Koepp
Acteurs:Chris Pine, Keira Knightley, Kevin Costner, Kenneth Branagh, Nonso Anozie
Titre original:Jack Ryan: Shadow RecruitDate de sortie:29 janvier 2014
Pays:États-UnisBudget:60 000 000 $
Genre:Action, Espionnage, ThrillerDurée:1h 45

Ancien Marine, Jack Ryan est un brillant analyste financier. Thomas Harper le recrute au sein de la CIA pour enquêter sur une organisation financière terroriste. Cachant la nature de cette première mission à sa fiancée, Jack Ryan part à Moscou pour rencontrer l’homme d’affaires qu’il soupçonne d’être à la tête du complot. Sur place, trahi et livré à lui-même, Ryan réalise qu’il ne peut plus faire confiance à personne. Pas même à ses proches.

The Ryan Initiative
« Alors c’est toi mon successeur ? »

Critique

Décidément, Chris Pine et le reboot forment un couple uni. Après celui de Star Trek, voici venir celui de Jack Ryan, mythique héros de Tom Clancy, et déjà représenté au cinéma dans quatre films : À la poursuite d’Octobre Rouge (Alec Baldwin), Jeux de guerre (Harrison Ford), Danger immédiat (encore Harrison Ford) et La somme de toutes les peurs (Ben Affleck).

En regardant The Ryan Initiative, on pense au reboot du Batman par Nolan. Un héros rajeuni, une ambiance moderne et surtout, cela permet de découvrir ses origines alors que jusque-là, on ne connaissait le héros que via ses aventures. Ainsi à l’entraînement de Bruce Wayne, on peut y transposer le comment Jack Ryan s’est engagé dans la CIA et surtout la rencontre avec sa femme emblématique, Cathy Ryan. Par contre, à la différence du chevalier noir, rares sont ceux qui savent que les différents Jack Ryan sont le même personnage. Il faut dire que son nom très commun n’aide pas, encore moins son style physique banal (pas moyen de l’identifier de loin comme pour les super-héros masqués ou 007). Tout ça pour dire, que pour le commun des mortels, le héros Jack Ryan est juste une coïncidence.

Chris Pine une nouvelle fois au cœur d’un reboot.

La réalisation du long-métrage fut confiée à Kenneth Branagh, starifié à l’échelle planétaire depuis son Thor. Je m’attendais alors à un long-métrage dynamique mêlant habilement espionnage, action et suspense. Sans faire de cachotterie, le modèle que j’avais en tête était le Mission : Impossible de Brian de Palma. La déception fut grande. Non pas parce que le film est mauvais ou complètement différent, juste parce qu’il n’arrive jamais à l’égaler.

Niveau suspense, on frôle le néant. Pourtant, on a le droit à une revisite de la séquence mythique du piratage avec Tom Cruise suspendu. La classe en moins. Le stress en moins. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé, mais les évènements s’enchainent sans qu’on ne doute un seul instant de l’issue finale. D’ailleurs, le piratage n’est pas la seule séquence à provoquer un sentiment de déjà-vu. On peut aussi compter sur le premier meurtre de Jack Ryan librement inspiré de celui de James Bond dans Casino Royale. D’ailleurs en parlant de déjà-vu, la fin m’a fait sourire, car j’ai eu beaucoup de mal à ne pas penser à Une Journée en Enfer de la saga Die Hard.

The Ryan Initiative n’arrive jamais à proposer quelque chose d’enthousiasmant.

À s’inspirer de modèles de haut niveau, on peut penser à un cocktail dynamique sauf que chacune des séquences n’offrent rien de plus. Pire même, elles n’atteignent même pas la cheville de leurs illustres prédécesseurs, la réalisation étant très peu inspirée et les cascades trop classiques. Fort heureusement, le film reste agréable à suivre grâce à un bon quatuor d’acteurs : Chris Pine, Kevin Costner, Keira Knightley et Kenneth Branagh. Le premier ne change pas sa ligne de conduite du jeune (plus pour longtemps, ça commence déjà à se voir) héros beau-gosse légèrement torturé. Kevin Costner joue au vieux sage de la montagne. Keira Knightley est là pour la touche féminine, malheureusement, j’ai passé plus de temps à regarder ses dents que son jeu. Quant à Kenneth Branagh, il s’attribue le beau rôle du méchant où il se démerde plutôt pas mal sans atteindre le niveau de Le Chiffre (encore Casino Royale), probablement un problème de mathématiques.

The Ryan Initiative
Jason Bourne, Jack Bauer et James Bond n’ont pas le monopole du meurtre fastidieux !

Conclusion

On sent une volonté de rebooter le personnage de Jack Ryan pour créer une nouvelle franchise, seulement la qualité moyenne de cet épisode ne donne pas vraiment de motifs d’espoir pour la suite.

+– L’idée de départ– Rien de mémorable
5/10

Pin It on Pinterest