Critique : Kaamelott : Premier Volet

Timide entrée au cinéma

Fiche

Titre Kaamelott : Premier Volet Titre VO
Réalisateur Alexandre Astier Scénaristes Alexandre Astier
Acteurs Alexandre Astier, Lionnel Astier, Antoine de Caunes, Alain Chabat, Christian Clavier, Clovis Cornillac, Thomas Cousseau, Guillaume Gallienne, Anne Girouard, Jean-Christophe Hembert, Franck Pitiot, François Rollin, Sting, Alban Lenoir, Géraldine Nakache, Audrey Fleurot
Date de sortie21 / 07 / 2021 Durée2h
GenreAventure, Comédie, Fantastique Budget15 000 000 €

Le tyrannique Lancelot-du-Lac et ses mercenaires saxons font régner la terreur sur le royaume de Logres. Les Dieux, insultés par cette cruelle dictature, provoquent le retour d’Arthur Pendragon et l’avènement de la résistance. Arthur parviendra-t-il à fédérer les clans rebelles, renverser son rival, reprendre Kaamelott et restaurer la paix sur l’île de Bretagne ?

Critique

Attendre le film est un plat qui se mange sans sauce

Kaamelott, c’est une histoire d’amour qui a commencé très fort. Sur un coup de foudre. Un copain m’avait prêté son intégrale des trois premiers Livres et je les ai tous bouffés. Après lui avoir rendu, qu’est-ce que j’ai fait ? J’ai foncé à la FNAC me les acheter. Un achat judicieux, car durant plusieurs années, je me les refaisais religieusement chaque soir avant de dormir. Ce n’était quand même pas super pratique à cause du son du cor à chaque lancement d’épisode. J’aurais tellement adoré avoir une option permettant d’enchaîner les épisodes sans le générique.

Bref, la suite a été moins glorieuse. J’avoue avoir beaucoup moins accroché quand Alexandre Astier a décidé de partir sur des notes moins comiques. Quoiqu’il en soit, j’attendais le film avec très grande impatience et ai lancé le visionnage avec un espoir : celui de retrouver le Kaamelott des origines. Le tout avec un souffle épique grâce au format cinématographique.

J’en ai gros

Pour le coup, ça a été la déception. Certes, la photographie est splendide, surtout sur la scène d’ouverture. Néanmoins, la mise en scène n’arrive jamais à accéder, ne serait-ce une seule seconde, à un niveau épique. C’est même assez navrant de voir seulement une dizaine de figurants. J’ai également regretté les plans très plan-plan. Parfois, Arthur pourrait être vraiment badass, mais le plan choisi casse le délire. En gros, on a un peu la réalisation des derniers Livres avec un chouia plus de budget. Rien de ouf, quoi. C’est dommage de ne pas avoir gardé le côté suggestif des premiers Livres afin de masquer le manque de pognon pour le genre.

Si au niveau de la réalisation, le budget ne se ressent pas. Par contre, au niveau du casting, y a du level. En effet, une belle partie des personnages de la série reviennent. Les compter donne le tournis. Naturellement, mis à part quelques personnages, c’est survolé en mode fan service. Évidemment, en tant que fan, je ne vais pas m’en plaindre. Mais, ça se fait pas mal au détriment de l’histoire.

Arthour ! On est fort… en sketch !

Parce que l’histoire, parlons-en, alors là, j’ai été choqué de voir à quel point le tout est facile (la confrontation finale est désolante tant elle est proche du ridicule). Aucune difficulté sur la route d’Arthur, aucune.

Il manque une fluidité dans la narration. J’ai plus l’impression de regarder une succession de sketchs montés ensemble plutôt qu’un film. C’est sévère, mais c’est ce que j’ai ressenti. D’autant plus qu’on se tape des flash-backs à l’intérêt proche du néant. Non seulement, ça casse le rythme mais ça n’apporte rien de plus par rapport au Livre VI de la série.

Heureusement, l’écriture d’Alexandre Astier est toujours jouissive, même si j’ai regretté le manque d’inspiration. En gros, il passe à la moulinette les moments cultes de la série. Surtout, au final, je n’ai ri qu’une seule fois. Lors du quiproquo classique entre Arthur et le duo Perceval/Karadoc avec l’histoire des 200 pas.

Par espérant qu’Astier mettra son doigt dans le cul du coq pour le prochain volet.

Conclusion

Ce Premier Volet ressemble plus à des retrouvailles avec des vieux potes où on se partage des beaux souvenirs plutôt qu’une véritable aventure épique. C’était sympa, mais j’en attendais nettement plus. Espérons que la barre sera mise plus haute pour le prochain volet.

+

  • Retrouver les personnages
  • Écriture d’Alexandre Astier

  • Côté épique totalement absent
  • Réalisation trop classique
  • Plus une succession de sketches qu’une véritable histoire
6/10

Pin It on Pinterest