Critique : Marvel’s Cloak & Dagger – Saison 1

Le couple divin

Fiche

TitreCloak & DaggerTitre VOMarvel’s Cloak & Dagger
CréateurJoe Pokaski
ActeursOlivia Holt, Aubrey Joseph
Saison1Nombre d’épisodes10
Date de sortie07 / 06 / 2018Format42 mn
GenreAction, Drame, Science fictionChaîne:Amazon

Tyrone Johnson et Tandy Bowen, deux adolescents issus de milieux sociaux différents, découvrent suite à leur rencontre qu’ils sont tous les deux dotés de superpouvoirs qui étaient jusqu’ici dormants et qui les lient mystérieusement l’un à l’autre. Face à leurs sentiments naissants et aux nombreuses menaces du monde qui les entoure, Tyrone et Tandy ne tardent pas à comprendre qu’ils sont plus forts ensemble et ont tout intérêt à s’allier plutôt qu’à poursuivre des routes séparées.

Critique

« Encore une série Marvel… », diront certains. Ce n’est pas étonnant quand on connaît la richesse de l’univers dans les comics et sa diversité. Il est inévitable que les adaptations continuent à affluer. Néanmoins, pour Cloak & Dagger, la crainte d’une simple série pour ados à l’image de ce que propose la chaîne The CW était forte.

J’ai eu du mal à finir la saison. Il faut dire que le rythme lent du show n’aide pas. Fort heureusement, dix épisodes de quarante minutes, ça passe vite, et la perspective de voir débarquer Iron Fist m’a donné un coup de boost pour la boucler (je regarde toujours une saison à la fois). Bref, je l’ai terminé ce matin et j’en ressors avec un sentiment mitigé.

Des thèmes forts traités sérieusement

La série a ses qualités. Déjà pour son côté mature assez surprenant. Il faut dire qu’elle semblait être à destination des ados. La série créée par Joe Pokaski qui a principalement œuvré sur Heroes et Underground aborde sérieusement des sujets d’actualité aux États-Unis de front. À savoir les violences policières contre les jeunes afro-américains et la toute-puissance des grosses entreprises. Le premier thème revêtira les traits de Tyrone Johnson (Aubrey Joseph) et le second, ceux de Tandy Bowen (Olivia Holt). Autre point fort, l’ambiance atypique offerte par l’emplacement du show, à savoir la Nouvelle-Orléans, et, pour une fois, ça ne se limite pas à Mardi Gras.

Les pouvoirs, respectueux des comics, ne sont ici qu’un prétexte pour faire avancer l’intrigue plus vite sauf sur le dernier épisode où la série embrasse ses origines comic-bookiennes. Ce n’est pas étonnant que ce soit la partie que j’ai préféré, car elle est aussi la plus pêchue. Néanmoins, mon épisode préféré n’est pas celui-ci. Il s’agit de l’épisode 7, Prisonniers du temps (Lotus Eaters en VO). Un truc qui aura pu être un épisode Black Mirrors en plus de rappeler Edge of Tomorrow / Un Jour sans Fin.

Lent à la détente, comme un ado

Concernant les défauts, je n’en retiens qu’un seul vraiment majeur. Bon ok, il y a un héritage des shows pour ados comme chaque épisode qui doit se terminer avec les héros en monde songeur sur fond de musique à fond la caisse. Mais ça a parfois son petit effet. Non, le vrai défaut pour moi est le rythme de la série. Vraiment lente. Ça parle beaucoup. Ça disserte pas mal. Ça pleurniche abondamment. Ça tourne suffisamment en rond. À toi de voir si tu vas réussir à tenir.

Dans le MCU ?

À la question de savoir si la série fait partie du Marvel Cinematic Universe, la réponse est oui. Le lien est offert par Luke Cage, ou plus précisément Misty Knight. Après à vous de voir si vous considérez que les séries Marvel de Netflix font partie du Marvel Cinematic Universe. C’est un débat toujours en cours.

Par encore hésitant à l’idée de poursuivre, le7 septembre 2018.

Conclusion

Au vu de son pitch et de ses origines comic-bookiennes, Cloak & Dagger avait tous les symptômes de la série pour ados n’ayant rien renié de ses confrères sur The CW. Miracle, elle est plus que ça. Traitant sérieusement des sujets d’actualité via son couple divin, la série embrasse le traitement des séries Marvel pour Netflix jusqu’à avoir un easter egg. Malheureusement, elle récupère aussi un de ses plus grands défauts, un rythme assez lent. Ici, amplifié par le fait que ce soit des ados un chouia pleurnichards. Si tu en as déjà à la maison, je ne suis pas sûr que tu puisses garder ton calme.

+

  • Thèmes traités avec sérieux
  • Respect des comics
  • Ambiance Nouvelle-Orléans
  • Lien avec le MCU

  • Lent, c’est lent
  • Faut supporter les pleurnicheries d’ados
6/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2954 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.