Critique : Mortal Kombat (2021)

Le flacon sans l’ivresse

Fiche

Titre Mortal Kombat Titre VO
Réalisateur Simon McQuoid Scénaristes Greg Russo, Dave Callaham
Acteurs Lewis Tan, Jessica McNamee, Josh Lawson, Joe Taslim, Mehcad Brooks, Matilda Kimber, Laura Brent, Tadanobu Asano, Hiroyuki Sanada, Chin Han, Ludi Lin, Max Huang, Sisi Stringer
Date de sortie12 / 05 / 2021 (Video) Durée1h 50
GenreAction, Aventure, Fantastique, Science fiction, Thriller Budget50 000 000 $

Lorsque les plus grands champions de la Terre sont appelés à combattre les ennemis de l’Autre Monde, ils doivent découvrir leurs véritables pouvoirs pour sauver notre planète de l’annihilation totale.

Critique

Un morceau de mon enfance

Une nouvelle adaptation cinématographique du jeu vidéo Mortal Kombat accompagnée de la promesse du R pur. Difficile de cracher dessus, d’autant plus que l’excellent Joe Taslim est au casting dans le rôle de l’iconique Sub-Zero. L’acteur, aperçu pour la première fois dans The Raid, m’avait cloué au sol avec The Night Comes for Us. Pour l’anecdote, le réalisateur Simon McQuoid a dû demander à Joe Taslim de ralentir un peu durant les scènes de combat, car il allait trop vite pour la caméra.

Bref, un petite présentation rapide de mon profil par rapport à la saga. J’ai grandi avec Street Fighter IIMortal Kombat et Mortal Kombat II sur la Mega Drive. J’avais plutôt apprécié le film de Paul W.S. Anderson sorti en 1995, car l’année précédente, j’avais dû vivre le supplice de Street Fighter – L’ultime combat. Du coup, avoir un long-métrage respectant un minimum le matériau d’origine m’avait ravi. Sans oublier, un Goro plutôt cool. Tout comme le rire de Christophe Lambert en Raiden. Par la suite, j’ai un peu délaissé la saga, car les jeux de combat ne sont plus ma tasse de thé. Voilà, pour le profil, passons à la critique.

Comme prévu, le scénario est le point faible

Je pense que tout le monde s’en doutait, mais on n’ira pas voir ce reboot de Mortal Kombat pour son scénario. Néanmoins, alors que j’espérais qu’il tienne sur une feuille de PQ, j’ai regretté que les scénaristes aient pris la peine de développer le background du personnage principal et original dans la saga : Cole Young. L’idée n’est pas mauvaise, je trouve, seulement l’exécution est foirée. On nous fout le héros classique voulait protéger sa famille. Sauf que son interprète, Lewis Tan, joue comme un pied et c’est encore pire pour sa famille qui se résume à une femme et une fille plus clichées, tu meurs. C’est d’autant plus rageant que ça casse le rythme. Typiquement, on a un super combat entre deux personnages iconiques du jeu et on nous le coupe avec des plans sur la famille en danger. Mais bordel, on s’en branle. Laissez-moi kiffer le combat, c’est pour ça que j’ai payé !

Autre changement notable, les méchants veulent absolument éviter la tenue du tournoi Mortal Kombat. Du coup, pendant tout le film, ces bâtards d’un autre monde mené par le très casse-couille Shang Tsung font des coups de pute en butant tous les guerriers de la Terre, histoire que le club Terre se ramènent au Mortal Kombat avec l’équipe réserve. Ok, ce sont des enculés, mais ce n’est pas une raison pour souiller l’honneur d’un tournoi digne de ce nom. On se croirait face aux organisateurs de la Super League. On veut la Ligue des Champions, pas un tournoi de consanguin.

Où es-tu, cher tournoi ?

J’ai trouvé ça complètement con, car du coup, les scénaristes sont obligés de compléter les trous avec une histoire devant tenir un minimum la route alors qu’un film reposant sur le principe du tournoi, comme ce chef d’œuvre du genre Bloodsport – Tous les coups sont permis, permet justement d’éviter les apartés lourdingues. Reste tout de même, cette intrigue de fond que j’ai trouvé excellente avec les ennemis jurés Sub-Zero & Scorpion. Elle donne même naissance à la meilleure scène du film à mes yeux : la scène d’ouverture. Purée, elle m’a bien eu cette scène tellement elle m’envoyait du rêve. Le jeu d’acteur était bon, la réalisation au poil et les chorégraphies excellentes. On était sur du haut niveau. La chute a fait mal.

Passons maintenant aux points les plus intéressants, du moins, ceux pour lesquels je suis venu : les personnages, les combats, les répliques (« GET OVER HERE ! », « Kano wins. You fucking beauty ! », « Flawless victory ! » ou encore « FINISH THEM ! ») et les Fatalities. Le rooster est plutôt classique avec tous les personnages les plus iconiques de la saga. Pour le coup, je l’ai trouvé très réussi. On reconnaît instantanément chaque personnage. Mes préférés sont de loin Jax pour son côté bad ass et Kano, pour ses répliques absolument géniales. C’est vraiment ce dernier qui m’a permis de tenir le coup durant le développement de l’intrigue tant il me faisait marrer. Côté personnages en CGI, j’ai été agréablement surpris. Du bon, malgré un budget pas si élevé (on parle d’entre 40 et 50 millions). J’ai également adoré la blague sur la technique de noob consistant à donner des coups de pied au sol pour faire tomber l’adversaire sans qu’il ne puisse s’échapper.

Quel intérêt de prendre des mauvais acteurs s’ils n’apportent pas pendant les combats ?

Quant aux combats, malheureusement, ce fut la déception. Dès que Joe Taslim est absent, le niveau chute. Les combats contre les monstres en CGI peinent à tenir la route. Ce qui est logique. Tandis que le reste manque singulièrement de classe. La simplicité d’un Bloodsport, oui, je le cite encore mais en même temps, c’est un des meilleurs représentants du genre si ce n’est le meilleur, m’a beaucoup manqué. J’espérais vraiment que cette cuvée 2021 de Mortal Kombat mette le paquet sur ce point. Au final, c’est sympathique, mais de mémorable.

Du côté Fatalities, donc gore. Là, c’est sympa. On a des Fatalities qui font sacrément plaisir. Mais c’est un peu près tout. Pourtant, la scène d’ouverture m’avait laissé avec de gros espoirs, car la violence des combats était palpable (on voyait le sang gicler à chaque coup). Bref, on est loin de l’orgie de la violence d’un The Night Comes for Us. Clairement, ma plus grosse claque dans le style.

Par dégoûté que les mecs se soient pris la tête à faire une histoire autour de son héros alors qu’on s’en fout.

Conclusion

J’attendais beaucoup de cette nouvelle cuvée de Mortal Kombat. Si on sent l’amour pour la franchise et une maîtrise technique plus élevée, malheureusement ce n’est pas suffisant pour combler les défauts. À commencer par une histoire prenant beaucoup trop de place pour ne servir à rien au final et un niveau technique des combats chutant dès que Joe Taslim quitte le devant de la caméra. Néanmoins, il y a des motifs d’espoir laissant espérer une suite plus convaincante.

+

  • Duo Scorpion et Sub-Zero
  • Esthétiquement, on est dans du fidèle faisant plaisir
  • Blagues de Kano

  • Personnage original avec une histoire dont on s’en branle d’une force à finir à l’hôpital
  • Pas de tournoi
  • Combats peu mémorables sans Joe Taslim
  • Scène d’ouverture > tout le reste du film
5/10

Pin It on Pinterest