Critique : Spider-Man

Une aventure de l’Araignée

Fiche

TitreSpider-Man
ÉditeurSonyDéveloppeurInsomniac Games
Plate-formePlayStation 4Date de sortie07 / 09 / 2018
Testé surPlayStation 4GenreAction

Critique

Au jour d’aujourd’hui (j’adore ce pléonasme), il y a un domaine où Marvel est à la traîne par rapport à la Distinguée Concurrence. Celui des jeux vidéo. Si DC peut se targuer d’avoir les deux licences Arkham et Injustice, du côté de Marvel, ben y a… Euh… Ah si, Marvel VS Capcom ! Mais ça manque quand même d’un bon gros jeu.

Marvel en a conscience et a lancé les grandes manœuvres avec une liste de jeux AAA comme The Avengers Project par Crystal Dynamics ou encore le jeu Les Gardiens de la Galaxie par Eidos Montréal. Avant de se projeter dans le futur, si on revenait au présent avec le Spider-Man d’Insomniac Games (les sagas Resistance et Ratchet and Clank) ?

Un simple skin d’Arkham ?

À peine, on prend en main le jeu, on comprend tout de suite l’inspiration. La franchise Arkham simplement. Ils ont tout copié. Mais tout. Que ce soient les combats, l’infiltration, les gadgets, les mini-jeux, le style du scénario et l’open world. En même temps, la trilogie vidéoludique du chevalier noir était presque parfaite.

Les atouts de l’Araignée

L’avantage de Spider-Man par rapport à Batman réside en ses déplacements. Le fait de se balader soutenu par des animations sublimes dans un New-York Marvelien criant de réalisme et blindé de clins d’œil pour les fans (la tour Avengers, le Josie’s Bar, le cabinet de Jessica Jones – un conseil, faites le mode photo, ça vous permettra de les découvrir) avec l’aide des toiles a un côté vraiment cool. C’est un des rares mondes ouverts où je préférais me déplacer d’un endroit à l’autre plutôt que d’utiliser le déplacement rapide (mêmes si les vidéos pendant le chargement sont marrantes). Le signal prévenant qu’un ennemi est sur le point de nous toucher est plus réaliste ici que chez Batman. En effet, Spider-Man a le sens de l’araignée, lui. Quelle est l’excuse de Bruce Wayne ?

Bref, niveau gameplay, il n’y a rien à dire. C’est du Arkham tout craché. En plus facile par rapport à ses quêtes secondaires. Là où le jeu DC était parfois relou, la star de Marvel les gère mieux à mon goût et arrive à éviter la lassitude. Certaines missions annexes sont réellement sympathiques. Surtout celles impliquant un super vilain. Toutefois, on ne va pas se raconter des bobards, ça reste loin d’un Witcher 3.

Une aventure inédite de l’Araignée

Au niveau de l’intrigue principale, c’est plutôt une réussite. Le jeu arrivant à mettre à contribution la liberté du monde ouvert. De nombreux vilains sont également impliqués. Un vrai bonheur comme chez Arkham de s’y frotter. L’histoire est une vraie aventure de l’Araignée avec un bon gros instant émotion, des cinématiques virevoltantes et quelques séquences marquantes. Une épopée digne des comics. À noter qu’on peut incarner des personnages secondaires sans pouvoirs. J’ai beaucoup aimé ce côté permettant de découvrir les vilains sous un autre aspect : terrifiant. Car avec les pouvoirs de Spider-Man, l’inquiétude n’est pas (ou peu) de mise. Par contre, quand tu en as aucun…

La relecture des personnages iconiques est excellente et permet de donner une identité unique à ce Spidey. Comprendre par-là qu’on sait qu’on est dans l’univers du Spider-Man d’Insomniac et pas celui de Marvel Studios, de l’Ultimate ou de la Terre-616. Elle est d’ailleurs retranscrite visuellement par ce costume inédit. À noter les excellents costumes alternatifs avec une mention spéciale pour le Ghost Spider.

Cerise sur le gâteau, les commentaires de Spider-Man durant l’aventure sont à l’image du personnage et parfois franchement drôles (l’inspecteur Spider). Bref, le Spider-Man que j’aime.

Par qui sait maintenant que ça fait d’être Spider-Man, le16 octobre 2018.

Conclusion

Spider-Man a tout calqué sur la saga vidéoludique Arkham mais vraiment tout. Heureusement, il ajoute aussi tout ce qui fait la magie des aventures de l’Araignée. En résumé, ça donne un jeu vidéo qui ne sera pas surprenant, mais néanmoins touchant et fun. Le premier vrai gros jeu Marvel.

+

  • Être Spider-Man
  • New-York Marvelien superbement modélisé
  • Nouvel univers Spider-Man
  • Galerie de vilains
  • Gameplay Arkhamien

  • Pas vraiment novateur
8/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2954 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.