Critique : Fast & Furious 6

Fast & Furious 6 Affiche
L’apothéose du Ride Or Die

Fiche

Titre:Fast & Furious 6
Réalisateur(s):Justin Lin
Scénariste(s):Chris Morgan, Gary Scott Thompson
Acteurs:Vin Diesel, Paul Walker, Dwayne Johnson, Michelle Rodriguez, Luke Evans, Gina Carano, Jordana Brewster, Gal Gadot, Sung Kang, Tyrese Gibson, Ludacris
Titre original:Date de sortie:22 mai 2013
Pays:États-UnisBudget:160 000 000 $
Genre:Action, ThrillerDurée:2h10

Dom, Brian et toute leur équipe, après le casse de Rio, ayant fait tomber un empire en empochant 100 millions de dollars, se sont dispersés aux quatre coins du globe. Mais l’incapacité de rentrer chez eux, et l’obligation de vivre en cavale permanente, laissent à leur vie le goût amer de l’inaccomplissement. Pendant ce temps Hobbs traque aux quatre coins du monde un groupe de chauff eurs mercenaires aux talents redoutables, dont le meneur, Shaw est secondé d’une de main de fer par l’amour que Dom croyait avoir perdu pour toujours : Letty. La seule façon d’arrêter leurs agissements est de les détrôner en surpassant leur réputation. Hobbs demande donc à Dom de rassembler son équipe de choc à Londres. En retour ? Ils seront tous graciés et pourront retourner auprès des leurs, afin de vivre une vie normale.

Fast & Furious 6 Photo
Une offre qu’il ne pourra pas refuser.

Critique

Douze ans après le premier Fast & Furious, nous accueillons encore un nouvel épisode de la franchise. A l’époque, il aurait été difficile de croire que cette saga aurait été capable de tenir six épisodes surtout en voyant la qualité du second. Toutefois, cette résurrection est l’œuvre d’un homme, Justin Lin, qui signe ici son meilleur épisode et de loin !

Présent depuis le troisième, sorti en catimini et finalement efficace (en dépit d’une histoire bof bof), le réalisateur américano-taïwanais a su s’améliorer d’épisode en épisode de sorte que tout ce que fait Fast & Furious 5, le sixième le fait en mieux. Une histoire mieux gérée (comprendre plus en retrait, moins lourde donc plus efficace), un humour encore plus dévastateur et de l’action à cent à l’heure qui ne se termine jamais et merci dieu (ou plutôt Lin) avec peu d’images de synthèse rendant les scènes encore plus spectaculaires.

« Tout ce que fait Fast & Furious 5, le sixième le fait en mieux. »

En regardant ce nouvel épisode du « Ride Or Die », j’ai beaucoup pensé à Avengers. Comme sur le film Marvel, on trouve une équipe énormissime avec en tête de proue The Rock (surnommé dans le film, à raison, le Thor samoan) et Vin Diesel auquel on ajoute la combattante MMA, Gina Carano, et un méchant avec beaucoup de classe, Luke Evans. Le tout avec toujours beaucoup d’humour et d’autodérision. Comme pour Avengers, cela a tendance à pénaliser le côté dramatique au profit du fun. On ne s’en plaindra pas car on s’en prend sans cesse plein la gueule avec un tas de « waouh » et d’envie d’applaudir (bon, je ne vais pas cacher que j’ai applaudi deux fois).

A noter que ce Fast & Furious permet de faire la liaison entre la saga et le troisième épisode (Fast and Furious: Tokyo Drift) :

Spoiler

Dans le troisième épisode, le personnage de Sung Kang, Han, mourrait or il apparaît dans tous les épisodes suivants. On en déduisait donc que le 4, 5 et 6 avaient lieu avant le 3 et c’est une bonne déduction car à la fin, nous pouvons voir un Jason Statham furieux tuer Han et menacer Torreto (qui a dit Une journée en enfer 2 pour Fast and Furious 7 ?). Hum, hum, ça promet beaucoup. Par ailleurs, le septième se posera à L.A. après s’être baladé un peu partout dans le monde.

Fast & Furious 6 Photo
On monte encore d’un cran. Cette fois-ci, nous sommes en sixième vitesse.

On soulignera les excellents combats de cet épisode mettant en avant les qualités de combattants de Joe Taslim déjà éblouissant dans The Raid et aussi ceux de Gina Carano dont la qualité technique était le seul point positif du mauvais Piégée sans oublier la montagne humaine Dwayne Johnson (d’ailleurs, je croise les doigts pour que Marvel lui donne la chance d’incarner Luke Cage, un personnage qui va lui aller comme un gant même s’il n’a pas les mêmes origines). En tout cas, j’ai pris un grand pied devant Fast & Furious 6 ce qui me fait penser que cet épisode est probablement le plus équilibré entre les scènes de combats et de courses même si on peut regretter des gunfights simplistes.

Tout de même, un petit bémol. Justin Lin a toujours autant de mal à étoffer le côté dramatique, à susciter de l’empathie pour ses personnages pourtant il y avait de la matière avec le couple Han/Gisele mais il semblerait que c’est un mal qui touche tous les films chorales voulant apporter un équilibre entre ses personnages (Avengers à part étant donné son avantage d’avoir eu des films introduisant chacun des personnages).

« On soulignera les excellents combats mettant en avant les qualités de combattants de Joe Taslim et Gina Carano sans oublier la montagne humaine Dwayne Johnson. »

Au niveau des déceptions, on peut regretter que le réalisateur Justin Lin quitte la saga avec cet épisode alors que le dernier sera bel et bien le 7. Quel dommage qu’il ne soit pas resté jusqu’au bout pour nous pondre LA conclusion de la saga. Au lieu de ça, ce sera à James « Insidious » Wan de le faire et on peut être dubitatif vu le peu d’expérience du bonhomme dans le domaine des vroom, vroom, badaboum, paf, paf, vroom.

Oh, j’ai failli oublier Michelle Rodriguez. Elle permet d’apporter un élément pas inintéressant et une petite tension dramatique même si l’issue ne fait aucun doute. Par contre, faut qu’elle arrête son regard de bad boy, ça fait longtemps que ça ne convainc plus personne. Une petite pensée pour la jolie brésilienne jetée aussi sec.

Pour l’anecdote à savoir, lors du tournage à Londres, The Rock a involontairement fait fuir des voleurs. En effet, ces derniers en train de gentiment cambrioler l’ont vu surgir équipé d’un gilet pare-balles, d’une arme au poing tout en étant en train de jouer une scène de course-poursuite. Bien évidemment, les voleurs ont été super effrayés et se sont enfuis comme Boule (de Bill) devant une baignoire. Les pauvres, j’espère qu’ils ont une bonne mutuelle, la facture du psy va coûter chère. D’ailleurs, ce Fast & Furious comporte aussi un élément cher aux 007 old-school, les gadgets. Je ne vous en dis pas plus mais j’ai trouvé ça sympa.

Fast & Furious 6 Photo
Le retour d’un mort. Et non, nous ne sommes pas dans un comic.

Conclusion

Fast & Furious 6 est sans hésiter le meilleur de la saga. Fun, drôle, jouissif, bourrin, autant de qualitatifs rendant hommage à ce condensé d’action non-stop.

+– The Rock quoi!
– spectaculaire et impressionnant
– une faible utilisation d’images de synthèse
– drôle
– un vrai bad guy depuis Toretto dans le premier, ça fait du bien
– chorégraphie des combats impeccable et violente
– la scène post-générique
– dramatiquement, ce n’est pas trop ça
Trophée8/10

Pin It on Pinterest