Critique : High Score : L’âge d’or du gaming

Histoires d’âge d’or

Fiche

TitreHigh Score : L’âge d’or du gaming Titre VOHigh Score
Saison1 Nombre d’épisodes6
Date de sortie19 / 08 / 2020 Durée38 à 47 mn
GenreDocumentaire, Histoire ChaîneNetflix

Ce docu-série retrace l’histoire des plus célèbres jeux vidéo et donne la parole aux visionnaires qui ont donné naissance à ces univers et à leurs personnages.

Critique

J’avoue que j’ai bien eu les boules quand j’ai regardé le premier épisode des six proposés par High Score : L’âge d’or du gaming. Je ne sais pas pourquoi, mais je m’attendais à une série documentaire retraçant l’Histoire (avec un grand ‘h’) de l’âge d’or du jeu vidéo. Bon, techniquement, c’est le cas sauf que le procédé est plus particulier qu’un simple documentaire.

Je m’explique, car ça peut paraître obscur dit comme ça. En fait, il n’est pas question de raconter l’évolution des jeux vidéo au fil des années durant son âge d’or. Non, non, la série de Netflix propose plutôt plusieurs témoignages datant de cette époque. Par exemple, un développeur raconte la création du pire jeu vidéo de tous les temps. On a également un joueur narrant sa victoire lors d’une compétition. Mieux encore, un dirigeant de SEGA expliquant en cinq étapes comment renverser l’hégémonie de Nintendo.

Des hommes, des femmes et le jeu vidéo

Bref, plusieurs récits ayant la qualité d’être vraiment variés. Aucune histoire ne ressemble à une autre. Malheureusement, la qualité n’est pas égale. Quand John Romero raconte la création de Doom, j’ai été fasciné. Par contre, la plupart d’entre eux ont eu du mal à me captiver. Soit parce qu’ils ne sont pas intéressants, soit car trop superficielles. Le pire, c’est la femme décrivant comment elle a essayé de créer un jeu ce qui a fini par donner naissance à Sierra. Enfin, je crois. Ce n’était pas très clair. C’est con en plus, ça s’arrête au moment où ça devient intéressant.

Aussi, au final, ce sont des histoires d’un point de vue très subjectif. Comme si on nous contait une expérience personnelle ou professionnelle lors d’une soirée donc évidemment, celui derrière le récit se met en avant. J’imagine alors qu’il en profite pour déformer la réalité afin que ce soit captivant. Ainsi, ça vaut que ça vaut.

Par exemple, dans le premier épisode, on parle d’Atari et la création du pire jeu vidéo de tous les temps. À savoir l’adaptation d’E.T., l’extra-terrestre. Le développeur derrière le jeu explique comment il a réussi cet « exploit » de manière marrante, mais très superficielle. Dès lors, pour en savoir plus, il vaut mieux se tourner vers Atari: Game Over. En plus, il est en VOST sur YouTube donc aucune raison de passer à côté.

En tout cas, tout le long de la série, il y a un truc qui a toujours valu le coup. Ce sont les animations en pixel art ajoutées pour illustrer certains propos. Elles sont à l’image du générique, d’excellents moments. De vrais petits bijoux. La valeur ajoutée. La cerise sur le gâteau.

Par qui se demande quand ils vont faire un The Last Dance pour le jeu vidéo.

Conclusion

Attention, il ne s’agit pas ici de raconter l’histoire du jeu vidéo, mais plutôt partager des histoires diverses. Pas toujours égales, mais sublimées par d’excellentes animations en pixel art. Sympathique, mais m’ayant laissé sur ma faim.

+

  • Animations en pixel art
  • Certains récits sont intéressants…

  • … d’autres moins
  • Superficiel
7/10

Pin It on Pinterest