Critique : LOL USA

Clic… BOUM !!!

Fiche

Remake de LOL – Laughing Out Loud
Réalisateur:Lisa Azuelos (LOL – Laughing Out Loud)
Scénariste:Lisa Azuelos (Comme t’y es belle!), Kamir Aïnouz
Acteurs:Demi Moore (Another Happy Day), Miley Cyrus (La Dernière chanson), Thomas Jane (Dark Country), Ashley Greene (Twilight), Adam G. Sevani (Sexy Dance 2), Jay Hernandez (Takers), Douglas Booth, Ashley Hinshaw (Chronicle), Nora Dunn, Gina Gershon (Cinq minarets à New-York)
Titre original:LOLDate de sortie:12 septembre 2012
Pays:USABudget:11 000 000 $
Genre:Comédie, Drame, RomanceDurée:1h37
Dans un monde connecté en permanence via YouTube, iTunes et Facebook, Lola et ses amis naviguent entre amitié et histoires d’amour de lycée, tout en évitant leurs parents parfois insupportables et dépassés. Quand la mère de Lola, Anne, lit “accidentellement” le journal intime de sa fille, elle réalise à quel point un fossé s’est creusé entres elles…

Critique

Marvelll,
1987-2012,
jeune blogueur ayant commis l’épouvantable erreur de visionner LOL USA
.

 

Voici ce qu’on peut lire sur mon épitaphe. Oui, j’ai commis l’irréparable en regardant cet objet maudit dont la puissance meurtrière n’a rien à envier à la cassette de Sadako (Ring). En regardant le remake, je fus totalement en transe, ne pouvant retirer mon regard de ce tas d’immondices étant totalement fasciné par la somme des médiocrités présentes sur la bobine. Ne pouvant détacher mon regard de l’écran, j’ai ressenti un énorme malaise provenant du bas ventre et montant le long de mon abdomen comme si j’étais enceint d’un Alien. Cette sensation, cette créature a fini par arriver à mes yeux, j’étais alors pris d’une énorme envie de gratter mes yeux. C’était probablement mon système immunitaire qui tentait de défendre mon corps contre l’organisme étranger considéré comme mortel. Je commençais à gratter mes yeux mais rien ne pouvait m’empêcher de continuer à regarder LOL USA

Finalement, j’ai saisi un pistolet, l’ai posé contre ma tempe et ait accomplit la seule chose qu’il me restait à faire pour ne plus subir l’influence maléfique du film avec Miley Cyrus. Mais comment puis-je vous écrire si je suis désormais sous terre ? Tout simplement parce que le zombie Michael Jackson était passé par là mais au lieu d’aller danser avec lui sur la musique de Thriller, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai pénétré dans un cybercafé fermé (c’était préférable pour éviter de croiser des joueurs dingues de Left 4 Dead ou Resident Evil qui aurait vu en moi l’occasion idéale de pouvoir faire jouer leur expérience en la matière). Heureusement que le peu de neurones qu’ils me restent fonctionnent encore assez bien.

Avec cette critique, je lance un appel général à boycotter le film. S’il vous plaît, ne tentez pas le sort, ne tentez pas de regarder le film, vous en perdrez plus que votre argent, on parle de votre vie là! Si votre fille, fan de Miley Cyrus, pique la plus grande des crises pour aller le film, équipez-vous de bouchons pour les oreilles et d’un masque pour vous empêcher d’entendre ET de voir le film. Commencez à mettre ces outils durant les bandes annonces, n’attendez pas la dernière minute. Pour votre enfant, ça devrait aller, ils semblent étrangement immunisés par le virus Cyrus (véridique, c’est un virus, je suis allé vérifié sur le site internet classé secret défense du gouvernement – sinon pourquoi les deux noms « virus » et « cyrus » seraient aussi proches).

Tout le monde dans ce film semble se concerter pour offrir un spectacle de la plus grande médiocrité. Tous les acteurs sont éclairés par le talent sans égal de Miley Cyrus. Demi Moore qui a quelques talents dans le domaine (Charlie’s Angels 2 : Les anges se déchaînent !, Mr Brooks) tient parfaitement la corde et parvient même épisodiquement à égaliser le jeu de Miley. Seul Adam G. Sevani et la belle Ashley Hinshaw, un des éléments positifs de Chronicle, font figure d’exception à tel point qu’on se demande comment ils ont pu éviter de se faire lyncher par le reste de l’équipe tant ils demeurent un point mort pour eux dans la recherche du graal du plus mauvais film de tous les temps.

La plus grande déception du casting est à attribuer à Thomas Jane, oui Thomas Jane ! On comprend mieux pourquoi il a accepté de jouer gratuitement dans le très bon court-métrage Dirty Laundry dans le rôle du Punisher. Car il fallait au moins ça pour se faire pardonner d’avoir participé à la construction de cet ADM nommée LOL USA.

A la barre de ce remake maudit, Lisa Azuelos, la réalisatrice française derrière l’original, LOL – Laughing Out Loud. Sont fort ces américains, au lieu de distribuer le film original, ils embauchent la réalisatrice et refont la même chose en moins bien. Déjà que l’original n’était pas folichon. En même temps, même Jean-Marie Poiré était tombé dans le piège avec Les Visiteurs en Amérique qui a signifié la fin de sa carrière. LOL USA reproduit exactement les mêmes erreurs que le remake de Les Visiteurs à savoir boire la médiocrité jusqu’à la lie.

Conclusion

Je le répète, s’il vous plaît ne faites pas la même erreur que moi même si ça peut être tentant de voir comment un film peut être aussi mauvais : 2,7/10 sur IMDb, c’est la folie. Heureusement que le film a fait un énorme flop aux States, pour un budget de 11 millions de dollars, il a rapporté… 46 000 dollars, ça limitera les suicides dans le monde. Non, L’invasion des profanateurs de Cyrus n’aura pas lieu.

Allez je vous laisse, Michael Jackson m’appelle pour danser.

+– Tentant de voir un aussi mauvais film– Vous en perdrez la vie
1/10

lol-usa-affiche-france

Pin It on Pinterest