Critique : Fighter (The Fighter)

Un clone de Rocky?

 
Date de sortie cinéma : 9 mars 2011

Réalisé par David O. Russell (réalisateur du très moyen Les Rois du désert)

Avec Mark Wahlberg (alias monsieur je fais la gueule tout le temps même quand je fais l’amour), Christian Bale (je prends et perds des kilos comme vous changez de culottes), Melissa Leo (j’ai joué dans le nouveau Kevin Smith, Red State et na) et Amy Adams (je suis la reine des rôles de cruches).

Long-métrage américain
Genre : Biopic, Drame
Durée : 1h53

Oscar 2011 : Meilleur acteur dans un second rôle (Christian Bale) et Meilleure actrice dans un second rôle (Melissa Leo)
Golden Globes 2011 : Meilleur acteur dans un second rôle (Christian Bale)
Screen Actors Guild Awards 2011 : Meilleure actrice dans un second rôle (Melissa Leo) et Meilleur acteur dans un second rôle (Christian Bale)

Tiré d’une histoire vraie.
Micky Ward (Mark Wahlberg) est un boxeur qui n’arrive plus qu’à enchainer les défaites. Son frère/entraîneur, l’ancienne gloire Dicky Eklund (Christian Bale), est un junkie et n’arrive pas à l’heure à ses entraînements. Sa mère (Melissa Leo) est obnubilée par l’argent tant pis si son fils se fait démolir. Sa rencontre avec Charlene (Amy Adams) va tout bousculer et l’obligera à se remettre en question.

Un clone de Rocky ?

On est en droit de se poser cette question en voyant la bande annonce et le synopsis. Qu’en est-il réellement de l’histoire de Micky Ward ? Tout d’abord, une grosse claque en voyant le film, la star du show n’est décidément pas Wahlberg mais Bale et de loin. On comprend mieux pourquoi il a disposé de l’oscar du meilleur second rôle sans souci et sans protestation. On se dit qu’il n’aurait pas dû faire Batman dans The Dark Knight mais bien le Joker tant sa prestation de junkie confine à la folie. En-a-t-il prit de la graine de défunt et regretté Heath Ledger ? Toujours est-il que la prestation de Bale a été applaudi de mes deux mains (mentalement bien sûr, je n’ai pas envie de passer pour un gogol en applaudissant dans une salle où trainait quelques vieux et des jeunes qui ont séché les cours, ce n’est pas bien !).

Le personnage de Bale est de loin le personnage le plus intéressant du film tant celui de Wahlberg respire le classique Rocky « mec-sympa-un-peu-rustre-qui-va-triompher-après-en-avoir-pris-plein-la-gueule ». Mais je ne m’arrêterais pas là, ce serait vraiment méchant. C’est juste que sa performance est nettement amoindri devant celle de Bale mais il incarne avec justesse ce rôle dont on le sent plus à l’aise que dans ses dernières sorties : Crazy Night et Very Bad Cops.
Je retiendrais aussi la performance de Melissa Leo en tant que mère de Micky. Une femme forte au langage de vipère et qui se fourvoie complètement.

Donc je disais un clone de Rocky ?

Désolé, je m’étais trop vite égaré sur la prestation de Bale. Faut dire qu’il m’a mis une claque. Parlons du film. Sommes-nous devant un clone de Rocky ? A la fois oui et non. Oui, parce que l’histoire de Micky Ward est un copier-coller mais peut-on en dire quoi que ce soit étant donné qu’il s’agit d’une histoire vraie. D’ailleurs on peut aussi dire ça de De l’ombre à la lumière et Million Dollar Baby. Du coup, est-ce seulement le contexte de la boxe souvent collé sur le principe du rêve américain (le pauvre qui accède à la gloire au terme d’un combat surhumain calqué sur le modèle Rocky Balboa/Apollo Creed).

Mais chacun de ces films arrivaient à se sortir du lot en nous donnant un emballage différent. On n’avait pas l’impression d’avoir vu le même film en regardant Million Dollar Baby ou De l’ombre à la lumière ou même Rocky Balboa. Il est en de même pour Fighter qui nous fait suivre la destinée d’un boxeur ne sachant pas comment sortir de l’ombre de son frère et assouvi au désir de sa mère, la matrone familiale.

Le gros avantage de Fighter est aussi de nous raconter en parallèle de l’histoire de Micky, celle de son grand frère Dicky Eklund, la fierté de la famille. L’histoire de ce boxeur sur le déclin après son plus grand haut-fait (il a « mis » KO Sugar Ray) et désormais junkie fait mouche et nous touche. Bien plus que celle de Micky.

Spoiler

Un gros moment de frisson lors du combat final lorsque Dicky dit à son frère de saisir sa chance, de réussir là où il a raté. J’en ai la chair de poule rien que de me remémorer de cette scène.

Et les combats de boxe ?

On peut être un peu déçu de ce côté. La plupart sont à peine résumé en quelques plans et le combat final ne dure que quelques minutes. Ce sont les charmantes demoiselles qui nous accompagnent qui seront contentes.

Un film de boxe classique, c’est-à-dire à la Rocky Balboa, mais qui nous offre en parallèle une histoire envoutante à propos d’un boxeur sur le déclin joué par l’extraordinaire et oscarisé (bien mérité) Christian Bale.

Sa scène culte : à votre avis ? Bien évidemment le combat final mais on peut aussi ajouter le visionnage du documentaire HBO sur Dicky Eklind.

Note : 8/10

PS : On parle de David O. Russell pour réaliser l’adaptation du jeu vidéo Uncharted. Curieux de voir ça.

The-Fighter-Affiche

Pin It on Pinterest