Critique : Raya et le Dernier Dragon

Mad Raya

Fiche

Titre Raya et le Dernier Dragon Titre VORaya and the Last Dragon
Réalisateurs Don Hall, Carlos López Estrada, Paul Briggs, John Ripa Scénaristes Qui Nguyen, Adele Lim
Voix (VO) Kelly Marie Tran, Awkwafina, Izaac Wang, Gemma Chan, Daniel Dae Kim, Benedict Wong, Jona Xiao, Sandra Oh, Thalia Tran, Lucille Soong, Alan Tudyk
Date de sortie04 / 06 / 2021 (Disney+) Durée1h 47
GenreAction, Animation, Aventure, Comédie, Famille, Fantastique Budget100 000 000 $

Autrefois, humains et dragons vivaient en harmonie à Kumandra. Mais quand une force maléfique s’est abattue sur le royaume, les dragons se sont sacrifiés pour sauver l’humanité. Cinq cents ans plus tard, Raya, une guerrière solitaire, doit retrouver le légendaire dernier dragon pour repousser les forces du mal qui sont de retour et menacent une fois de plus son univers.

Critique

On pose ses bagages en Asie

Depuis que j’ai un gamin, je suis retombé dans la marmite des Disney et Pixar. Du coup, à chaque sortie, je piaffe légèrement d’impatience à l’idée de faire une séance familiale (voir son gamin s’émerveiller, ça n’a pas de prix – pour tout le reste, il y a Le blog de Marvelll). Dès lors, impossible de rater la sortie sur Disney+ de Raya et le dernier dragon. D’ailleurs, ça me fait penser, va falloir que j’amène mon fils au cinéma pour sa première fois.

Deux détails intéressants concernant ce nouveau Disney. Raya est seulement la deuxième princesse Disney à ne pas chanter après Mérida de Rebelle (2012). Dans le même registre, il s’agit du, seulement, huitième film animé de Disney à ne pas se baser sur une œuvre existante. Bref, faites vos valises, on part à Kumandra, en Asie.

Raya et le dernier dragon n’offre aucune réelle surprise, mais demeure un divertissement efficace comme le studio de Mickey les cumule. La fable de l’histoire du jour repose sur la confiance et a réussé à m’émouvoir avec un final n’étant pas sans rappeler (visuellement et narrativement) celle des Gardiens de la Galaxie.

À mes yeux, son principal défaut est de se reposer sur une histoire collant beaucoup trop près à celle de Vaiana: La Légende du bout du monde (2016). Il y en a même un easter egg. Du coup, malgré la présence de la culture asiatique, je n’ai pas vraiment eu de nouveauté si ce n’est le côté un peu plus sombre que d’habitude.

Fury Road

Aussi, je n’ai pas trop aimé le look des dragons. Je reproche surtout leurs têtes trop « gentillettes ». Ce n’est pas aussi classe qu’un Smaug quoi, mais bon… Dernier défaut, le rythme n’est pas maîtrisé à la perfection. Quand je dis ça, je vise le gros creux au milieu de l’histoire où j’ai senti le temps un peu passer. Ah oui, encore un (c’est le dernier, promis), c’est dommage de ne pas avoir ralenti un poil les combats pour les rendre plus denses. Là, ça va tellement vite que les chorégraphies passent au second plan. Ça m’a particulièrement marqué durant le duel final. Il aurait fallu faire monter la sauce au lieu de s’attaquer directement au plat de résistance.

Pour le reste, c’était franchement assez cool avec une aventure dans un monde post-apocalyptique (version soft, quand même – on n’est pas chez Mad Max) empreinte de culture asiatique. Les personnages secondaires sont assez marrants également, surtout le bébé. Il a bien marqué mon fils. La structure en mode jeu vidéo où il faut parcourir les quatre mondes permet une diversité d’environnement et d’ambiance évitant toute monotonie. Bref, y a du voyage la séance.

Par qui espérait un peu plus quand même.

Conclusion

Pas un grand Disney, mais un film d’aventure familial efficace reposant sur des codes certes classiques mais faisant toujours mouche, notamment grâce à l’empreinte de la culture asiatique.

+

  • Culture asiatique
  • Mondes diversifiés
  • Le bébé

  • Histoire trop proche de celle de Vaiana
  • Baisse de régime au milieu
7/10

Pin It on Pinterest