Critique : 3 Billboards: Les Panneaux de la Vengeance

Bons baisers d’Ebbing

Fiche

Titre3 Billboards: Les Panneaux de la VengeanceTitre VOThree Billboards Outside Ebbing, Missouri
RéalisateurMartin McDonaghScénaristeMartin McDonagh
ActeursFrances McDormand, Woody Harrelson, Sam Rockwell, Caleb Landry Jones, Abbie Cornish, Lucas Hedges, Peter Dinklage, John Hawkes
Date de sortie17 / 01 / 2018Durée1h 55
GenreComédie, DrameBudget15 000 000 $

Après des mois sans que l’enquête sur la mort de sa fille ait avancé, Mildred Hayes prend les choses en main, affichant un message controversé visant le très respecté chef de la police sur trois grands panneaux à l’entrée de leur ville.

Critique

Pour signer mon grand retour au cinéma en 2018, j’ai voulu miser sur une valeur sûre. Quoi de mieux que le nouveau Martin McDonagh dont j’ai beaucoup aimé les deux premiers longs-métrages (Bons baisers de Bruges et 7 Psychopathes) ? En plus, le film a cartonné aux Golden Globes 2018 en repartant avec quatre prix. Ceux non-négligeables du meilleur film dramatique (après avoir vu le film, j’en suis surpris, pour moi, il est davantage une comédie), de la meilleure actrice dans un drame (Frances McDormand), du meilleur acteur dans un second rôle (Sam Rockwell) et du meilleur scénario.

Bons baisers de Bruges et 7 Psychopathes m’avaient surpris dans le bon sens en délivrant des personnages mémorables. Le tout avec des répliques fréquemment savoureuses. On retrouve ces éléments dans 3 Billboards: Les panneaux de la vengeance (quel mauvais titre français en passant). Néanmoins, le délire est moins présent et la partie dramatique davantage mise en avant. Le nouveau McDonagh réussissant même à délivrer quelques moments émouvants où la larmichette n’était pas loin chez moi.

3 Psychopathes dans le Missouri

Encore une fois, Martin McDonagh s’entoure d’un gros casting où on retrouve d’ailleurs pas mal d’acteurs de 7 Psychopathes : Abbie Cornish, Zeljko Ivanek, Sam Rockwell, et Woody Harrelson. Par contre, Frances McDormand a remplacé Colin Farrell en tant que premier rôle. Sans surprise, du moins pour ceux ayant déjà vu un film du réalisateur britannique, les acteurs sont excellents et leurs personnages réellement mémorables. Néanmoins, ils sont trois à vraiment sortir du lot : Frances McDormand, Sam Rockwell et Woody Harrelson. Chacun dans un registre surprenant. Surtout le Woody que j’ai plus l’habitude de voir en mec bourru un peu salaud sur les bords.

Si l’ensemble de l’aventure se suit agréablement et que j’ai ri assez souvent devant l’excellent humour noir, je regrette tout de même que ça n’aille pas plus loin que ça. Traduction, j’aurais bien aimé que ça parte un peu plus en couilles. Puis, surtout comment ne pas être déçu par la fin abrupte ? J’annonce directement, comme ça, la déception sera moindre.

Par un poil frustré, le19 janvier 2018.

Conclusion

Reparti des Golden Globes avec quatre prix majeurs, 3 Billboards: Les panneaux de la vengeance est un film dans la lignée des précédents travaux de Martin McDonagh. À savoir, composé d’une belle panoplie de personnages mémorables, d’un humour noir souvent drôle, de situations cocasses et de répliques savoureuses. En bref, ça se déguste comme un bon vin. Malgré tout, j’aurais bien aimé que le délire soit plus prononcé.

+

  • Humour noir tordant
  • Situations cocasses
  • Personnages mémorables et attachants

  • Délire pas assez poussé à mon goût
  • Fin abrupte
7/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2939 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.