Critique : Chronicle

Un bras d’honneur aux blockbusters ?

Fiche

Réalisateur(s): Josh Trank (pressenti pour le reboot des Quatre Fantastiques)
Scénariste(s): Max Landis (fils de John « The Blues Brothers » Landis)
Acteurs: Dane DeHaan, Alex Russell, Michael B. Jordan, Michael Kelly
Pays:USA, UKDate de sortie:22 février 2012
Genre:Action, Drame, Found footage, Science fiction, ThrillerDurée:1h24
Après avoir été en contact avec une mystérieuse substance, trois lycéens se découvrent des super-pouvoirs. La chronique de leur vie qu’ils tenaient sur les réseaux sociaux n’a désormais plus rien d’ordinaire… D’abord tentés d’utiliser leurs nouveaux pouvoirs pour jouer des tours à leurs proches, ils vont vite prendre la mesure de ce qui leur est possible. Leurs fabuleuses aptitudes les entraînent chaque jour un peu plus au-delà de tout ce qu’ils auraient pu imaginer. Leur sentiment de puissance et d’immortalité va rapidement les pousser à s’interroger sur les limites qu’ils doivent s’imposer… ou pas !

Critique

Chronicle avait fait un gros buzz marketing en s’inspirant des Paranormal Activity et autres productions J.J. Abrams (notamment Cloverfield et Super 8). Il faut dire que la bande annonce est nickel avec beaucoup d’humour et laissant transparaître des passages d’actions bandants.

Déjà, je ne peux que vous conseiller de ne pas regarder la bande annonce sous peine de déjà comprendre le déroulement du film, pire même d’assister au film en ayant déjà vu la moitié des meilleures moments. Du coup, c’est avec un certain ennui qu’on assiste à la première partie du film nous balançant encore une énième histoire d’ado mal dans sa peau qui en veut au monde entier et dont son papa se sert de sa tête comme paillasson. Pour boucler la boucle, sa maman est mourante et souffre le martyr. On sent déjà l’excuse pour nous prévenir du côté obscur du jeune garçon dont son cousin, antipathique au possible, nous rabâchera plusieurs fois avec des « Je t’aime », « Je comprends » qui ne donne qu’une envie: lui foutre des claques pour avoir gâché le meilleur moment du film.

Spoiler

Sérieux mais pourquoi tu l’as buté, t’aurais pas pu le laisser tranquille pour envahir le monde et devenir le prédateur alpha !

Seule éclaircie dans cette première partie concerne les moments comiques déjà vues et revues par votre serviteur via la bande annonce. D’ailleurs, ils sembleraient que c’était le cas pour plus de la moitié de la salle. Après, on nous fout un trio aussi cliché que possible, le gamin un peu dark dont je vous ai parlé, son cousin le beau gosse qui récite des citations qu’il a appris par cœur dans son recueil de philo et le black de service (il en faut toujours un) de surcroît le plus cliché possible. Vous ne me croyez pas ?

Spoiler

C’est encore le noir qui meurt le premier !

Heureusement, Chronicle s’envole littéralement dans sa deuxième partie et devient nettement plus intéressant grâce à de scènes d’actions spectaculaires.

Spoiler

Bon dieu, quelle réussite ces plans dans le ciel.

Le final est un moment ultra-jouissif malheureusement gâché par ce con de cousin et on pense notamment à Akira.

Les effets spéciaux sont à ras des pâquerettes, pas aidé par l’utilisation d’une réalisation found footage (littéralement « métrage trouvé » désignant ces films devenus populaires grâce à Le Projet Blair Witch et utilisant une caméra amateur). Déjà que c’est dur avec une caméra immobile alors avec une caméra tremblotante… Au moins, ça permet au réalisateur de se justifier en faisant dans le cheap, « Ben ouais, on n’avait pas beaucoup de moyens ». Des fois, il devenait difficile de ne pas rire tellement les effets étaient affreux surtout que les acteurs font un peu n’importe quoi avec leurs regards (on pense notamment à la scène des legos ou avec la balle de baseball). Mention spéciale à l’arrière-plan final le plus horrible possible. Au moins, le réalisateur ne se pose pas de limites et on dispose de scènes réellement impressionnantes.

Je serais nettement plus sévère car j’attendais beaucoup de ce film. Je m’attendais réellement qu’il tente de foutre un coup de pied aux blockbusters se ressemblant tous avec un propos bad ass mais au final, tout est bien gentillet. On pourrait même penser à la structure narrative du film où Will Smith était un clodo super-héros, attends comment il s’appelle, ah oui, Hancock.

En tout cas, autant que le script du fils Landis est inepte que la réalisation de Josh Trank promet beaucoup. On attend de voir ce qu’il est capable de faire avec plus de moyens, rendez-vous pour le reboot des Quatres Fantastiques?

Conclusion

Une semi-réussite, autant les scènes d’actions sont spectaculaires et très réussies que l’entrée en matière est le plus cliché possible ne faisant que renvoyer les mêmes inepties entendues à droite et à gauche. En tout cas, on nous a menti, Chronicle ne fait pas un fuck au blockbuster, au contraire même, il tente désespérément d’y ressembler.
+– les scènes d’actions
– le final tragique
– la découverte des pouvoirs
– héros ineptes
– scénario vu et revu
– clichés à la pelle
– effets spéciaux foirés
5/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2871 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.