Critique & Test Blu-ray : Straw Dogs (Les chiens de paille)

Décadence vers la violence

Fiche

D’après le roman de Gordon Williams, The Siege of Trencher’s Farm
Réalisateur(s):Rod Lurie (Le Dernier château, Le Prix du Silence)
Scénariste(s):Rod Lurie
Acteurs:James Marsden (X-Men), Kate Bosworth (Another Happy Day), Alexander Skarsgård (la série True Blood), James Woods (Vampires), Dominic Purcell (la série Prison Break), Rhys Coiro, Billy Lush, Laz Alonso, Willa Holland (la série Gossip Girl), Walton Goggins (la série The Shield)
Pays:USADate de sortie:– (Direct to video)
Genre:ThrillerDurée:1h50
Budget:12 500 000$
Deux jeunes mariés quittent le pays pour aller s’installer au fin fond des États-Unis, au Mississippi. Ils se heurtent bientôt à la violence locale.
Date de sortie Blu-ray/DVD:7 mars 2012Format vidéo:2.35:1
Langues:Anglais, Français (DTS-HD Master Audio 5.1), Espagnol (Dolby Digital 5.1)
Sous-titres:Français, Anglais, Espagnol
Suppléments :Commentaire audio du réalisateur Rod Lurie, 4 featurettes (les titres sont en anglais, je n’ai pas trouvé la traduction française sur le net): Courting Controversy: Remaking a Classic (HD, 7:41), The Dynamics of Power: The Ensemble (HD, 6:20), Inside the Siege: The Ultimate Showdown (HD, 7:29), Creating the Sumner House: The Production Design (HD, 4:09), Bandes annonces

Critique

Remake d’un film culte avec Dustin Hoffman, Les Chiens de paille, en son temps, avait fait un flop au box-office mais est devenu un classique depuis surtout grâce à son sujet et le traitement extrême. Je ne l’ai jamais vu, juste entendu parler, c’est donc vierge de tout à priori que j’ai lancé la lecture de ce remake. En plus, coup de bol, comme le film n’est pas sorti au cinéma, je n’ai vu aucune bande annonce, ni lu aucun article dessus. C’est le genre de film que je découvre vraiment (c’est tellement rare de nos jours que cela vaut la peine d’être souligné).

Doté d’un beau casting, Straw Dogs nous met directement dans le bain en diffusant des images des paysages du sud. Ce même sud où un jeune couple va emménager dans la ville imaginaire de Blackwater d’où est originaire la jeune femme Amy Summer. Une bourgade surnommée « affectueusement » de trou du cul du monde par cette même femme jouée par Kate Bosworth.

Le film ne perd pas de temps et met en place les protagonistes dès la première expédition en ville où le jeune couple va déjeuner dans le bar de la ville. On fait la connaissance avec Charlie, l’ex d’Amy et une tension palpable s’installe déjà. Car la carrure de Charlie éclipse aisément celle de David, le mari d’Amy sans compter que Charlie peut compter sur la présence de ses trois amis. Un rapport de force s’installe d’office même si David tente à tout prix de le désamorcer. Ce rapport de force est typique même celui entre le bouseux et l’intellectuel. On s’inquiète vraiment pour le couple car paumé dans un bled où un shérif seul fait office de représentant de la loi, comment s’en sortir donc face à quatre hommes? Sans compter que la maison où habite le couple est vraiment isolé.

On peut être surpris par le choix de James Marsden pour incarner l’intellectuel vu qu’il avait incarné le grand leader des X-Men, Cyclope, et on connaît sa carrure physique (dans de nombreuses comédies romantiques, il avait fait tomber la chemise). Déjà on peut compter un bon point pour l’original qui avait choisi le frêle Dustin Hoffman, rendant exigu le rapport de force mais de toute façon, c’est un débat stérile car Charlie joué par Alexander Skarsgård est un monstre physique surpassant sans problème James Marsden (1m78 contre 1m93, l’écart est flagrant). Surtout que le réalisateur exhibe les muscles saillants de Charlie tandis que David est tout le temps camouflé sous des vêtements et des lunettes rondes le rendant faible.

Pour le rôle de la femme, Kate Bosworth est un excellent choix car elle arrive sans peine à concilier fragilité, sexytude et force, la femme moderne en somme. Elle est même celle qui est au cœur des enjeux entre David et Charlie.

Par ailleurs, le film s’attache aussi à examiner progressivement l’escalade de la violence en décortiquant des petits faits séparant le monde citadin de celui de la campagne. Le tout commence avec la décision de David d’engager Charlie pour rénover sa grange. Étant un parisien, je me suis bien plus facilement rangé du côté de David, choqué comme lui lorsque l’un des amis/ouvriers de Charlie débarque dans la maison pour récupérer des bières. Impensable en ville, beaucoup moins en campagne.

J’ai beaucoup aimé le fait que le film conserve de bout en bout une tension palpable pour arriver à son paroxysme à l’heure et dégénérer totalement vers la fin avec un siège mémorable (le Maman, j’ai raté l’avion version adulte). Je sentais mes tripes se remuer par l’extrême violence psychologique qui se dégageait. J’ai été également très surpris par la classification Accord parental souhaitable pour le film alors que l’original était Interdit aux moins de 16 ans. Après visionnage, j’aurais tout de même mis une interdiction aux moins de 16 ans (à minima 12 quand même) car si la violence graphique n’est pas énorme, quelques gouttes de sang par-ci et par-là, la pression psychologique malsaine qui s’en dégage est hard et trouve même une scène de viol insoutenable aussi tranchante que celle de la version originale de Millenium ou celle d’Un dimanche à Kigali (la scène de viol la plus horrible vue au cinéma).

Spoiler

Sans compter le côté malsain où Amy gémit de plaisir lors de son viol.

L’histoire secondaire avec le frère de Michael dans Prison Break, Dominic Purcell, se révèle extrêmement anecdotique malgré un retournement de situation inattendu, elle a la faiblesse de n’être que catalyseur des évènements finaux. Dommage quand on voit l’excellent trio porté par James Wood au cœur de cette intrigue.

Le film a au moins le mérite d’interpeller et de questionner par son sujet et sa résolution extrême. Difficile de ne pas engager le débat et étudier la cascade de violence avec votre camarade.

Spoiler

Personnellement, je trouve que le personnage d’Amy est assez inconscient. Elle se montre nue devant les ouvriers, elle devrait probablement se douter que telle action ne devrait pas être sans conséquence. On peut néanmoins se dire qu’elle voulait rétablir une relation sexuelle avec David vue que la scène de viol est nettement plus douce que celle avec l’ami de David.

Amy, un personnage trouble qui interpelle à l’heure actuelle où le débat des jeunes femmes violées n’a jamais été aussi fort surtout avec la question : « Pourquoi s’habiller comme des prostituées ? ». Par mon expérience personnelle, j’étais parfois choqué par les vêtements de jeunes filles de mon âge lorsque j’étais au collège (surtout souvent, ces filles revenaient avec des problèmes de viols).

L’autre point du film concerne le personnage non violent David qui tente à tout prix d’atténuer les conflits avec David. Ce qu’on pourrait percevoir comme de la faiblesse, d’ailleurs Amy le lui reproche plusieurs fois, n’est qu’en fait un précepte à la non-violence. Le final met en valeur cette capacité de Charlie à succomber à son instinct de survie en déployant une panoplie de sadisme inattendue (ponctué par un dernier meurtre choquant, franchement je ne m’attendais pas à ce que le piège soit jeté sur la tête). La parallèle avec Stalingrad est d’ailleurs bien trouvé.

Test

Assez parlé du film, passons au blu-ray à présent. La qualité de l’image est très bonne, on sera subjugué par les paysages du Sud présentés au début du film et par la dernière image du film. Les couleurs sont très bonnes et le contraste excellent (un bon point étant donné que la dernière partie du film est plongée dans la pénombre).

Pour le son, pas grand chose à signaler étant donné que le film ne s’y prête pas vraiment hormis sur un ou deux passages comme le cerf ou pour la musique. Tout du moins, le fait qu’on n’ait rien à signaler est bon signe en passant.

Les bonus sont loin d’être folichons car trop superficiels. On apprendra quelques trucs surtout via le comparatif original/remake où on connaîtra les différences entre les deux (principalement le personnage de la fille et le changement de lieu, de l’Angleterre, on passe au Mississipi). Après, on a une featurette où tout le monde dit que l’ambiance est géniale, bla bla. Pour finir une dernière concernant les décors. Mis bout à bout, l’ensemble des featurettes forment un mini-documentaire d’une demi-heure. Dommage que les bonus n’aient pas fait l’objet d’un meilleur soin car il y avait quand même beaucoup de choses à dire surtout pour la scène de viol.

Conclusion

Un film très dur psychologiquement surtout à cause d’une scène de viol malgré tout, il fascine par rapport au choc des cultures et son attrait à la violence.
+– Alexander Skarsgård et Kate Bosworth
– fascinant et tendu de bout en bout
– mes tripes ont remués
– réalisation simple
– une intrigue secondaire inutile
– à ne pas mettre sous les yeux de tout le monde
Trophée7/10
Rien à reprocher au blu-ray techniquement par contre, les bonus sont trop superficiels surtout que le film est du genre à engager le débat après le visionnage et il aurait été intéressant de connaître davantage le point de vue du réalisateur/scénariste.
Image : 8/10Son : 7/10Bonus : 5/10
7/10

Straw Dogs (Les chiens de paille) affiche

Pin It on Pinterest