Critique : The Last Of Us – S1:E1 « When You’re Lost in the Darkness »

La meilleure adaptation d’un jeu vidéo

Fiche

TitreThe Last Of Us Titre VO
CréateursNeil Druckmann, Craig Mazin RéalisateurCraig Mazin
Acteurs Pedro Pascal, Bella Ramsey, Nico Parker, John Hannah, Merle Dandridge, Anna Torv, Gabriel Luna
Saison1 Épisode1
Date de sortie16 / 01 / 2023 Durée1h 20
GenreAction, Aventure, Drame, Horreur, Science-fiction, Thriller ChaîneAmazon Prime Video

Alors qu’une pandémie a détruit la civilisation, un survivant aguerri vient en aide à une jeune fille de 14 ans, qui pourrait bien être le dernier espoir de l’humanité.

Critique

La nouvelle série phénomène HBO aura connu une arrivée un peu mouvementée en France. En effet, au début de l’année, le diffuseur français des séries HBO, OCS, a vu ses droits être expirés. Seul problème, WarnerMedia, propriétaire de la chaîne HBO, a fusionné avec Discovery.

Cette fusion a provoqué l’arrêt du déploiement mondial de HBO Max. Comme on attendait justement HBO Max pour début 2023, ben, c’était le vide pour accueillir The Last of Us. Amazon, ayant senti le bon filon, s’est jeté dessus, en a récupéré les droits pour la proposer directement sur son service Prime Video sans frais supplémentaire. Pour info, dans quelques semaines, un Pass Warner va être proposé à l’image du Pass Ligue 1.

J’ai été ravi en apprenant le joli coup de Prime Video. Non pas, parce que j’ai des actions chez eux, mais parce que j’étais déjà abonné et sans frais supplémentaires, ça devient du win-win pour moi. Bref, la vie est belle. Il est maintenant temps de s’attaquer au premier épisode.

La vie est belle, j’ai dit ? Pas vraiment, en effet, pas de 4K disponible, du simple HD… Et ça se voit durant le visionnage avec des pixels un peu trop visibles. J’espère que c’est juste un retard à l’allumage, en effet, Amazon a récupéré la série, y a pas longtemps, et qu’on aura droit à du 4K pour les prochains épisodes. Mince, quoi, quand on a vu la qualité technique de la série Les Anneaux de Pouvoir, c’est un peu les boules à la gorge.

Un joueur devant la série

Voici mon CV par rapport à la franchise :

Profil

Joueur régulier. J’ai bien aimé les jeux. Du premier bouclé, il y a une décennie, je n’ai pas gardé beaucoup de souvenirs. Par contre, le second, oui, il m’avait mis une claque.

Parcours

  • The Last of Us Part II – juillet 2020 – PlayStation 4 – Depuis mon canapé
    • Solo bouclé
    • Critique écrite
  • The Last of Us – juin 2013 – PlayStation 3 – Depuis mon canapé
    • Solo bouclé
    • Critique écrite

Formation

Autoformation chez papa et maman.

J’avais tout de même un problème majeur avec les jeux. Je n’arrivais pas à y adhérer à 100 % à cause du décalage entre l’histoire et le gameplay. Je m’explique. On nous narre les aventures de héros torturés, peu enclins à commettre des meurtres. Ce qui est en totale contradiction avec le gameplay où on enchaîne les meurtres à la pelle avec une assiduité à faire pâlir Rambo.

À la barre, le scénariste de deux Scary Movie

Naturellement, ce point disparaît avec la série. Ça avait été annoncé l’un des deux créateurs, je ne sais plus lequel (une chance sur deux), soulignant une violence logiquement amoindrie par rapport au jeu vidéo.

Pour rappel, la série est créée par le duo Craig Mazin et Neil Druckmann. Le premier a signé le scénario de plusieurs films douteux : Scary Movie 3 (2003 – 5,5/10 sur IMDB), Scary Movie 4 (2006 – 5/10), Super Héros Movie (2008 – 4,5/10) qu’il a aussi réalisé, Very Bad Trip 2 (2011 – 6,4/10), Arnaque à la carte (2013 – 5,7/10), Very Bad Trip 3 (2013 – 5,8/10) et Le Chasseur et la Reine des Glaces (2016 – 6,1/10). Un scénariste de merde ? On serait tenté de le dire s’il n’avait pas créé et écrit une perle pour HBO : la mini-série Chernobyl (2019 – 9,4/10). Le second est tout simplement le créateur de The Last of Us. Bref, l’assurance qualité est là.

