Nick la critique : Black Panther

Uzuko ukuba isinyanya

Fiche

TitreBlack PantherTitre VO
RéalisateurRyan CooglerScénaristes Ryan Coogler, Joe Robert Cole
Acteurs Chadwick Boseman, Michael B. Jordan, Lupita Nyong’o, Danai Gurira, Martin Freeman, Daniel Kaluuya, Andy Serkis, Angela Bassett, Forest Whitaker, Letitia Wright, Winston Duke
Date de sortie14 / 02 / 2018Durée2h 15
GenreAction, Aventure, Science fictionBudget

Après les événements qui se sont déroulés dans Captain America : Civil War, T’Challa revient chez lui prendre sa place sur le trône du Wakanda, une nation africaine technologiquement très avancée. Mais lorsqu’un vieil ennemi resurgit, le courage de T’Challa est mis à rude épreuve, aussi bien en tant que souverain qu’en tant que Black Panther. Il se retrouve entraîné dans un conflit qui menace non seulement le destin du Wakanda, mais celui du monde entier…

Critique

Attention, cette critique contient des spoilers…

Avant de commencer à lire cet article, je t’invite à observer une minute de silence pour le décès du DCEU mort sur la croix des fans pécheurs. Si tu es fan de Batman, en lisant cet article, tu comprendras que sa carrière est foutue.

Rappel Historique

Photo de Huey P.Newton sur le siège de King en comparaison avec T'Challa

Photo de Huey P.Newton sur le siège de King en comparaison avec T’Challa.

Le « Black Panther Party » pour l’autodéfense est créé en octobre 1966 par Huey Newton et Bobby Seale.
S’inspirant de Malcolm « X », se réclamant également du marxisme et du maoïsme, les « Panthers » croient à l’existence d’une classe de travailleurs dont l’unité dépasse les barrières de la couleur et s’allient avec d’autres groupes ou organisations représentant les minorités et les organisations révolutionnaires blanches. Leur programme en 10 points comporte une série de revendications politiques et sociale et réclame le droit à l’autodéfense.
Les Black Panthers s’intéressent à l’histoire de l’Afrique et sont considéré comme un parti raciste noir qui n’aime pas les blancs. Le racisme anti-blanc est à prendre avec beaucoup d’humour quand on connaît le sort qui était réservé aux africains qui étaient tous des érudits et éminents scientifiques incluant des rois et des reines enchaînés dans des cales de bateaux négriers suite à des guerres de coalition européennes. Fouettés, mutilés et violés de l’enfant à l’adulte, coupés de leurs racines jusqu’à leurs noms d’origines.
Fred Hampton fonda la section « Black Panthers » de la ville de Chicago en 1968 à 20 ans. Charismatique et dévoué à la communauté noire de Chicago, il a mis en place des actions sociales telles que les petits-déjeuners et les soins médicaux gratuits pour les enfants défavorisés de la ville de Chicago. Exécuté dans son sommeil par le FBI dans le cadre du « Cointelpro » au cours de l’année 1969.

Hoover (1895-1972) était noir et n’avait visiblement pas l’esprit ouvert. Visiblement, c’était un chien dressé contre son peuple de concert avec le FBI. Hoover déclara que les « