Critique & Test Blu-ray : Stand by me

Nostalgie de l’enfance

Adapté de la nouvelle « Le Corps » de Stephen King

Réalisé par Rob Reiner (Sans plus attendre)

Avec River Phoenix (frère ainé de Joaquin), Richard Dreyfuss (Les dents de la mer), Corey Feldman, Jerry O’Connell (se fait bouffer le zob dans Piranha 3D), Kiefer Sutherland (alias Jack Bauer), John Cusack et Wil Wheaton (apparu récemment dans quelques épisodes de The big bang theory).

Long-métrage américain
Genre : Aventure, Drame
Date de sortie cinéma : 25 février 1987
Durée : 1h25
Année de production : 1986
Distributeur : Columbia TriStar

Date de sortie Blu-ray : 6 avril 2011
Editeur blu-ray : Sony Pictures Entertainment

Prix : Oscar du meilleur scénario adapté en 1987

Quatre amis décident de partir dans une longue marche pour récupérer le cadavre d’un garçon abandonné et le ramener à la police. Mais au cours du chemin, cette balade se transforme de plus en plus à un parcours initiatique.

La perte de l’innocence

Adapté d’une nouvelle de Stephen King, Stand by me détonne dans l’ensemble de son œuvre vu qu’il n’y a point de créatures maléfiques ou d’évènements surnaturels mais il dispose de thème qui lui sont chers : l’enfance, l’amitié et le passage à l’état adulte.

Avec ce voyage, les quatre enfants vont partager plus de choses qu’ils ne le feront le reste de leur vie : « Je n’ai plus jamais eu d’amis comme j’en ai eu dans ma 12ème année. Bon Dieu, est-on pas tous pareil ? ».

Difficile de ne pas voir le film sans en ressentir les échos sur notre fibre nostalgique. Quand on voit les quatre gamins s’enthousiasmer, se battre pour savoir qui entre Superman et Mickey Mouse est le plus fort, on se revoie nous aussi avec nos meilleurs amis.

Ce voyage devenu en route un parcours initiatique sonnera pour eux la fin de leur innocence et la perte de leurs meilleurs amis : « Au fil des ans, nous vîmes de moins en moins Teddy et Vern. En fin de compte, ils ne furent plus que deux visages dans la foule. Ça arrive parfois. Les amis, ça va, ça vient, comme des services dans un restaurant. ».

Un casting d’enfants stars

Si Stand by me fonctionne aussi bien, au delà de son histoire simple mais marquante et parsemée de répliques cultes, il le doit surtout à son casting. Si on peut faire l’impasse des déjà connu Kiefer Suntherland et John Cusak, on avait quatre enfants aux personnalités disparates et ô combien attachant. Je vous file ici une photo pour vous monter l’avant/après.

Le destin le plus tragique d’entre tous est celui de River Phoenix, mort d’une surdose de drogues sur un trottoir de Sunset Boulevard à Los Angeles, devant la boîte de nuit le Viper Room en présence de sa sœur Rain, de son frère Joaquin, de sa petite amie Samantha Mathis et de son ami Flea, le bassiste des Red Hot Chili Peppers.

Le blu-ray

Étant un vieux film, on est agréablement surpris par la bonne qualité de l’image, un peu moins à propos du son. Niveau bonus, c’est du lourd. A l’occasion du 25ème anniversaire du film, vous disposez de :

– 25 ans plus tard, un commentaire audio/vidéo (le réalisateur et les acteurs apparaissent dans un petit écran dans le coin inférieur à droite). Bourré d’anecdotes intéressantes.
– Un commentaire audio du réalisateur.
– Sur les pas du film, un documentaire de 35 minutes.
– Un clip vidéo
– BD-Live

Accessible aux enfants et aux adultes, ce drame, adapté d’une nouvelle de Stephen King, est depuis devenu culte. Sur les thématiques de la perte de l’innocence et l’amitié, on suit sans le périple de ces quatre enfants avec grand plaisir grâce à une histoire et des répliques en béton armé.

Sa scène culte : l’histoire de Gros Lard.

Sa réplique culte : Si je devais manger un seul aliment toute ma vie? Des bonbons, à coup sûr!

Film : 8/10

Un blu-ray fêtant le 25ème anniversaire du film restaure l’image mais le son est un peu en reste. Les bonus sont excellents surtout le commentaire audio/vidéo (25 ans plus tard).

Image : 7/10

Son : 6/10

Bonus : 8/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2920 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.