Test : Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Storm 3

C’est l’histoire d’un héros…

Fiche

Titre:Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Storm 3
Éditeur:Namco
Développeur:CyberConnect2
Plate-forme:Playstation 3, Xbox 360Date de sortie:8 mars 2013
Genre:Action, Aventure, CombatClassification:Déconseillé aux – de 12 ans
Testé sur:Playstation 3
Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Storm 3 Image
Il est temps de recontrôler Naruto.

Critique

Naruto et moi, c’est une histoire qui a commencée à Carrefour. N’ayant rien à lire pendant mes vacances dans le sud de la France, je cherchais une distraction. Je suis tombé sur cette couverture assez spéciale où on voyait un gamin blond affublé d’un improbable costume orange et d’un rouleau entre ses dents. Même aujourd’hui, je ne sais toujours pas pourquoi je l’ai pris mais quoi qu’il en soit. J’ai pris ce premier numéro et l’ai fini durant le chemin de retour. J’ai alors tanné mon père pour qu’il me ramène à Carrefour afin d’acheter les numéros suivants.

« [Ma première rencontre avec Naruto] est une couverture assez spéciale où on voyait un gamin blond affublé d’un improbable costume orange et d’un rouleau entre ses dents. »

Des années plus tard, j’ai désormais arrêté de suivre le manga Naruto par manque de temps et aussi exaspéré par la lenteur de l’intrigue se noyant dans les histoires secondaires. J’avais fait le second épisode de la saga Ultimate Ninja Storm et j’avais particulièrement accroché au format (voir le test) mais j’ai zappé le suivant (Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Storm Generations) très critiqué pour avoir fait l’impasse sur la grande force de la saga, à savoir l’histoire. Les cinématiques endiablées étaient devenues de simples images.

Par contre, je n’avais pas l’intention de faire l’impasse sur celui-ci, les cinématiques étant revenues. Je n’ai pas été déçu du voyage. Ne connaissant pas le déroulement de l’intrigue, j’ai été encore plus surpris (merci donc de ne pas mettre de spoiler pour la suite de l’histoire dans les commentaires). Par contre, cette fois-ci, l’effet de surprise est passé. Je savais donc à quoi m’attendre et j’avoue avoir été très légèrement déçu.

Le système de combat aurait gagné à être amélioré pour être plus dynamique (parce qu’au bout d’un moment, on fait toujours la même chose) sans oublier les phases beat’em all relativement foirées. Ça m’a rappelé le mode Tekken Force. Mais au moins, leurs présences permettent d’apporter un peu de diversité. Finalement ce sont les combats contre les boss et les QTE (toujours aussi réussis) qui permettent de dynamiter l’ensemble et d’offrir au jeu un gameplay plus accrocheur que celui du simple jeu de combat. En fait, le seul attrait que je trouve aux combats, ce sont les coups spéciaux des personnages avec leurs petites cinématiques rendant l’ensemble encore plus spectaculaire. On a envie d’essayer tous les personnages pour découvrir leurs coups spéciaux.

« Le système de combat aurait gagné à être amélioré pour être plus dynamique. »

Graphiquement, le jeu n’a que très peu évolué et j’ai été choqué par l’aliasing trop présent. C’est immonde ! Espérons que le prochain Naruto verra le jour sur la prochaine génération de consoles. Aussi pour permettre de corriger les décors un peu trop vides dans les cinématiques employant le moteur du jeu. Par contre, soulignons l’incroyable effort des développeurs pour modéliser l’ensemble du casting du manga. Un nombre très impressionnant (plus de 80).

Passons à l’histoire, point fort du jeu. Le mode histoire doit probablement être composé de 80% de cinématiques et 20% de jeu. Non, ce n’est pas une blague. C’est pire que Metal Gear Solid 4. Du coup, les allergiques vont se suicider mais les fans du manga vont se régaler. Ici, l’histoire du manga est résumée permettant de sauter les sous-intrigues relous, les dialogues à rallonge quitte à sous–développer les personnages secondaires. Quoique les quatre premiers chapitres (dix au total) sont un peu trop bavards. Heureusement, une fois que la guerre commence, le tout s’emballe. Moi qui me plaignais que le manga traînait trop, j’ai pris un pied devant cette histoire pouvant être résumé à une sorte de best-of tout en conservant une intrigue lisible pour ceux n’ayant jamais lu le manga toutefois avoir fait les précédents est quasiment indispensable.

« Le mode histoire doit probablement être composé de 80% de cinématiques et 20% de jeu. »

J’aurais tout de même préféré que ce soit un peu plus long (« seulement » onze heures de jeu en ligne droite) car la fin nous laisse en plan. Je dois résister mentalement pour ne pas reprendre le manga pour en savoir plus sur la suite. Non, je vais être fort, je vais attendre le quatrième.

Image du rooster de Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Storm 3
Quel casting, quand même.

Test

Graphisme : 7/10 – Comme la plupart des jeux sur consoles, beaucoup commencent à sacrément vieillir par rapport aux jeux PC. Il est désormais temps de passer à la suivante malgré tout, Naruto conserve son charme et la retranscription par rapport à l’anime est parfaite. Un bémol tout de même pour l’aliasing et les décors vides.

Gameplay : 7/10 – Le système de combat seul est assez répétitif à la longue. Heureusement l’histoire offre en plus des combats contre les boss dynamiques, des QTE toujours aussi géniaux et des phases de beat’em all (même si légèrement ratées) permettant de donner un second souffle au gameplay.

Durée de vie : 7/10 – Onze heures en ligne droite pour boucler le solo. Tout à fait correct surtout qu’en plus, il y a le mode online et des tournois sans oublier les quêtes secondaires du jeu. On en a pour son argent.

Histoire : 9/10 – A la fois jouissive et émouvante (j’ai lâché plusieurs larmichettes durant le chapitre racontant la naissance de Naruto) sans oublier une réalisation impeccable, elle est juste pénalisée par des dialogues un peu trop longs et répétitifs (combien de fois, j’ai lâché dans ma tête « C’est bon, on a compris! »).

Son : 9/10 – Le choix est offert entre la voix anglais et japonaise (merci beaucoup) sinon les musiques sont une merveille!

Son point fort – Permet de suivre le meilleur de Naruto.

Son point faible – Pas mal de petits défauts techniques.

Image de Kyûbi dans Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Storm 3
Les meilleures phases du jeu sont les combats contre les boss.

Conclusion

Un jeu unique en son genre. Car rares sont les jeux de combats à offrir une histoire aussi réussie sans parler de sa mise en scène ultra efficace. Seul le gameplay simpliste des combats peut ennuyer.
Trophée8/10

Pin It on Pinterest