Critique : Spider-Man

Bannière du jeu vidéo Spider-Man développé par Insomniac Games et édité par Sony

Une aventure de l’Araignée

Fiche

TitreSpider-Man
ÉditeurSonyDéveloppeurInsomniac Games
Plate-formePlayStation 4Date de sortie07 / 09 / 2018
Testé surPlayStation 4GenreAction

Critique

Au jour d’aujourd’hui (j’adore ce pléonasme), il y a un domaine où Marvel est à la traîne par rapport à la Distinguée Concurrence. Celui des jeux vidéo. Si DC peut se targuer d’avoir les deux licences Arkham et Injustice, du côté de Marvel, ben y a… Euh… Ah si, Marvel VS Capcom ! Mais ça manque quand même d’un bon gros jeu.

Marvel en a conscience et a lancé les grandes manœuvres avec une liste de jeux AAA comme The Avengers Project par Crystal Dynamics ou encore le jeu Les Gardiens de la Galaxie par Eidos Montréal. Avant de se projeter dans le futur, si on revenait au présent avec le Spider-Man d’Insomniac Games (les sagas Resistance et Ratchet and Clank) ?

Un simple skin d’Arkham ?

À peine, on prend en main le jeu, on comprend tout de suite l’inspiration. La franchise Arkham simplement. Ils ont tout copié. Mais tout. Que ce soient les combats, l’infiltration, les gadgets, les mini-jeux, le style du scénario et l’open world. En même temps, la trilogie vidéoludique du chevalier noir était presque parfaite.

Les atouts de l’Araignée

L’avantage de Spider-Man par rapport à Batman réside en ses déplacements. Le fait de se balader soutenu par des animations sublimes dans un New-York Marvelien criant de réalisme et blindé de clins d’œil pour les fans (la tour Avengers, le Josie’s Bar, le cabinet de Jessica Jones – un conseil, faites le mode photo, ça vous permettra de les découvrir) avec l’aide des toiles a un côté vraiment cool. C’est un des rares mondes ouverts où je préférais me déplacer d’un endroit à l’autre plutôt que d’utiliser le déplacement rapide (mêmes si les vidéos pendant le chargement sont marrantes). Le signal prévenant qu’un ennemi est sur le point de nous toucher est plus réaliste ici que chez Batman. En effet, Spider-Man a le sens de l’araignée, lui. Quelle est l’excuse de Bruce Wayne ?

Bref, niveau gameplay, il n’y a rien à dire. C’est du Arkham tout craché. En plus facile par rapport à ses quêtes secondaires. Là où le jeu DC était parfois relou, la star de Marvel les gère mieux à mon goût et arrive à éviter la lassitude. Certaines missions annexes sont réellement sympathiques. Surtout celles impliquant un super vilain. Toutefois, on ne va pas se raconter des bobards, ça reste loin d’un Witcher 3.

Une aventure inédite de l’Araignée

Au niveau de l’intrigue principale, c’est plutôt une réussite. Le jeu arrivant à mettre à contribution la liberté du monde ouvert. De nombreux vilains sont également impliqués. Un vrai bonheur comme chez Arkham de s’y frotter. L’histoire est une vraie aventure de l’Araignée avec un bon gros instant émotion, des cinématiques virevoltantes et quelques séquences marquantes. Une épopée digne des comics. À noter qu’on peut incarner des personnages secondaires sans pouvoirs. J’ai beaucoup aimé ce côté permettant de découvrir les vilains sous un autre aspect : terrifiant. Car avec les pouvoirs de Spider-Man, l’inquiétude n’est pas (ou peu) de mise. Par contre, quand tu en as aucun…

La relecture des personnages iconiques est excellente et permet de donner une identité unique à ce Spidey. Comprendre par-là qu’on sait qu’on est dans l’univers du Spider-Man d’Insomniac et pas celui de Marvel Studios, de l’Ultimate ou de la Terre-616. Elle est d’ailleurs retranscrite visuellement par ce costume inédit. À noter les excellents costumes alternatifs avec une mention spéciale pour le Ghost Spider.

Cerise sur le gâteau, les commentaires de Spider-Man durant l’aventure sont à l’image du personnage et parfois franchement drôles (l’inspecteur Spider). Bref, le Spider-Man que j’aime.

Par qui sait maintenant que ça fait d’être Spider-Man, le16 octobre 2018.

Conclusion

Spider-Man a tout calqué sur la saga vidéoludique Arkham mais vraiment tout. Heureusement, il ajoute aussi tout ce qui fait la magie des aventures de l’Araignée. En résumé, ça donne un jeu vidéo qui ne sera pas surprenant, mais néanmoins touchant et fun. Le premier vrai gros jeu Marvel.

+

  • Être Spider-Man
  • New-York Marvelien superbement modélisé
  • Nouvel univers Spider-Man
  • Galerie de vilains
  • Gameplay Arkhamien

  • Pas vraiment novateur
8/10

9 réflexions au sujet de “Critique : Spider-Man”

  1. Jeu terminé et meme platiné (pas vraiment dur sur celui la).
    Si globalement le jeu est tres bon, je trouve perso que certaines quetes annexes et trucs a faire dans la ville franchement nuls (les malfrats et autre a defoncer 5 fois par quartiers, les stations de recherche d’Harry, les pigeons …)
    On sent l’ajout de trucs bien nuls dans le seul but d’augmenter la durée de vie

    De plus, si les combats s’inspirent carrement (comme le reste) des Arkhams, force est de constater que ceux de Batman etaient bien plus interessants et intuitifs, variés et prenants. Là où Spiderman est beaucoup moins varié. Pour moi c’est la deception du jeu …

    En revanche le scenario est vraiment cool, et parfois plutot tres emotionnel … vraiment le scenario est genial
    Et se balader dans NY est un plaisir incroyable

    Bref un bon jeu, perfectible mais prometteur. Vivement la suite (surtout quand on voit la fin de celui la)

    7/10

    • Le truc des pigeons, c’est tellement con que c’est devenu marrant pour moi. Concernant les malfrats, même si je suis allergique à ce genre de quêtes, ça ne m’a pas gêné car ça m’a fait sentir comme Spider-Man où sur le chemin du boulot/quête principale, je dois m’arrêter pour sauver mes congénères. Par contre, les stations de recherche, je n’ai pas aimé ! Celui-là était en trop, tout comme les défis de Taskmaster vraiment hard.

      D’accord pour les combats. Pas pour le côté intuitif, ça revient au même pour moi, mais pour la variété. Les animations de combat était vraiment fun alors que sur Spider-Man, j’ai l’impression que ce sont tout le temps les mêmes. Par contre, l’ajout des toiles offre un plus.

  2. Je n’y ai pas joué et n’ai fait que suivre des let’s play mais j’ai beaucoup aimé l’histoire. Il y a de l’émotion, de l’humour, le personnage de Spider-Man est vraiment bien retranscrit et on a de l’empathie pour beaucoup de personnages. J’ai beaucoup aimé Mister Negative qui a une bonne histoire et dont j’ai vraiment adoré les pouvoirs à l’écran et surtout l’évolution d’Otto Octavius. Ce que j’ai aimé aussi, c’est de ne pas choisir le Bouffon Vert ou Venom pour ennemi principal donc s’éloigner un peu des classiques (ok, Octavius est dans le trio de tête des ennemis principaux de Spider-Man mais bon ^^). Très bon chara design (j’adore le dernier costume de Spidey), de l’humour et une fin osée et vraiment émotionnelle.
    Un autre point que j’ai aimé est le traitement de Norman et la révélation derrière Harry. Norman reste un salopard impitoyable qui n’en n’a rien à faire des conséquences de ses actes mais il a quand même une bonne motivation qui lui donne un peu d’empathie. Bon, il va devenir le Bouffon plus tard et on sent Venom dans la scène de fin donc il va en faire des conneries. Mais quand même.
    Seul vrai point négatif de l’histoire pour moi, la surcharge de méchants pas très bien traités à la fin (en particulier Electro). La musique est cool sans plus (je n’ai retenu que la chanson du début avec une excellente intro et le thème d’Otto). Et MJ un peu soûlante.
    Après effectivement ça a l’air d’être un copié collé des Arkham mais en même temps, ils ont révolutionné le jeu de SH et ont imposé des standards même au-delà du genre (remembre Shadow of the Mordor et AC Syndicate). Les combats (qui ont quand même en un peu changé pour l’occasion pour l’adapter), les quêtes, la carte, même la séquence cauchemar/empoisonnement inévitable de chaque épisode.

