Critique : Loki – Épisode 6 « Pour toujours. À jamais. » (avec spoiler)

J’ai rencontré le Diable

Fiche

TitreLoki Titre VO
CréateurMichael Waldron RéalisateurKate Herron
Acteurs Tom Hiddleston, Sophia Di Martino, Owen Wilson, Gugu Mbatha-Raw, Wunmi Mosaku, Jonathan Majors
Saison1 Épisode6
Date de sortie14 / 07 / 2021 Durée47 mn
GenreAction, Aventure, Fantastique, Science fiction ChaîneDisney+

L’épisode final est une course contre la montre où Loki et Sylvie ont rendez-vous avec le destin.

Critique

On y est. À la fin des temps. À la fin de la série Loki. C’est maintenant que tout s’achève…

Le multivers est ouvert

C’est ce qu’on pourrait croire. Mais non, ce n’est que le début du voyage. Les prémices d’une nouvelle saga. Après la Saga de l’Infini, voici celle du… Multivers ?

Je m’attaque directement à la conclusion, car c’est l’événement phare de cet épisode. Loki est bien la série, comme on l’avait deviné, qui allait lancer le multivers. On pouvait se poser la question comment Marvel Studios allait réussir à capter l’attention du public après une saga aussi grandiose et exigeante. Tout simplement en déplaçant le spectacle un cran plus haut. Bordel, Thanos est quand même offert comme une vulgaire marchandise par Miss Minutes pour essayer d’enrôler Loki. Bref, vivement la bande-annonce de Spider-Man: No Way Home et la diffusion de la série What If… ? (dans 4 semaines) pour en avoir plus.

Maintenant, revenons à cet épisode. Encore une fois, l’ouverture nous offre un plan-séquence de très haute volée. Mince, j’ai été complètement déstabilisé quand les répliques cultes de la saga se sont fait entendre au logo de Marvel Studios. Y a même la magnifique réplique de Vision entendue dans la série WandaVision. Cette ouverture s’achève sur un plan d’ensemble d’une beauté cosmique à tomber par terre. Voilà, de retour où on s’est arrêté.

Face à la citadelle, à la fin des temps.

Resident Evil

Les premiers pas m’ont donné l’impression d’avoir basculé dans un film d’épouvante. Façon maison hantée. Et quelle maison hantée. J’ai adoré son style gothique avec ces fractures façon marbre. Je ne sais pas si c’est la bonne description, mais ce dont je suis sûr, c’est que c’est un très, très beau décor.

Bref, les portes s’ouvrent tout seul. Quand je vous parlais de maison hantée. BOUM. Miss Minutes. Pendant un instant, j’ai bien cru qu’on allait nous faire un twist où elle serait la grande méchante. Marvel Studios serait bien capable. Remember le Mandarin dans Iron Man 3. Mais non, elle est là pour introduire le grand, grand méchant : Celui Qui Demeure.

Quel nom qui pète la classe ! On continue dans une salle que j’ai cru sortir d’un Resident Evil. Par contre, pas d’énigme à résoudre, la porte s’ouvre directement. Oh bordel, on va y avoir droit. Un méchant de ouf. Yeah, c’est bien Jonathan Majors. Donc Kang le Conquérant. Celui qui avait été annoncé pour Ant-Man et la Guêpe : Quantumania. Ça n’a pas manqué, quand on annonce un acteur pour un film prévu dans aussi longtemps, c’est qu’il va être introduit avant.

Celui Qui Demeure

Alors que je m’attendais à découvrir une figure badass. J’ai un mec semblant sortir de discothèque et prenant tout à la légère. Le fameux contre-pied iconique de Marvel Studios. « Pas ce que vous attendiez ? ». Oui et non, du coup. Je m’attendais à Kang, mais pas à un Kang aussi relax. Néanmoins, quand Sylvie l’attaque, on se rend compte de toute la puissance du bonhomme. Mince quoi, quand t’as deux Loki qui déboulent pour te buter et que tu croques peinard dans une pomme, c’est bien la preuve que t’es un cador.

Un cador parmi les cadors.

Le monologue qui suit est absolument fascinant. Jonathan Majors, je l’avais beaucoup aimé dans la série Lovecraft Country, mais dans Loki, il est vraiment énorme à mes yeux. J’adore sa gestuelle. Tout comme sa façon de présenter le multivers avec les petites figurines malléables. Ça m’a rappelé la démonstration d’Ego à Peter Quill dans Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2. En passant, j’ai trouvé l’explication du multivers et des origines de Celui Qui Demeure super bien foutue.

Dilemme

Tout comme le dilemme. Une réflexion philosophique intéressante en plus d’être d’actualité. Vaut mieux vivre en sécurité sous une dictature ou libre dans un chaos destructeur. Intelligent également d’avoir modélisé ce dilemme via deux Loki différents. Loki correspond parfaitement à cette première philosophie (c’est l’excuse qu’il avançait pour justifier ses actes meurtriers) tandis que Sylvie a une volonté de vivre libre.

En parallèle, le personnage de Celui Qui Demeure est incroyablement bien introduit. On est face à une version désabusée. Ayant vécu trop de vies. L’instant où il se rend compte qu’il a dépassé la limite de ses connaissances est kiffant. Ce zoom puis dézoom sur un excellent numéro de Jonathan Majors.

S’ensuit un combat que j’ai trouvé un peu décevant. C’est à mon goût la faiblesse de cette série. Les combats ne sont jamais excellents. Bons, tout au plus. Dommage, mais la finalité est habile avec ce baiser de Judas. Ou devrais-je dire de Loki ? Quel moment génial ce long plan sur le visage de Loki découvrant que ça fait d’être trahi… par un Loki. Thor en rugirait de plaisir.

It was at this moment, she knew she fucked up

Quand Sylvie tue Celui Qui Demeure… Quel kif. Ce plan sur un visage euphorique de Jonathan Majors. Ce visage « It was at this moment, she knew she fucked up » de Sylvie. Ce travelling de toute beauté passant au-dessus du cadavre de Celui Qui Demeure (qu’est-ce que je kiffe ce nom, je ne me lasse pas de l’écrire) pour finir sur des lignes du temps en train de se démultiplier. Sans oublier, ce cliffhanger façon La Planète des Singes entre la statue de Celui Qui Demeure et un Mobius ne reconnaissant plus son meilleur pote.

Bordel. Quel dernier épisode. Heureusement qu’une très courte scène mid-générique nous annonce une deuxième saison… Mais la Question Qui Demeure… Pour quand ?

En passant, j’ai beaucoup aimé la prise de risque sur ce dernier épisode de faire l’inverse de WandaVision et Falcon et le Soldat de l’Hiver. En misant sur un dialogue plutôt que des combats.

Par ravi d’avoir débuté la Saga du Multivers.

Conclusion

Un épisode surprenant avec de grosses implications pour la suite du MCU. Résultat des courses, Loki était vraiment une excellente série.

+

  • Jonathan Majors
  • Origines de Celui Qui Demeure
  • Citadelle
  • Cette ouverture
  • Ouverture du multivers
  • Fin façon La Planète des Singes
  • Loki trahi par Loki
  • Confirmation de la saison 2

  • Combat
9/10

Pin It on Pinterest