Les chroniques de Coolson : Last Action Hero (1993)

Bonne année ! On va commencer par là, on n’est pas des bêtes ! Merci de me lire et de réagir à mes différents articles et merci à Mr Marvelll de me laisser faire le zouave sur son blog. Voilà, ça, c’est fait….

Je vous propose aujourd’hui de parler d’un film qui, malgré son casting, son réalisateur, sa fiche technique, ses caméos, ses références et son budget, a réalisé un colossal ratage au box-office, mais qui se doit d’être une bible pour tout fan de cinéma d’action. Alors, on enfile ses santiags, on prend son Desert Eagle et on met de côté le rangement de ses chaussettes.

Cette semaine, c’est Last Action Hero.

Le dernier héros d’action

Last Action Hero est un film américain sorti le 18 juin 1993 aux États-Unis et le 11 août de la même année au pays des cuisses de grenouilles. Il nous parle de Danny Madigan, interprété par Austin O’Brien, dont la carrière tient plus du caméo que d’un véritable emploi, qui vit seul avec sa maman et se réfugie quotidiennement dans un cinéma où il s’est lié d’amitié avec Nick le projectionniste.

Danny, grand fan de Jack Slater, une série de films d’action mettant en vedette Arnold Schwarzenegger, que je ne vous ferais pas l’affront de présenter ici tant ce Monsieur est une icône et oui, je l’aime d’amour, je ne serais donc pas objectif ! Danny donc, se voit offrir un ticket magique par Nick, lui permettant “d’entrer” dans les films. Au cours de la projection en avant-première de Jack Slater IV, il est projeté dans le film à l’arrière de la voiture de Jack et c’est là que le film devient dès lors une autocritique sur Hollywood et sur la façon dont sont montés les films, le renvoyant sans cesse à ses plus gros clichés. De Terminator à L’Arme Fatale, en passant par Basic Instinct ou Piège De Cristal, tout le monde y passe, sans jamais être malveillant, bien au contraire.

Avoue qu’y a de quoi se la prendre et se la mordre.

Le film est réalisé par John McTiernan qui, à défaut d’avoir une carrière prolifique, a surtout une carrière faite de films culte comme Predator, Piège De Cristal ou encore À La Poursuite D’Octobre Rouge. Il est aidé dans sa tâche par Shane Black au scénario. Ce dernier a écrit pas mal de films en compagnie de McTiernan et réalisé le clivant Iron Man 3 dernièrement. Michael Kamen, compositeur ultra prolifique à qui l’on doit un grand nombre de BO aisément reconnaissables des années 80 et 90. À défaut d’avoir un nom connu, on connaît au moins l’ampleur de son travail.

Un grand nombre d’artistes de Hard Rock et de Heavy Metal sont également présents sur la bande originale, tel que Megadeth, Def Leppard, Anthrax ou encore AC/DC qui a composé le titre Big Gun spécialement pour le film à la demande d’Arnold Alberschweizer.

Alors, c’est valable ?

Last Action Hero est un film satirique qui se moque de lui-même pendant les 2 h 10 de métrage et qui utilise à bon escient tous les codes, clichés du cinéma d’action des années 80 et 90.

Arnold Schopenhauer, alors dans son prime, n’hésite pas une seconde à se moquer de lui-même en utilisant toutes les références sur lesquelles on l’attend et, on ne va pas se mentir, il fallait une vraie paire de bollocks pour oser volontairement se moquer de la quasi-totalité de sa carrière. Mais c’est aussi pour ça que l’on aime Arnold Stefanrotenberg, il a de l’humour et ça se voit.

Je ne sais pas si ce film parlera à quelqu’un qui aime ce genre de cinéma autant qu’à quelqu’un que cela laisse froid, mais pour peu qu’on adhère et que l’on capte toutes les références alors, la vision du film devient dès lors une recherche permanente du petit clin d’œil, de la petite blagounette placée en arrière-plan. C’est une super comédie et un super film d’action. Le film étant une comédie d’action, ça m’a tout l’air d’être un pari réussi.

Pin It on Pinterest