Critique : Game of Thrones – Saison 7

La perfection est touchée du doigt

Fiche

TitreGame of ThronesTitre VO
CréateursDavid Benioff, D. B. Weiss
ActeursPeter Dinklage, Nikolaj Coster-Waldau, Lena Headey, Emilia Clarke, Kit Harington, Aidan Gillen, Liam Cunningham, Sophie Turner, Nathalie Emmanuel, Rory McCann, Maisie Williams, Gwendoline Christie
Saison7Nombre d’épisodes7
Date de sortie16 / 07 / 2017Format55 mn
GenreAction, Aventure, Drame, FantastiqueChaîne:HBO

Avant de commencer la septième saison, il est indispensable de bien s’installer sous peine de tomber à la renverse devant tant de souffle épique.

Critique

Attention, cette critique contient des spoilers…

La claque. J’ai l’impression de radoter à chaque saison, mais c’est toujours prodigieux de voir à quel point le show ne cesse de progresser, année après année. L’envie de poursuivre l’aventure ne s’estompe toujours pas malgré le fait que nous entamions la septième année du jeu des trônes.

La sixième saison s’était achevée en fanfare avec une annonce : « Winter is here ». C’est à moitié vrai, car ce n’est seulement qu’à la fin de la saison actuelle que la neige tombe véritablement sur tout Westeros avec un final à faire pâlir le monument de Peter Jackson. C’est toute la folie de ce show. Sa grandeur. Être arrivé à un tel niveau qu’il rivalise avec Le Seigneur des Anneaux et trône au-dessus de toutes les autres œuvres d’heroic fantasy qu’elles soient pour la télévision ou le cinéma.

Quand Game of Thrones fixe Le Seigneur des Anneaux dans les yeux

Je n’aurais jamais cru que ce moment serait arrivé aussi vite. Ce jour où un show télévisé serait capable de multiplier les plans épiques à faire vibrer l’échine. En ce point, la série de David Benioff et D. B. Weiss n’a jamais arrêté de monter en puissance avant de connaître un sommet d’action avec l’épisode 9 de la saison 6, Battle of the Bastards, et un autre de narration avec le suivant, The Winds of Winter. Si à mes yeux, Battle of the Bastards reste LE sommet de l’action du show, cette septième saison nous a offert des batailles de malade qui le côtoyait. Quatre me viennent en tête : la bataille navale de Stormborn (épisode 2), la furieuse attaque de Daenerys Targaryen avec Drogon dans The Spoils of War (épisode 4), l’expédition encerclée par l’Armée des Morts dans Beyond the Wall (épisode 6) et l’impitoyable destruction du Mur par le Roi de la Nuit dans The Dragon and the Wolf (finale).

Tu vois… Quand je parlais de souffle épique.

Évidemment, les effets spéciaux sont parfois trop visibles notamment concernant les fonds verts et l’incrustation des dragons. Mais la majorité du temps, ils tiennent parfaitement la route et surtout, quelle générosité. Mention spéciale aux décors épiques. Particulièrement sur les deux derniers épisodes où la caméra surplombe Westeros afin de conférer à l’aventure une aura furieusement épique. On s’éloigne des guerres intestines (même si pas totalement, merci Cersei) pour embrayer vers une lutte manichéenne. J’avais envie de sortir une épée imaginaire d’un fourreau tout aussi chimérique pour me joindre à Jon Snow dans sa lutte contre l’Armée des Morts.

La fin du jeu, le début de la guerre

Au niveau du récit, le fait de s’être débarrassé ( 😛 ) d’un nombre incalculable de personnages secondaires permet de recentrer celui-ci sur la principale menace, l’Armée des Morts, et les personnages principaux. Dès lors, en déroule une narration plus fluide que jamais. Le dernier épisode a beau durer une heure vingt, je n’ai jamais envie que ça s’arrête. D’ailleurs, j’avais envie que la saison continue à l’infini.

Parmi mes coups de cœur de cette saison. Inévitablement, le couple du Dragon et du Loup (franchement, j’ai vibré pour l’histoire d’amour – j’ai vraiment eu l’impression que quelque chose se passait entre eux) figure en premier. J’ajoute aussi Pilou Asbæk (Hijacking, Ghost in the Shell – Euron Greyjoy) absolument génial en successeur de Ramsay Bolton. Sans oublier Arya Stark plus badass que jamais et la révélation sur le véritable statut de Jon Snow. J’ai beaucoup aimé aussi l’intrigue secondaire avec Theon Greyjoy. Son dialogue avec Jon dans le dernier épisode m’a foutu des frissons. Mais il y en a encore tellement de choses et en faire la liste se résumerait à raconter toute la saison…

Par avec la bouche grande ouverte (pas de blagues salaces, s’il vous plaît), le29 août 2017.

Quoi ?! On va peut-être devoir attendre deux ans avant la saison 8 ?

Conclusion

La saison de la maturité. Ma préféré. Il est fini le temps de jouer avec les chaises, la Grande Guerre a désormais commencé. Avec cette septième saison, Game of Thrones file au firmament des séries télévisées et surtout du genre heroic fantasy en regardant dans les yeux le chef d’œuvre de Peter Jackson, Le Seigneur des Anneaux.

+

  • Innombrable

  • Apparemment, il faudra peut-être attendre deux ans avant d’avoir droit à la huitième saison, va falloir mettre le paquet pour survivre jusque-là
10/10
Advertisements
A propos de l'auteur : (2941 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.