Et ça n’a pas manqué. Ce premier épisode, d’ailleurs réalisé par Craig Mazin et devant initialement être découpé en deux avant d’être fusionné en un seul car HBO craignait que la fin très dur du premier épisode d’origine provoque l’abandon d’une partie du public, envoie du bon, de la brute et du truand. À commencer par une scène d’ouverture magistrale donnant l’impression de revenir dans la série Chernobyl. En plus de faire de l’inédit par rapport au jeu vidéo, elle ajoute un contexte indispensable et glaçant vis à vis du Covid. Un kif.

Un Mandolarien et un Ghost Rider sont dans un camion

On enchaîne ensuite avec un prologue où on retrouve (du moins, pour ceux ayant joué au jeu vidéo) Joel et sa fille Sarah. Sans oublier, le Ghost Rider et Terminator Gabriel Luna dans le rôle du bro Tommy. Arrive le premier souci. Connaître les grandes lignes du jeu vidéo (même si j’en ai oublié beaucoup) permet de prévoir ce qui va arriver. Ça doit même être encore pire pour ceux ayant fait le remake sorti en septembre dernier. Du coup, inconsciemment, j’ai déployé une carapace pour ne pas être marqué par ce qui va suivre. Raté. J’ai été ému aux larmes. Notamment grâce aux jeux exceptionnels de Pedro Pascal (parfait en Joel) et Nico Parker.

J’ai, par contre, eu un peu plus de mal avec l’Ellie de Bella Ramsey. Seulement physiquement (j’ai du mal à voir quelqu’un d’autre qu’Ellen Page), car au niveau du reste, l’actrice remarquée dans Game of Thrones est impeccable. Sympa, la cicatrice sur le sourcil droit. J’ai été ravi de retrouver Anna Torv que j’aime beaucoup depuis la série Fringe. Belle surprise avec Merle Dandridge dans le rôle de Marlene, le personnage qu’elle incarnait déjà dans les jeux vidéo. C’est même la seule à jouer le même personnage entre les jeux et la série.

Fidélité à toute épreuve ?

Pour le reste, j’ai comme eu l’impression d’assister à une version longue du jeu vidéo. Certains détails me sont revenu en mémoire. En regardant des vidéos de comparaison sur le net, notamment pour la scène d’action du « prologue », on peut remarquer qu’ils ont beaucoup collé au jeu. Néanmoins, des petites différences subtiles sont là. Et heureusement, car si le public néophyte sera, sans aucun doute, captivé, je ne sais pas si ce sera le cas pour les joueurs comme moi, connaissant déjà l’histoire.

J’ai peur d’avoir une lassitude à revivre les mêmes événements, surtout en ayant déjà les grandes lignes en tête noyant toute tension. Après tout, comment s’inquiéter du sort des personnages si on connaît déjà leur destin ? Quel intérêt de regarder la série si on a déjà fait le jeu vidéo ? Autant refaire le jeu, non ? Le tout dans un univers apocalyptique et des thèmes proches de Walking Dead dont j’ai fait une overdose. Je verrai au prochain épisode. Mais en tout cas, sur ce premier épisode, je n’ai pas ressenti de tension.

Ah oui, au niveau des moyens, pour l’instant, c’est propre sauf certains décors apocalyptiques respirant l’incrustation artificielle. Je pense au plan avec le gamin qui s’écroule suite à sa longue marche. Par contre, je voudrais souligner l’excellence de la narration. Ça dure une heure et vingt minutes, mais ça glisse tout seul tout en se payant le luxe d’être fluide avec des raccords impeccables. J’ai apprécié l’imbrication de certaines scènes.

Par se demandant s’il va accrocher sur le long-terme.

Conclusion

Après une scène d’ouverture magistrale, la série The Last of Us confirme. Elle est probablement la meilleure adaptation existante d’un jeu vidéo. Il ne me reste que l’inquiétude du fait qu’elle soit fidèle au jeu vidéo. En effet, si elle ne présente pas de nouveautés ou de surprises, j’ai peur de me lasser.

+

  • Scène d’ouverture
  • Fidélité au jeu
  • Acteurs, surtout Pedro Pascal et Nico Parker
  • Narration exemplaire

  • Certains plans numériques ratés
  • Pas de surprises pour ceux ayant déjà fait les jeux ?
8/10

S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Pin It on Pinterest