Critique : The Mandalorian – Saison 1

Beskar de lance

Fiche

TitreThe MandalorianTitre VO
CréateurJon Favreau
ActeursPedro Pascal, Carl Weathers, Gina Carano, Werner Herzog, Nick Nolte, Taika Waititi
Saison1Nombre d’épisodes8
Date de sortie07 / 04 / 2020Durée31–46 mn
GenreAction, Aventure, Science fictionChaîneDisney+

Après les aventures de Jango et Boba Fett, un nouveau héros émerge dans l’univers Star Wars. L’intrigue, située entre la chute de l’Empire et l’émergence du Premier Ordre, suit les voyages d’un chasseur de primes solitaire dans les contrées les plus éloignées de la Galaxie, loin de l’autorité de la Nouvelle République.

Critique

Comme fer de lance pour le lancement de sa plate-forme de streaming toute fraîche, Disney a décidé de miser sur un Mandalorien. Même pas Boba Fett ou Jango Fett en plus, mais un tout nouveau venu. Un choix qu’on pourrait juger risqué. Toutefois, pour la création de la série, une valeur sûre a été choisie. Jon Favreau. Celui qui a lancé le MCU avec Iron Man.

Certes, il n’est pas question ici de donner naissance à un tout nouvel univers étant donné qu’on est dans celui créé par George Lucas. Toutefois, il s’agit de donner le ton des séries Disney+. Soit ça se pète la gueule, soit ça montre au monde entier qu’il faut compter sur eux.

Série à l’ancienne

Dans les premières minutes du premier épisode, j’étais flippé. Les effets spéciaux n’étaient clairement pas au niveau (je me croyais devant un épisode d’Agents of SHIELD – ça la fout mal vu qu’on parle d’un budget de 100 millions pour la saison)… Malheureusement, ça se voyait beaucoup trop. Mais, ça se rattrape largement par la suite en étant toujours soigné. Reste qu’au niveau de l’intrigue, je n’avais aucune surprise, car les bandes-annonces avaient déjà dévoilé quasiment l’intégralité du premier épisode. Sauf une chose… L’excellente surprise finale. Je ne dis pas ce qu’il en est. Mais il est impossible d’être passé à côté du phénomène. Il s’agit tout simplement du MVP de l’année 2019.

Au fur et à mesure des épisodes, on comprend mieux la structure de cette première saison de The Mandalorian. Nous ne sommes pas dans une mini-série (c’est-à-dire un film en version très, très longue), mais dans une série à l’ancienne où chaque épisode a son histoire tenant toute seule. Ça m’a dérouté au prime abord. Surtout qu’aucun fil conducteur ne semble se dégager. Mais au final, j’ai accroché. Principalement parce que la courte durée (l’épisode le plus long ne dépasse pas 46 minutes et il y en a que huit) ne donne aucun temps mort. On n’est donc pas dans une de ces séries à 24 épisodes par saison.

Personnages à l’honneur

Sauf que, généralement, les temps morts permettent de développer le background et les personnages (le plus des séries par rapport aux films). Heureusement, The Mandalorian n’a besoin de ni l’un, ni l’autre. Le background, c’est l’univers Star Wars. Tout est dit sur ce point. Quant aux personnages, le seul à vraiment l’être sur cette première saison est le Mandalorien. Il permet aux néophytes de comprendre sa culture tout en découvrant ses origines. Mais les autres alors ? The Mandalorian est une de ces rares séries (et films, d’ailleurs) dont les personnages sont suffisamment charismatiques au premier coup d’œil pour réussir à se passer de développements.

C’est assez amusant de comparer cette série Star Wars à la trilogie dont la conclusion vient de sortir au cinéma. Dans la série Disney+, t’as des vrais personnages forts. Il y en a même un qui a une réplique culte. C’est suffisamment rare pour être souligné au marqueur et, plus que tout, c’est une véritable leçon. Sans oublier leur diversité avec, dans le lot, des extra-terrestres intéressants. Chose qui manque cruellement à la postlogie. C’est également un retour aux sources avec un mélange entre le western et le chanbara.

Recette parfaite

Concernant l’humour, l’émotion et l’action, encore une fois, c’est une belle réussite dans chacun de ces domaines. The Mandalorian a un humour à l’ancienne, du pince-sans-rire, avec pour cerise sur le gâteau, la délicieuse introduction de Redemption, dernier épisode de la saison réalisé par Taika Waititi (Thor: Ragnarok).

L’émotion repose énormément sur le personnage principal. Pourtant, ce n’était pas évident, car on ne voit jamais son visage. Malgré tout, Pedro Pascal, l’acteur sous le costume et le casque, fait des miracles avec son corps pour réussir à transparaître les pensées et émotions de son personnage. Une belle leçon d’acting.

Quant au dernier point, The Mandalorian semble user tout son budget pour nous offrir des séquences excitantes avec une mention spéciale pour la dernière qui aurait toute sa place au cinéma. Les scènes d’action sont d’autant plus marquantes qu’elles sont posées. Par exemple, dans l’épisode IX, il y en a plein partout du coup, on verse dans l’indigeste. Ici, on construit l’épisode autour d’un ou deux. Résultat, ils deviennent plus palpitants. Mention spéciale à l’épisode The Prisoner de Rick Famuyiwa qui n’est pas sans rappeler le final d’Alien, le huitième passager.

Par qui a très hâte pour la deuxième saison.

Conclusion

Pour une première saison, The Mandalorian est une très belle réussite. Reposant sur une construction old school avec des épisodes pratiquement indépendants, elle permet de pénétrer dans un pan de l’univers Star Wars à l’ancienne en lorgnant sur le western et le chanbara. En prime, elle offre une galerie de personnages charismatiques. Bref, chaque épisode est un régal à visionner.

+

  • Galerie de personnages
  • Star Wars à l’ancienne
  • Mix parfait entre humour, émotion et action

  • Attendre la deuxième saison
8/10

Pin It on Pinterest