Critique : The Grand Budapest Hotel

Affiche française du film The Grand Budapest Hotel réalisé par Wes Anderson
Nostalgie d’une époque inconnue

Fiche

Titre:The Grand Budapest Hotel
Réalisateur(s):Wes Anderson
Scénariste(s):Wes Anderson
Acteurs:Ralph Fiennes, F. Murray Abraham, Mathieu Amalric, Adrien Brody, Willem Dafoe, Jeff Goldblum, Harvey Keitel, Jude Law, Bill Murray, Edward Norton, Saoirse Ronan, Jason Schwartzman, Léa Seydoux, Tilda Swinton, Tom Wilkinson, Owen Wilson
Titre original:Date de sortie:26 février 2014
Pays:États-UnisBudget:
Genre:Comédie, DrameDurée:1h 40
Le film retrace les aventures de Gustave H, l’homme aux clés d’or d’un célèbre hôtel européen de l’entre-deux-guerres et du garçon d’étage Zéro Moustafa, son allié le plus fidèle. La recherche d’un tableau volé, oeuvre inestimable datant de la Renaissance et un conflit autour d’un important héritage familial forment la trame de cette histoire au coeur de la vieille Europe en pleine mutation.
The Grand Budapest Hotel Photo
« Monsieur Voldemort, vous êtes en état d’arrestation. Sincèrement, vous avez vraiment cru que votre perruque allait faire illusion ? »

Critique

Je me rappelle encore de la première fois que j’ai vu un Wes Anderson. C’était en DVD. La Famille Tenenbaum. J’étais bien chaud grâce aux critiques très positives et le casting (surtout Ben Stiller que je venais juste de voir dans le complètement fou Zoolander). À l’arrivée, j’étais déçu au point que j’ai zappé le suivant : La Vie aquatique. Puis, j’ai grandi, et j’ai apprécié de plus en plus La Famille Tenenbaum. Surtout, j’ai commencé à tomber amoureux du style du réalisateur via A bord du Darjeeling Limited et surtout l’excellent Moonrise Kingdom. L’histoire d’amour continue-t-elle avec The Grand Budapest Hotel ?

Le truc complètement fou avec ce film, c’est le casting de malade qui m’a demandé un peu plus de temps que d’habitude pour lister tous les acteurs dans la fiche. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu être un gangster je n’ai jamais vu un casting aussi bandant. En tout cas, l’Anderson doit avoir quelque chose pour qu’autant d’acteurs de renoms acceptent de jouer dans ses films. Ça frôle presque l’indécence, là. Il a une liste de tous leurs secrets honteux et menace de la balancer à la presse people ou quoi ?

Une réunion d’acteurs digne des Oscars !

L’ouverture du film est magnifique. On pénètre en une seconde dans le nouvel univers d’Anderson grâce à des acteurs qui se fondent à merveille dans l’ambiance (Ralph Fiennes est merveilleux), des décors d’époque sublimes et au nouveau cap franchi par le réalisateur au niveau de la maîtrise de la mise en scène. Notamment via la multiplication des plans donnant l’impression de jouer un jeu vidéo old-school, comprendre en deux dimensions. Je ne sais pas si Wes Anderson était un joueur de cette époque, mais j’ai eu pas mal de flashbacks des plus beaux jeux vidéo de cette génération. Malgré tout, j’ai fini par ressentir une certaine lassitude. La réalisation donne l’impression de toujours revoir les mêmes plans. Comme on dit, il faut savoir ne pas abuser des bonnes choses.

The Grand Budapest Hotel Photo Ralph Fiennes Tilda Swinton
Ralph Fiennes est dépité. Il avait plutôt l’habitude de défrayer la chronique en couchant avec une hôtesse de l’air à bord d’un avion de la compagnie Qantas ou en réveillant tout un hôtel en couchant avec quatre jeunes femmes dans une piscine.

Le film se déroule sur plusieurs époques facilement identifiables grâce à leurs formats différents : en 1.37 :1 pour les années 30 (environ 70 % du film), en format large anamorphosé pour les années 60 et en 1.85 : 1 pour le « présent ». Une idée donnant beaucoup de peps à la première demi-heure. On peut aussi rajouter à cette excentricité, une séquence de course-poursuite en stop-motion d’un excellent goût.

Avec The Grand Budapest Hotel, Wes Anderson sublime le style qu’il avait mis au point sur Moonrise Kingdom.

The Grand Budapest Hotel subjugue dans sa première partie avec un rythme élevé blindé de petites idées géniales à droite et à gauche et un sens de la narration unique donnant l’impression d’être en train de lire un conte pour enfants. Un Roald Dahl, surtout ! Ce serait un rêve que Wes Anderson adapte un roman de l’auteur.

Malgré tout, il plonge dans sa dernière demi-heure. Le rythme devient redondant malgré quelques bons passages bien stressants comme la fuite de Kovacs (avec un effet gore fort inattendu dans son dénouement). Sûrement, la faute à cette lassitude au niveau de la réalisation dont je parlais ci-dessus, mais aussi une intrigue devenant bien moins intéressante, plus convenu. Fini, la découverte de l’univers, on s’oriente vers un simple jeu de course-poursuite pas foncièrement énergétique. Heureusement, The Grand Budapest Hotel se sauve avec son final dans le ton de son début, en provoquant un sentiment de nostalgie. Une nostalgie fort inattendue, presque surréaliste, car concernant une époque que je n’ai pas connue.

The Grand Budapest Hotel Photo Saoirse Ronan
« Oui, c’est moi, Slumdog Millionnaire. Tu couches avec moi maintenant ? »

Conclusion

The Grand Budapest Hotel se présente comme une suite spirituelle de Moonrise Kingdom. Néanmoins, sans arriver à son niveau. On aime ou on n’aime pas, mais on est obligé de reconnaître le talent.
+– Ralph Fiennes
– Décors
– Réalisation
– Style
– Casting phénoménal
– Réalisation lassante à la longue
– Dernière partie moins maîtrisée
– Mêmes défauts que Moonrise Kingdom
7/10

3 réflexions au sujet de “Critique : The Grand Budapest Hotel”

  1. Wes Anderson a déjà adapté Roald Dahl en 2010 avec Fantastic Mr. Fox, un film d’animation en stop-motion.
    Autrement, je suis d’accord avec toi sauf que je l’ai préféré à Moonrise Kingdom !

  2. Je ne vais pas faire un message aussi long que d’habitude, je viens de le voir, et j’ai beaucoup apprécié le style. Et bien sûr, tous les acteurs sont très bons. J’ai vu le film en VF et je tiens aussi à préciser que les doubleurs Français qui ont été sélectionnés sont quasiment tous des voix très connues, et qui connaissent donc bien le métier, apportant ainsi un bon doublage qui solidifie les jeux d’acteurs. Donc je tenais à saluer la performance, c’est assez rare pour être souligné !

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest