Critique : Shang-Chi et la Légende des Dix Anneaux (sans spoiler)

Il faudra compter sur lui

Fiche

Titre Shang-Chi et la Légende des Dix Anneaux Titre VOShang-Chi and the Legend of the Ten Rings
Réalisateur Destin Daniel Cretton Scénaristes Dave Callaham et Destin Daniel Cretton, Andrew Lanham
Acteurs Simu Liu, Awkwafina, Meng’er Zhang, Fala Chen, Florian Munteanu, Michelle Yeoh, Tony Leung
Date de sortie01 / 09 / 2021 Durée2h 12
GenreAction, Aventure, Fantastique, Science fiction Budget150 000 000 $

Shang-Chi va devoir affronter un passé qu’il pensait avoir laissé derrière lui lorsqu’il est pris dans la toile de la mystérieuse organisation des dix anneaux.

Critique

Tout avait commencé en décembre 2018. Quand l’acteur Simu Liu a interpellé Marvel pour demander le rôle. Quel rôle ? Celui de Shang-Chi, pardi. T’es quand même pas si con(ne) que ça, quand même ? On est dans la critque d’un film consacré au spécialiste des arts martiaux de Marvel. Mais noooon, pas Iron Fist, t’as rien compris. Tu peux enlever le « quand même pas » de ma question. Après cette interlude, revenons à mon introduction sinon on ne commencera jamais. Sept mois plus tard, l’acteur a cité son propre tweet pour remercier Marvel de lui avoir donné le rôle. Comme quoi, il suffit d’un tweet bien placé. Aussi efficace qu’un poing de Bruce Lee sur le thorax d’un mec, le faisant tomber sur une chaise et glisser sur un mètre.

Super-héros tertiaire

Bref, Shang-Chi et la Légende des Dix Anneaux, ça vaut quoi ? Parce que bon, là, on ne part pas sur un personnage vraiment populaire de l’univers Marvel. Certes, Iron Man, Captain America, Thor, Black Panther et j’en passe n’étaient pas des personnages connus du grand public. Néanmoins, ils avaient une base très solide dans les comics avec de multiples arcs. On ne peut pas trop dire ça du sosie de Bruce Lee, plutôt éclipsé par le blond avec un poing qui brille dans le style. En gros, Shang-Chi, dans les comics, je le vois comme un personnage secondaire, voir tertiaire. Du coup, à mes yeux, c’était un risque.

Mais pourquoi, je me suis inquiété… On parle de Marvel Studios. L’équipe, je ne sais pas comment elle fait, mais elle arrive toujours à livrer des blockbusters au-dessus de la mêlée. Avec leur dernier film, elle a même fait mieux que ça. Elle a produit un excellent blockbuster avec leur formule magique action/humour/émotion. Toutefois, cette fois-ci, elle a lorgné sur le cinéma asiatique. Pour le coup, elle s’y est vraiment immergé. Je ne vais juger que depuis mon regard, n’ayant pas la légitimité pour en dire plus. Mais pour le coup, il s’agit d’un vrai mélange entre du wu xia pian et les films de Jackie Chan. Un cocktail détonant.

Iron Fist aux oubliettes

Je vous parlais d’Iron Fist. Il avait eu droit à sa série sur Netflix par Marvel Television (précision, il s’agissait d’une entité indépendante de Marvel Studios, au passé, car ce dernier l’a bouffé depuis). Tout le monde avait critiqué la qualité des combats. Personne ne pourra le faire pour Shang-Chi. Contrairement à Finn Jones, Simu Liu sait se battre. En passant, il n’est pas le seul.

Tout ça pour dire que le Marvel du jour s’élève dans la grâce quand l’action débute. J’avais loué Black Widow pour ses combats au corps-à-corps brutaux. Un film plus tard, c’est déjà aux oubliettes tant Shang-Chi et la Légende des Dix Anneaux le surclasse. La fusion dont j’avais tant rêvé entre le fric et l’expertise technique des américains avec le talent pur pour la chorégraphie des combats des asiatiques. Dans la dernière partie, on a même un genre dont l’Orient est extrêmement friand. Mais motus pour la surprise. Pour conclure cette partie, niveau action, ça vaut le détour. Séance cinéma obligatoire. Le gamin ayant grandi avec les films de Bruce Lee et Jean-Claude Van Damme en moi a rugi de plaisir.

Origin story classique sauvée par son histoire de famille

Pour sa partie dramatique, on est une structure plus classique mettant en scène la naissance d’un nouveau héros. Heureusement, le scénario, les surprises et l’excellent réalisateur Destin Daniel Cretton offrent suffisamment pour palier cette faiblesse. Tout d’abord avec un excellent antagoniste en la personne de Wenwu (Tony Leung). Loin du simple vilain voulant tuer le héros, il est au cœur de la partie dramatique et offre une jolie prestation. Une telle prestation qu’il est curieux de constater que Shang-Chi en est légèrement éclipsé. D’ailleurs, ma scène préférée du film est celle de sa rencontre avec la mère de Shang-Chi. Du wu xia pian pure avec des plans d’une beauté à tomber par terre. Du Hero (2002) avec les doigts.

Si Shang-Chi est éclipsé, ça ne l’empêche pas d’avoir une origin story efficace m’ayant sincèrement donné envie d’en avoir encore plus par la suite. L’acteur principal excelle en réussissant autant à être drôle dans le genre pince-sans-rire qu’efficace quand il s’agit de devenir sérieux. D’ailleurs, son alchimie avec Awkwafina est géniale. Cette dernière, je ne la connaissais pas du tout et elle m’a bien fait marrer. Néanmoins, le MVP dans l’humour n’est pas elle. Mais chut. Surprise.

Revenons à la partie dramatique et l’émotion. Comme pour Black WidowShang-Chi et la Légende des Dix Anneaux tourne autour de la famille. Même si dans un registre différent, encore une fois, c’est une recette diablement efficace offrant des moments m’ayant arraché quelques larmes. Au final, je regretterai juste quelques loupés au niveau des effets spéciaux, principalement au rayon des fonds verts. J’ai déjà hâte de le revoir.

Par dont le cœur s’est brisé en constatant l’absence de caméo de Stan Lee.

Conclusion

Premier nouveau super-héros en tête d’affiche de la Phase 4 du MCU, Shang-Chi avait une certaine pression. Surtout qu’on part d’un personnage pas vraiment populaire dans les comics. De mon côté, je n’avais pas une attente folle. Pire, je m’attendais à être déçu par les combats, un peu comme avec Iron Fist. Mais pas du tout, on va loin dans le délire et les scènes d’actions sont géniales. La fusion parfaite entre le blockbuster américain et celui chinois. L’excellence technique des américains combinée avec le talent pour les chorégraphies des combats des chinois. Ça fait mal, d’autant plus que l’humour et l’émotion sont également au rendez-vous malgré une structure « origin story » un poil trop classique. Un excellent Marvel Studios.

+

  • Chorégraphies au top, entre Jackie Chan et le wu xia pian
  • Excellent casting mené par un Tony Leung charismatique
  • Histoire de famille émouvante
  • Certains plans sont magnifiques
  • Vivement les prochaines aventures de Shang-Chi
  • Dernière partie surprenante

  • Origin story classique dans sa structure
  • Quelques ratés au rayon des fonds verts
9/10

Pin It on Pinterest