Critique : L’Homme aux poings de fer

L’Homme aux poings de fer Affiche
L’homme au masque de fer 2

Fiche

Titre:L’Homme aux poings de fer
Réalisateur(s):RZA
Scénariste(s):Eli Roth, RZA
Acteurs:RZA, Russell Crowe, Lucy Liu, Dave Bautista, Cung Le, Jamie Chung, Byron Mann
Titre original:The Man with the Iron FistsDate de sortie:2 janvier 2013
Pays:USA, Hong-KongBudget:15 000 000 $
Genre:Action, AventureDurée:1h36

Interdit aux moins de 12 ans

A son arrivée dans un village de la Chine féodale, un forgeron est contraint à se battre pour lui-même et pour les villageois, qu’il est amené à défendre contre de redoutables guerriers…

L’Homme aux poings de fer Photo
RZA vs Batista, on dirait un vulgaire nanar marrant.

Critique

C’est la suite de L’Homme au masque de fer ? Blague mise à part, le premier long-métrage de RZA est typiquement le genre de film qu’on a envie d’aimer car il expire une vraie passion. Point étonnant quand on connaît l’amour du genre de la part du rappeur, membre fondateur du Wu-Tang Clan et producteur d’Enter the Wu-Tang (36 Chambers), hommage au chef d’œuvre du kung-fu: La 36e chambre de Shaolin. Pour être rassuré par le projet, il fallait voir la bande annonce. Cette dernière laissait envisager du très bon avec notamment un plan directement sorti de Ken le Survivant où sous l’impact du poing (de fer) de RZA, un œil allait voir si l’herbe était plus verte ailleurs.

RZA se donne corps et âme pour ce projet : réalisation, scénario, musique, acteur principal, il s’occupe de tout, fort de sa petite expérience dans le cinéma. Il a composé la musique du culte Ghost Dog et deux titres pour Kill Bill Volume 1 sans oublier le très bon anime Afro Samurai. Par ailleurs, l’ombre de Tarantino plane sur ce film. Plus précisément, son diptyque Kill Bill car la volonté est la même pour les deux films : rendre hommage aux films d’arts martiaux popularisé dans le monde par Bruce Lee. Dès lors, on peut trouver l’exercice périlleux car passer après Tarantino en ayant pour unique expérience dans la réalisation quelques clips… beaucoup aurait fait dans leurs pantalons.

Heureusement, RZA est bien aidé par un sens de la relation aiguë ainsi Eli Roth, grand ami de Tarantino, va lui porter main-forte pour le scénario sans oublier quatre acteurs renommés : Russell Crowe (rencontré sur le tournage d’American Gangster), O-Ren Ishii, pardon Lucy Liu (RZA a signé le thème de son personnage dans Kill Bill) et Gordon Liu (aussi dans Kill Bill) et Pam Grier pour deux apparitions « fanboys » finalement assez faibles. Le tout avec Corey Yuen pour la chorégraphie des combats. Cerise sur le gâteau, Dave « 1m98, 130 kilos » Bautista pour incarner un des méchants.

On a envie d’aimer le film mais force est de constater que le résultat final est catastrophique: acteurs qui jouent un spectacle de maternelle, réalisation foutraque et jamais maîtrisée, bande son pas vraiment emballante, combats mous et répétitifs (combien de fois les mêmes coups spéciaux sont utilisés), effets gores foirés, intensité dramatique aux abonnés absents. On pourrait parler de nanar seulement on ne s’amuse même pas. On finit par commencer à s’endormir alors que que le film ne dure qu’une heure et demie ! Un tel naufrage est tellement désolant et inversement proportionnelle à la passion entourant le projet.

De plus, si on peut épargner Russell Crowe et Lucy Liu, l’ensemble du casting est d’un niveau affligeant avec pour point d’orgue un RZA en mode Ben Affleck (distinguer une trace d’émotions sur ce visage relève de l’exploit même lors de la mort de sa compagne). Si on ne savait pas que c’est lui qui s’occupe de tout, on serait persuadé qu’on l’a forcé à participer au projet sous peine d’avoir un contrôle fiscal au cul. Le seul vrai plaisir du film demeure Batista en bad guy avec un pouvoir assez fun (même si son jeu d’acteur laisse à désirer). Dommage que son combat final contre RZA soit aussi mauvais. Avec un vrai combattant, ça aurait pu donner quelque chose. On se consolera en rematant le best-of de sa carrière de catcheur.

L’Homme aux poings de fer Photo
Tu veux la raison pour la participation de Crowe dans ce film? Cherche pas, t’as trouvé.

Conclusion

On se surprend à rêver à ce qu’aurait pu donner un tel projet entre les mains d’un cinéaste plus expérimenté. Passionné, L’Homme aux poings de fer l’est assurément mais un bon film, il ne l’est pas et le pire, ce n’est même pas un bon nanar. Vaut mieux revoir Kill Bill ou les films dont ils s’inspirent.

Le film est aussi la preuve que comme quoi la passion ne suffit pas.

+– Bautista– Tout le reste
2/10

Pin It on Pinterest