Test : Far Cry 3 : Blood Dragon

Far Cry ’80s

Fiche

Titre: Far Cry 3 : Blood Dragon
Éditeur: Ubisoft
Développeur: Ubisoft Montreal
Plate-forme: PC, Playstation 3, Xbox 360 Date de sortie: 1 mai 2013
Genre: Action, FPS Classification: Déconseillé aux – de 18 ans
Testé sur: PC
Far Cry 3 : Blood Dragon Image
Bienvenue en 2007.

Critique

Les DLC n’ont jamais été mon verre de jus d’orange (je n’aime pas le thé), plus machines à faire des billets verts que véritables apports au jeu d’origine. Par contre, ce jugement mérite d’être révisé avec Far Cry 3 : Blood Dragon dont l’actualité a été particulièrement marquante. Tout d’abord avec une vidéo de présentation originale puis une fuite ayant permis aux pirates de récupérer le jeu des semaines avant sa sortie officielle.

Tout commence comme un jeu des années 80 avec ses cinématiques en petites images fixes où les personnages se déplacent verticalement ou horizontalement sans jamais bouger et où les mouvements sont simulés par deux images qui se répètent à l’infini sans oublier le look qui va avec. Blood Dragon commence avec la découverte d’un futur (enfin le passé pour nous vu que le jeu se déroule en 2007) où les couleurs lorgnent vers le fluo et où le héros semble être débarqué d’un passé révolu (une époque où nos manettes n’avaient que quatre boutons). Rien de tel pour se mettre dans l’ambiance.

« Blood Dragon commence avec la découverte d’un futur où les couleurs lorgnent vers le fluo et où le héros semble être débarqué d’un passé révolu. »

Une fois que nous contrôlons le joueur (après un tutoriel hilarant), on a quand même l’impression de rejouer à Far Cry 3 (avec un filtre fluo certes mais Far Cry 3 quand même) mais heureusement, le jeu se diversifie par la suite en nous offrant des armes atypiques dont une piquée à Terminator dans Le Jugement Dernier (la fameuse mitraillette tournante). J’avoue avoir été déçu au début à l’idée de devoir me retaper toutes les quêtes annexes pour booster mon personnages (l’île est loin d’être petite) mais fort heureusement, nul besoin d’accomplir ces quêtes pour boucler la quête principale (composée de sept missions). Du coup, je n’ai pas réfléchi, j’ai fait directement l’histoire et j’ai pris un petit pied devant cet hommage efficace.

« On se croirait en pleine partie de Serious Sam à déglinguer les ennemis à la suite sans vraiment faire attention à notre vie. »

Si les premières missions sont classiques, les deux dernières sont très fun notamment quand on récupère l’arme ultime. Un conseil, montez de niveau rapidement pour pouvoir la jouer en bourrin car notre héros n’est pas frêle mais une véritable machine à tuer et ça se ressent. On se croirait en pleine partie de Serious Sam à déglinguer les ennemis à la suite sans vraiment faire attention à notre vie. Une véritable alternative au jeu originel comme quoi dans un DLC, on n’est pas obligé de refaire la même chose. J’adore aussi le fait qu’il puisse courir sans fatiguer (on délaisse les véhicules trop lents) et les fameuses répliques du héros lorsqu’on tue des ennemis (Duke Nukem powaaaa!).

Test

Graphisme : 9/10 – On conserve l’excellent moteur de Far Cry 3 et on y ajoute une ambiance eighties délicieuse. Sans oublier les dragons de sang. Par contre, je trouve ça un peu trop sombre.

Gameplay : 8/10 – Grande surprise. Si on l’impression de devoir refaire la même chose que Far Cry 3 finalement ce ne sera pas le cas grâce à notre héros boosté capable de tomber d’une dizaine de mètres sans bobo et de courir sans se fatiguer. On bénéficie alors d’un gameplay plus nerveux et plus bourrin, différent en somme. Appréciable.

Durée de vie : 4/10 – Moins de trois heures de jeu en ligne droite. Pour quinze euros, ça fait mal quand même.

Histoire : 8/10 – On n’a pas une histoire de folie mais un pur hommage (réussi de prime) aux jeux vidéo old-school. Sans oublier l’excellent humour. Ce qui est sûr, c’est qu’on ne risque pas de l’oublier! « Type IV, mother fucker! ». Marvell aime ça.

Son : 9/10 – Ambiance eighties, on plonge des années en arrière. Marvelll aime ça.

Son point fort – Un vrai DLC original.

Son point faible – Trop sombre et trop court.

Far Cry 3 : Blood Dragon Image
Une ambiance fluo originale même si trop sombre à mon goût.

Conclusion

 

Far Cry 3 : Blood Dragon est un véritable modèle de DLC réussi même si je trouve que quinze euros, c’est légèrement trop. Dix euros auraient mieux convenu.

Trophée7/10

Pin It on Pinterest