Critique : Nouveau Départ

« We bought a zoo ! »

Fiche

D’après les mémoires de Benjamin Mee, « We Bought a Zoo : The Amazing True Story of a Broken-Down Zoo, and the 200 Animals That Changed a Family Forever »
Réalisateur(s):Cameron Crowe (Jerry Maguire, Presque célèbre)
Scénariste(s):Aline Brosh McKenna (Le diable s’habille en Prada), Cameron Crowe
Acteurs:Matt Damon (Contagion), Scarlett Johansson (Avengers), Thomas Haden Church (Another Happy Day), Colin Ford, Maggie Elizabeth Jones (Footloose), Angus Macfadyen (la série Californication), Elle Fanning (Super 8), Patrick Fugit, John Michael Higgins (Bad Teacher)
Titre original:We Bought A Zoo
Pays:USADate de sortie:18 avril 2012
Genre:Comédie, Drame, FamilleDurée:2h03
Budget:50 000 000 $
Père célibataire, Benjamin Mee a bien du mal à élever ses deux jeunes enfants. Espérant resserrer les liens familiaux, il décide de prendre un nouveau départ, plaque son travail et achète une vieille maison sur une immense propriété, qui a la particularité d’abriter un zoo délabré. Plusieurs dizaines d’animaux, ours, tigres et bien d’autres, vivent en effet au Rosemoor Animal Park, où la gardienne Kelly Foster et son équipe dévouée tentent de maintenir les installations tant bien que mal. Sans la moindre expérience, avec très peu de temps et d’argent, Benjamin Mee et les siens vont tout mettre en œuvre pour réhabiliter le zoo et vivre ainsi leur plus grande aventure…

Critique

Nouveau Départ est un film qui réunit tout le tralala gnangnan de la comédie dramatique même dans le casting avec un Matt Damon touche à tout et une Scarlett Johansson bankable. Tout de même, on se demande au visionnage de la bande annonce, qu’est-ce qu’ils sont allé foutre dans un film familial au pitch douteux, d’ailleurs le côté histoire vraie est parfois préjudiciable car les réalisateurs/scénaristes se cachent derrière pour livrer une histoire faible et cliché jusqu’au-boutiste.

Le film commence avec la famille qui se démène pour aller à l’école, le père (Matt Damon) est complètement à la ramasse, le fils aîné (Colin Ford) n’aide pas. Bref tout ce beau monde finit par arriver à l’école et là, la star du show, un personnage féminin qui éclipse tous les autres. Non, je ne parle pas de Scarlett Johansson (il est encore trop tôt, elle n’apparaîtra qu’une demi-heure plus tard) mais de la jeune Maggie Elizabeth Jones. Un petit bout de chou haut comme trois pommes avec une bouille à faire craquer la plus grosse racaille de la prison du coin et en plus, elle a les meilleures répliques du film, on ne peut que s’incliner. Son « We bought a zoo !» est tout simplement culte ! On a presque les boules quand elle apparaît moins dans la deuxième partie mais ses scènes comiques exploitent à merveille son talent (ah la scène des serpents). Bref, mon coup de cœur du film.

Le film ne commence pas à fond la caisse, c’est banal mais on a le mérite de s’attacher à cette petite famille fragilisée par le décès de la mère quelques mois auparavant grâce au talent de Cameron Crowe capable de raconter une histoire de façon fluide et ne disposant que rarement de temps morts. Si Matt Damon est impeccable (est-ce vraiment une surprise ? Ce mec a un talent fou), le fils l’est beaucoup moins. Encore un de ces adolescents prépubères insupportables. La famille cherche à déménager pour se débarrasser des souvenirs douloureux d’une perte insurmontable et atterrit dans un zoo ?!

Pendant ce temps-là, on a eu le temps de voir un peu le style du film. On est surpris de voir qu’on est quand même loin des films familiaux lourdingues comme Mr Popper (dont l’histoire ressemble légèrement mais dont le style est à l’extrémité) exit l’exagération, le too much et bienvenue, l’humour fin et la contenance des sentiments. Un conteneur qui finit par exploser dans la dernière demi-heure délivrant une vague d’émotions où on peut ajouter quelques larmes pour les plus sensibles d’entre nous. Tout ça grâce à l’impeccable performance de Matt Damon qui entame l’ascension de cette vague armé d’une planche fabriqué par l’expérience et suivi à la lettre (avec surprise) par le jeune Colin Ford. Ouh là, je me suis emballé un peu avec la métaphore.

La partie la plus réussie du film est à attribuer à la belle démonstration de la force du héros pour surmonter la perte de sa femme sur encore un éclair de performance de Matt Damon sur une scène où seul face aux photos de sa femme défunte, il se met alors à aller de l’avant et à se remémorer un de ses plus beaux souvenirs. Une scène très réussie et touchante. Je n’oublierais pas non plus la scène finale qui me fait encore vibrer d’émotions à l’heure où j’en parle.

Le côté animalier n’est pas en reste non plus mais beaucoup plus en retrait que ce à quoi on pouvait s’attendre, oubliez le naze Zookeeper, le moyen Mr Popper. Nouveau départ offre des vrais animaux (pas un acteur déguisé en gorille nous ramenant des années en arrière à l’époque du premier remake de King Kong ou des pingouins en images de synthèse) dont les interactions avec les acteurs sont très impressionnantes notamment la scène où Matt Damon se retrouve seul face à un grizzly. On n’oubliera pas non plus cet impressionnant tigre de 17 ans.

Oups, j’ai failli oublier de parler d’Elle Fannings. Décidément, elle a complètement largué sa sœur autant en taille qu’en talent pourtant je n’étais pas fan au départ. Aussi un Thomas Haden Church très drôle même si son rôle demeure classique. La belle Scarlett n’est pas aidé par son personnage trop vu et revu, elle s’en sort comme elle peut mais demeure tout de même le maillon faible du film (toutefois, on ne lui dira pas au revoir, plutôt à tout à l’heure pour Avengers – « Pfff, Marvelll. Arrête avec ce film, tu te montes la tête, il reste encore un mois avant sa sortie! » – Poum! Allez dégage-toi, sale rabat-joie. Non mais c’est parce que j’ai encore vu la bande annonce hier soir au cinéma).

Si je devrais donner des défauts à ce film, ce serait attribué à un pitch banal typiquement American Dream. Ce qui rend la performance encore plus belle car le scénario livre de petites perles de répliques, les acteurs s’en sortent très bien (surtout Matt Damon et Maggie Elizabeth Jones). Un feel good movie comme on les aime.

Conclusion

Une belle comédie dramatique qui rassemblera sans peine toute la famille pour un flot d’humour et d’émotions. D’un sujet plan-plan, l’équipe du film a réussi à accoucher d’un long-métrage réussi et le côté histoire vraie n’en est que plus beau. A voir et revoir.
+– Maggie Elizabeth Jones
– drôle
– touchant
– pour toute la famille
– histoire vraie
– pitch gnangnan
Trophée8/10

Nouveau-Depart-Affiche-France

Pin It on Pinterest