    Très bon bilan d’après ce que j’ai vu, en tout cas sur l’histoire (même si DC toujours > Marvel sur les jeux vidéo 🙂 Que la rage commence !).

      • Ah ça, je m’attends pas à ce qu’ils le restent éternellement (même si je préférerais comme ça chacun son domaine, Marvel les films et DC les jeux!). Mais pour l’Avengers Project, honnêtement je sais pas. Ca fait vraiment très longtemps que j’en ai plus entendu parler et aux dernières nouvelles, c’était presque une sorte de MMO. Et puis, le jeu ne sera pas forcément supérieur aux DC comme tu as l’air de le penser simplement à cause de sa nature (même si c’est tout à fait possible).
        Quand à un éventuel jeu JL, apparemment il pourrait y avoir une annonce prochainement ou alors sur un jeu Superman. Toujours est-il que pour l’instant, entre les Arkham et les Injustice, c’est DC qui tient la tête et je ne pense pas que ça changera avant longtemps même sans JLm sous le coude (et j’en suis très heureux 🙂 !). Mais avec ce Spidey, Marvel revient dans la course et de toute façon le jeu est vraiment excellent.
        Hâte de voir les DLC et s’il y aura un 2 (Venom et le Bouffon ?).

  3. Une des meilleurs adaptation du Tisseur (avec les films de Raimi) !

    Et excellent jeu.

    hs: Marvelll a tu regarder la série The Hauting House ?

    Excellente mini série, perso ÉNORME coup de coeur (si tu veux que je donne ma critique no soucie ^^ ) !

    • Je suis en train de regarder (je viens de finir l’épisode 5) et je n’accroche pas plus que ça. J’aime bien l’ambiance et les acteurs/personnages sont géniaux, mais ça empile les clichés et c’est prévisible. Reste à voir si ça va s’améliorer, mais je ne vais pas te cacher que j’ai un peu du mal à comprendre l’enthousiasme général 🙂

  4. Salut ! C’est un excellent jeu que les fans vont certainement aimer. Je ne l’ai pas encore acheté, mais j’ai eu l’occasion de le tester chez un ami. L’histoire est captivante et j’aime bien les personnages.

  5. Pour répondre a Marvelll (sur Hauting House) :

    Quelque spoiler.

    Je ne sais même pas par ou commencer. Tant ont a déja dit beaucoup de chose sur elle (en positif ou négatif, mais il est vrais principalement en positif). Et j’ai encore du mal a en parler, ca faisait longtemps qu’une série ne m’avais pas a ce point toucher (personnellement).

    Je pense qu’il faut remonter a Six Feet Under (sans le coté fantastique). Comme cette dernière la série parle de la mort a travers la vie. Tout comme elle, elle partage des perssonage détruit, qui doivent faire face au deuil (personnel).

    Est je pense que c’est la, que réside avant tout la grande qualité de cette mini série. C’est qu’avant d’être une énième série d’horreur graphique ou a jump scare. Elle a choisie d’être un drama avant tout autre chose.

    La série se focalise bien plus sur les personnages, et les flash back peut rappeler a bien des égard le procéder de « Lost ». Sur les personnages, et les traumas qu’ils avait dans leur passé (bon il est vrais, pas si loin dans le passé…quoi que a la S6).

