Test : From Dust

Modéliser le monde
Éditeur:Ubisoft
Développeur:Ubisoft Montpellier sous la direction de Éric Chahi (Another World, Heart of Darkness)
Plate-forme:PC (Steam), Playstation Network, Xbox Live ArcadeDate de sortie:27 juillet 2011
Genre:God GameClassification:Déconseillé aux – de 12 ans
Le joueur incarne le Souffle, une entité divine capable de déplacer de la matière. Celle-ci est invoqué par une tribu, à la recherche de son passé et de pouvoirs anciens. Le Souffle lui permet de contrôler l’environnement très hostile de la planète pour y survivre.

Il faut pour cela faire face à de nombreuses catastrophes : tsunamis, volcans en éruption, séismes, ou même feux de forêt. Le joueur a plusieurs capacités (variant selon les niveaux) pour accomplir sa mission. Des pouvoirs plus complexes, comme arrêter le mouvement de l’eau ou créer une barrière invisible pour protéger son peuple, sont disponibles.

From Dust était très attendu de ma part car il était signé par le français Éric Chahi derrière deux bombes qui m’ont marqué : Another World (qu’il a réalisé tout seul mis à part la musique) et Heart of Darkness. Et From Dust bénficiait d’une réputation qui le voyait être le successeur de Populous.

J’étais vraiment curieux de voir le résultat final mais malheureusement, j’ai été déçu. Comme pour tous les projets qui essaient d’innover, on retombe très souvent dans la répétition et bien cela le problème de From Dust. Malgré, les 14 niveaux, difficile de trouver une quelconque différence entre les niveaux. L’ensemble se résumant à un puzzle game dont il faut trouver la sortie pour nos autochtones. Ce n’est pas bien difficile pour peu qu’on soit un minimum débrouillard car c’est d’un autre côté la grande force de From Dust, une liberté absolue pour finir le niveau, chacun sa technique.

Autre déception, l’absence d’une réelle histoire. Dommage surtout qu’il y avait moyen. On notera un moteur sacrément impressionnant. On peut faire survenir des montages, de la plantation ou de la lave. On tente de tracer un chemin pour nos lemmings vers le prochain totem (un totem sert à fonder un village). On lutte contre les catastrophes naturelles. Une belle réussite et le point fort du jeu

Graphisme : 9/10 – Très beau pour un jeu PSN et surtout quel moteur!

Gameplay : 7/10 – Le gameplay est assez innovant grâce à un moteur de jeu exceptionnel mais on sera déçu par les fonctionnalités offertes très limitées au final.

Son : 7/10 – Une musique simpliste mais enchanteresse.

Durée de vie : 9/10 – Très bonne pour un jeu PSN, la campagne vous prendra 5 ou 6 heures et un mode défi sera là pour prolonger le jeu avec quelques heures en plus.

Histoire : 3/10 – Des mecs mal barrés qui cherchent une terre sainte. Se résume à quelques lignes de dialogues au début de chaque monde. Décevant (surtout après Another World et Heart of Darkness)

Succès/Trophées : 6/10 – Trophées PSN donc pas grand chose mais très facile à acquérir.

Son point fort – Le moteur du jeu.

Son point faible – Répétitif et assez limite au bout du compte.

Note : 5/10 – Un god game mineur étant donné le peu de fonctionnalités offertes mais reposant sur un moteur qui force le respect. Une semi-réussite.

Pin It on Pinterest