Critique : Frank

Quand Michael Fassbender chope la grosse tête

Fiche

Titre:Frank
Réalisateur(s):Lenny Abrahamson
Scénariste(s):Jon Ronson, Peter Straughan
Acteurs:Domhnall Gleeson, Scoot McNairy, Maggie Gyllenhaal, Michael Fassbender
Titre original:Date de sortie:04 / 02 / 2015
Pays:Royaume-Uni, Irlande, États-UnisBudget:
Genre:Comédie, Drame, MusicalDurée:1h 35

Jon, un musicien en devenir, rejoint un groupe de pop excentrique, dont le leader déjanté s’appelle Frank.

Photo du film Frank
Attention, sur cette photo, un individu n’a pas toute sa tête.

Critique

Inspiré du personnage de Frank Sidebottom, pseudonyme employé par Christopher Mark Sieve pour cacher sa véritable identité en plus de l’utilisation d’une énorme tête, Frank raconte l’histoire de Jon fasciné par le leader du groupe Sonorfbps, Frank.

Derrière Frank se cache donc une histoire vraie qui a des échos modernes, je pense surtout aux Daft Punk. Le film de Lenny Abrahamson suit le jeune Jon, musicien qui n’arrive pas à trouver l’inspiration et qui est invité, par hasard, à rejoindre le groupe Sonorfbps. C’est alors qu’il découvre Frank, un individu qui cache son visage derrière une énorme tête en papier mâché dont le design est très semblable à celui de Frank Sidebottom, et ce, 24 heures sur 24, au point qu’aucun des membres du groupe n’a jamais vu son vrai visage. C’est le moment d’être bercé par un récit entre créativité, fascination et mystère.

Génies ou malades mentaux ?

J’ai apprécié le récit proposé, car il ne s’arrête pas au postulat de départ, mais livre le quotidien d’une bande de marginaux alors coupé du reste du monde pour pondre un album. On est alors partagé entre « ce sont des tarés ? » ou « ce sont des génies ? ». C’est ainsi que Jon (Domhnall Gleeson, encore impeccable) devient notre double. Lui qui est le seul à avoir un pied dans le « monde réel » via Twitter et YouTube.

Mais qui est donc Frank ?

L’intelligence du marketing est de ne pas faire de chichi avec l’identité de l’acteur qui joue Frank, Michael Fassbender qui livre d’ailleurs une performance monstrueuse, afin d’éviter qu’on passe notre temps à essayer de deviner qui est le bonhomme derrière la tête géante. Car, cela aurait comme conséquence d’être frustré à chaque fois que le récit s’en dérive. Or, on manquerait des choses intéressantes comme cette recherche de la notoriété et de créativité. Le final boucle d’ailleurs merveilleusement l’histoire sans faire de mélo. En bonus, soulignons les jolies performances de Maggie Gyllenhaal et Scoot McNairy.

Néanmoins, je regrette que Frank n’aille pas plus loin dans son sujet, se contentant de le survoler. Si les acteurs offrent de bonnes prestations, on les a déjà vus meilleurs ailleurs. Au final, on a une jolie histoire enrobée de mystère, mais dont la crème n’est pas assez savoureuse.

Par Christophe Menat, le .

Photo du film Frank
Qui irait vivre avec une bande pareille ?

Conclusion

Frank est un récit qui respire le mystère, un mystère fascinant au point qu’il devient difficile de ne pas vouloir découvrir le fin mot de l’histoire.

+

  • Frank, véritable objet de fascination
  • Acteurs solides

  • Pas assez approfondi
7/10

Pin It on Pinterest