    Ça sera d’ailleurs mon seul petit point négatif, du fait que passer les deux premier épisode (excellent). La série va jouer avec ce même système narratif tout au long de la saison. Alors oui rien de trop dérangeant a mon gout. Mais ont devine trés vite les utilisation et les codes de chaque épisode (de même qu’ont peut revoir certaine scène, d’un autre point de vue cela dit). Du coup ont peut avoir cette impression de raconter la même chose, or il n’en est rien.

    Chaque épisode concerne un membre de la famille, qui expose le passé/présent du perssonage. De manière différente a chaque fois, car chaque frère/sœur n’a clairement pas la même opinons (histoire), par rapport a ce qu’il c’est passer dans le manoir, quand ils était plus jeune.

    Du coup chaque épisode les concernant a un traitement différent (dépression, addiction, ect). Et ca rend la série beaucoup plus impactant du point de vue personnel. Dévoilant chacun des perssonage plus a nu que jamais. Et je doit dire qu’en terme d’écriture et d’acting, nous avons la du HAUT niveau. Ou chaque réplique résonnera, et restera dans nos têtes, chaque moment avec un perssonage est une souffrance (physique ou psychologique…en général plus psychologique).

    Et en parlant de psychologie, comme je vous le disait, la série ne joue pas la carte du gore a outrance ou les jump scare habituel. Elle vise une peur bien plus primitif, ou chaque enfant a du se débattre (dans la nuit). Des visions d’horreur a chaque coin d’ombre du manoir, sont horreur est avant tout personnel, et elle joue avec les émotion de chacun.

    Ce que j’ai adoré aussi, c’est que tout comme un GDT, le show est empreint d’une poésie tout au long de la saison, sous c’est allures de conte macabre, se cache un coeur immense, remplie de beauté et de créativité. L’émotion est toujours au coeur de l’épisode, même les plus horrible (5éme).

    Le casting est aussi a féliciter, que ca soit les adultes ET les enfants (qui font trés fort, notamment la petite qui joue Théo, ou le jeune Luke). Kate Siegel m’a beaucoup impressionner dans sont rôle (elle pourrait limite avoir sont propre spin off), et la touchante Nell jouer par la sublime Victoria Pedretti m’a beaucoup ému.

    La série offre une qualité qui se fait assez rare dans le genre, au niveau de la photographie et de la réalisation (tous réaliser par Mike Flanagan). Et en parlant du créateur/réalisateur, je doit dire qu’ici il m’a impressionner de par sont travaille et sont traitement moderne de l’oeuvre de Shirley Jackson. Mais au final ne m’a guère surpris, quand je vois c’est oeuvre précédentes (et notamment 2 d’entre eux). Je me dit qu’il était l’homme de la situation pour cette série. Pour moi « Before I Wake » et « Jessie ». sont une immense extension de Haunting House. Car dans Jessie, sans trop spoiler, c’est surtout elle même qu’elle devait affronter (c’est trauma lier a l’enfance). Et dans Before I Wake, c’était avant tout un drama familial avant d’être un films d’horreur/fantastique. La aussi sur le deuil et l’acceptation…

    Bref je suis devenue complètement fan de cette série, véritable coup de coeur (et coup de poing). Le Monsieur me semble parfait pour la prochaine adaptation de Stephen King « Doctor Sleep ». D’ailleurs quand ont voit la série, personnellement je ne peux m’empêcher de voir du King. Qu’ils s’agissent du traitement du fantastique, ou de c’est personnages (notamment Théodora….plus King du meurt).

    Une série a voir et a revoir, elle n’est pas que pour les période de peur (Halloween), mais bien pour toute l’année. Car avant de faire peur…elle fait avant tout pleurer, et c’est sans doute la sa plus grande force. Sont empathie, mais aussi c’est thèmes qui touche n’importe quel étre humains, tôt ou tard !

    4,5/5

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest