Critique : Clouds

Parce qu’il faut croquer la vie

Fiche

Titre Clouds Titre VO
Réalisateur Justin Baldoni Scénariste Kara Holden
Acteurs Fin Argus, Sabrina Carpenter, Madison Iseman, Neve Campbell, Tom Everett Scott
Date de sortie16 / 10 / 2020 (Disney+) Durée2h 02
GenreBiopic, Drame, Musique Budget

Un jeune musicien mourant se tourne vers la musique pour profiter du temps qu’il lui reste.

Critique

Vu le sujet, il est clair qu’il faut se préparer à verser des larmes. Mais Marvelll, y est pas con. Il a sorti son paquet de mouchoirs avec un bol pour recueillir les larmes et surtout, ô grand surtout, il s’est préparé psychologiquement comme un dingue. Une grosse préparation à faire pâlir les plus grands sportifs de la planète. Il s’est regardé devant un miroir, s’est foutu des grandes claques dans la tronche en gueulant : « IL NE VA PAS PLEURER, le Marvelll. Il VA RETENIR SES LARMES jusqu’au générique de fin ! ».

Fin prêt, il s’est assis sur le canapé et a lancé Clouds.

Cinq minutes après, le drame

Énorme tacle par derrière. Une action digne d’un carton rouge. Pris par surprise, le Marvelll découvre avec stupeur une larme creuser un sillon le long de sa joue. Toute cette minutieuse préparation foutue en l’air. Clouds a été sans pitié avec lui. Il l’aura fait pleurer du début jusqu’à la fin, avec même une grosse crise durant le climax. Tu sais, le genre de crise où la morve pointe le bout de son nez. Bref, l’horreur…

Si Clouds fait autant chialer, c’est parce qu’il porte beaucoup d’émotions en son cœur. Des émotions fortes. Naturellement, de par son sujet de départ, il était évident que ça n’allait pas être un visionnage facile. À la manière de Nos Étoiles Contraires. Sauf que cette fois-ci, il s’agit d’une histoire vraie. Dès lors, il devient très dur de sortir l’argument « ce n’est qu’un film » pour se forger une carapace. Néanmoins, difficile de le rejeter car il n’est pas question de verser ici dans le misérabilisme. Au contraire, Clouds livre un message inspirant. Celui de vivre réellement notre unique vie.

Si la réalisation de Justin Baldoni demeure classique, avec tout de même quelques éclaircies notamment lors des passages musicaux, c’est pour mieux s’effacer devant ses acteurs qui portent les émotions de leurs personnages. Mention spéciale au duo Fin Argus & Sabrina Carpenter et à l’hilarant prof Milton.

L’histoire vraie

Histoire de compléter le film, voici le clip Clouds d’origine qui a été publié sur YouTube, il y a sept ans.

Au rayon anecdotes, on notera que le réalisateur du film, Justin Baldoni, a rencontré Zach Sobiech en réalisant le documentaire My Last Days dont on peut découvrir des extraits durant le générique final. Quant au scénario, il est basé sur le mémoire de la mère de Zach, Laura Sobiech (incarnée par Neve Campbell), Fly a Little Higher: How God Answered a Mom’s Small Prayer in a Big Way publié en 2014.

Par surpris en voyant qu’il s’agit d’une production de Warner Bros lors du générique.

Conclusion

Après avoir vu Clouds, Marvelll l’a ajouté dans sa liste des films qu’il ne reverra jamais car ça fait trop chialer. Aux côtés du Tombeau des Lucioles et La Ligne verte. Vous êtes prévenus !

+

  • Histoire vraie inspirante
  • Joli duo en tête d’affiche
  • Ça fait du bien de chialer…

  • … mais ça fait moins du bien de chialer autant
8/10

Pin It on Pinterest