Test : Crysis 2

« On m’appelle… Prophet. »

Sachant que je venais juste de recevoir le boîtier Optoma pour la 3D avec mon vidéoprojecteur, j’étais bien chaud à me faire Crysis 2 en 3D. Bien motivé, je lance le jeu en 3D, je me mets en mode Super Soldat, suis pas une tapette (j’ai fini les trois derniers Call Of en vétéran mais bon, ce n’est pas super dur à part des passages à criser).

Déjà, c’est le drame, la 3D m’explose les yeux surtout à cause des sous-titres, qui sont dédoublés. Du coup, j’ai vachement de mal à jouer, je n’arrête pas de loucher sur les ennemis et je me fais rétamer à chaque combat. Après quelques tests de réglages, je n’y arrive toujours pas donc j’ai laissé tomber la 3D et je suis revenu dans le simple mais efficace monde en deux dimensions.

Là, ce n’est plus la même histoire, j’enchaîne les ennemis sans trop de difficulté, je me camoufle, je passe derrière un ennemi et UNE élimination furtive, UNE. Peu après, je récupère l’armure améliorée, oh oh oh comme fait un bonhomme tout en rouge très énervant (dommage qu’il soit pas dans le jeu, j’aurais bien aimé me le faire), le jeu devient encore plus facile. Pas étonnant vu qu’avec cette armure, on peut courir plus vite, sauter plus haut, activer un mode armure permettant de recevoir plus de dégâts et surtout activer un mode furtif à la Metal Gear Solid. Mais on ne peut pas le faire autant qu’on veut, il y a une barre d’énergie et on doit parfois attendre qu’elle se recharge avant de réutiliser les « pouvoirs » : c’est emmerdant quand on est en furtif, entouré de 6 ennemis et que notre barre d’énergie fait bip-bip. Il ne reste plus qu’à se préparer à faire coucou avant de mourir.

Le kif avec le jeu, c’est ses zones ouvertes. Pas de couloirs complètement fermés à la Call Of. On entre dans une zone comme dans Splinter Cell ou Hitman et on choisit son cheminement. Moi, je suis un ninja donc je privilégie le furtif mais des fois, je me lâche et je canarde tout le monde (bon, j’avoue que ça marche moyen en super soldat : deux coups sans armure et on meurt).

Puis arrive la vraie difficulté, les aliens. Après un tralala scénaristique donc je vous laisse la surprise de découvrir. Ce ne seront plus les soldats vos ennemis mais des envahisseurs d’une autre planète. Là, c’est une autre histoire, ils sont bien plus dur à tuer. Il faut vraiment maintenir la gâchette et les canarder pour espérer qu’ils trépassent. Le jeu devient ultra-joussif, on se planque, on flippe. On prépare notre armure, notre arme et on se lance tel un pauvre fou en hurlant « Je suis Alcatraz et on me fait pas chier ! ». Poum, mort ! On repop vachement loin en se disant : « Putain, faut que je refasse tout ça ! ».On refait le cheminement en mieux car on sait où ils sont planqués ces petits vicieux. On arrive à l’endroit fatidique. Bon, cette fois-ci, je me le fais correctement. On bute celui qui nous descendu précédemment dans les règles de l’art et voilà que débarquent trois autres aliens-poulpes alertés par le bruit. Et fuck ! Poum, mort, repop.

Crysis 2 se résumera souvent à ça en difficulté Super Soldat mais le truc qui est génial, c’est que contrairement à Call of Duty, on ne reste pas bloqué indéfiniment sur un passage qu’on répète à l’infini car il n’y a pas d’autres possibilités. Étant donné qu’il s’agit de zones ouvertes, on peut essayer un autre moyen : furtif, bourrin, sniper. Tout est ouvert et rien n’est prédéfini et ça, c’est magnifique dans notre époque blindée de FPS scriptés.

Spoiler

Je me rappellerais aussi de la découverte de la base des ET en plein Central Park, visuellement très impressionnant et de cette arme micro-onde qui fait exploser les ennemis, quel pied !

Graphisme : 8/10 – C’est beau, très beau, le moteur Cry-Engine fait des merveilles. La modélisation de New-York est à tomber par terre. Toutefois, une déception pour les ET qui sont tous les mêmes.

Gameplay : 8/10 – J’adore, un FPS avec une armure façon cheat (bouclier, furtivité, super course, super saut) associée à des zones ouvertes. Tout est fait pour que vous preniez votre pied à jouer comme vous voulez ! Les autres FPS devraient s’en inspirer.

Durée de vie : 8/10 – Le solo est long surtout en Super Soldat (10h), c’est autre chose que les derniers Call of (5h) et Killzone (4h).

Histoire : 7/10 – Alors qu’ils sont envahis par les extra-terrestres, des humains se disputent pour récupérer l’armure de Prophet. Alcatraz, un jeune bleu la récupère et tentera de sauver New York tout en bottant le cul des humains arrivistes. Une déception par rapport à la liaison avec le premier, il n’y en a presque pas.

Succès/Trophées : 8/10 – 59% juste en faisant le solo. Plein de trophées très faciles en multi.

Son point fort – Enfin un FPS en zone urbaine et avec des zones ouvertes !

Note : 8/10 – Vous avec rêvé d’un FPS en plein New-York avec des bâtiments qui s’écroulent, des trains qui déraillent, des aliens qui hurlent à la mort, des égouts peuplés de gens infectés, des combats nerveux, des zones ouvertes et une super armure. Crysis 2 est fait pour vous !

affiche Crysis 2

Pin It on Pinterest