Critique : Doom Eternal: The Ancient Gods

Deux épisodes supplémentaires valant le don du sang

Fiche

Titre Doom Eternal: The Ancient Gods
Éditeur Bethesda Softworks Développeur id Software
Plate-forme PlayStation 4, PlayStation 5, Nintendo Switch, Xbox One, Xbox Series, Google Stadia, Microsoft Windows Date de sortie 18 / 03 / 2021
Testé sur PlayStation 5Game Genre FPS

Critique

Par principe, je n’achète pas de DLC pour un jeu, aussi bon, fut-il. Si j’agis ainsi, c’est que mon expérience n’a pas été vraiment satisfaisante avec ces contenus supplémentaires à la limite du foutage de gueule, exception faite des deux DLC pour The Witcher 3. Néanmoins, pour Doom Eternal, j’avais adoré le jeu de base et les deux épisodes supplémentaires formant la campagne The Ancient Gods me tentaient bien. Surtout qu’on me promettait une bonne durée de vie et une suite de la campagne principale.

L’histoire continue

Sur ce second point, on ne m’a pas menti. The Ancient Gods commence là où Doom Eternal s’est arrêté. Je n’en dis pas plus pour la surprise. Juste qu’on découvre le fin mot de l’histoire avec une vraie conclusion. Concernant la mise en scène, elle est du même acabit que la campagne principale avec un Doomguy toujours aussi classe.

Graphiquement, je ne vais pas vous faire l’affront d’en parler. On est sur un DLC. Par contre, le gameplay. Oh là là. Chose surprenante, The Ancient Gods, une extension standalone, ne prend même pas la peine de nous faire un petit didacticiel afin de se remettre dans le bain. Mes premiers pas ont été horriblement durs. Faut dire que même si tu as terminé le jeu, voilà un an, on te refout dans le jeu en considérant que tu viens tout juste de finir la campagne principale. L’enfer.

Heureusement, on peut parcourir le codex ou aller faire un petit didacticiel afin de se remettre dans le bain puis les réflexes reviennent naturellement et très rapidement, j’ai pris un pied monstre. Les deux épisodes de The Ancient Gods ajoutent également des nouveaux mécanismes et ennemis. Dans le deuxième épisode, il y en a un bien pénible (dans le bon sens) capable de te maudire. Il faut donc absolument le tuer le plus vite possible sous peine de mort. Comme si ça ne suffisait pas, on ne peut le tuer qu’avec une capacité spéciale.

La difficulté monte d’un cran, le fun aussi

Petite précision, le premier épisode de The Ancient Gods est très dur. Même en mode classique. J’ai dû invoquer l’armure sentinelle pour réussir à le finir. Le deuxième est plus raisonnable. Pour illustrer cette difficulté, t’as carrément droit à une arène avec deux maraudeurs. Cet ennemi ayant presque réussi l’exploit de me faire pleurer en solo. Si un, c’est l’enfer, deux, c’est quoi ?

Néanmoins, il y a une chose inchangée. Le cri de plaisir quand on arrive à finir une arène particulièrement coriace et ce fun : bordel, qu’est-ce que j’aime le gameplay ultra nerveux de Doom Eternal. J’ai beaucoup aimé le boss final également. Cerise sur le gâteau, la durée de vie est très solide, tournant autour de neuf heures.

Mon seul regret, c’est qu’alors l’histoire promettait un combat épique entre deux armées, on n’y a pas vraiment droit si ce n’est dans le décor, au loin. J’aurais kiffé me faufiler entre deux armées en plein combat. Mais bon, c’est compréhensible, car ça demanderait trop d’ajouts au moteur.

Par déjà prêt à y retourner.

Conclusion

Si tu as kiffé Doom Eternal, alors The Ancient Gods est un achat obligatoire. Ce DLC en deux épisodes avec une excellente durée de vie (autour de 9h) prolonge l’histoire de la campagne principale en allant encore plus loin dans le délire avec des ajouts d’ennemis et de capacités. Bref, un vrai plaisir de retourner en enfer.

+

  • Bonne durée de vie pour un DLC
  • L’histoire continue et a une fin
  • Ajouts au gameplay
  • Toujours aussi dur et nerveux

  • Pas de vrais combats entre deux armées durant le final
8/10

Pin It on Pinterest