Critique : The Punisher MAX #18 – A main nue

Quatre polars magiques

Ce numéro du Punisher propose quatre histoires inédites pouvant être lues hors continuité. J’en profite pour faire un petit article afin de vous motiver à vous procurer ce numéro.

Pour ceux qui ne connaissent pas le Punisher est né le jour où Frank Castle a perdu sa famille (sa femme et ses enfants) un jour où ils se sont retrouvés dans une rixe entre deux gangs. Frank Castle fut grièvement blessé et depuis, il ne jure que par une chose : tous les gangsters doivent mourir. Là où la police ne peut rien faire, le Punisher est là.

Cette description peut convenir tant au personnage Marvel Classique que celui de l’édition MAX. Ce dernier est né le jour où Garth Ennis a voulu pouvoir ancrer les histoires du Punisher dans un contexte sans super héros ou autres. Dans un univers noir et proche de notre monde et hors continuité de l’univers Marvel (donc vous pouvez y aller sans problème, aucun risque d’être perdu avec les multiples références).

Attention, les éditions MAX sont aussi réservé aux histoires à réserver à un public averti, un peu l’équivalent du interdit au moins de 16 ans au cinéma. Et ça ne plaisante pas, des mâchoires arrachées, des têtes explosés par un fusil à pompe. Vous avez trouvé les films violents, vous n’avez rien vu.

Bref, revenons à nos moutons. Le numéro 18 du Punisher Max propose quatre histoires.

Force de la nature – Force of Nature

C’est une superbe histoire noire très réussie où le Punisher fait en sorte que trois malfrats se retrouvent coincé dans un canot de sauvetage en pleine mer afin de leur soutirer des informations. Mais tout ne se déroulera pas comme prévu..

A noter de superbes cases montrant le Punisher sous un angle inédit lors d’une fusillade (vue FPS).

Note : 7/10

Le Petit Calepin – Little Black Book

On ne prend pas le point de vue du Punisher mais celle d’une prostituée de luxe utilisée par le Punisher afin d’accéder à la chambre d’une ponte de la drogue. Pour faire quoi ? Pas des tricots, vous pouvez en être sûr.

Cette histoire est aussi excellente que la précédente. Notion spéciale aux répliques à la fin de l’épisode :

Note : 7/10

Traqué – Punisher MAX Annual 1

Histoire la plus faible du lot. Un jeune malfrat est traqué par le Punisher et il tente tous les moyens pour s’enfuir.

Les dessins sont réussis mais l’histoire est trop banale pour qu’on s’y attache plus.

Note : 5/10

A main nue – Naked Kill

Une histoire complètement délirante. Le Punisher entre dans un bâtiment ultra protégé. Or pour pouvoir y accéder, il a du délaissé tous ses armes. S’ensuit alors de multiples meurtres à mains nues afin d’accéder au 8ème étage où a lieu le tournage de snuff/porn movies (films où les morts sont réels) avec un acteur star surnommé 28-7 (28 pou la taille en centimètres et 7 pour le diamètre de son pénis au repos Oo).

Une histoire avec un traitement assez original dont j’ai beaucoup apprécié l’humour noir.

Note : 7/10

The Punisher MAX 18 Poster

Pin It on Pinterest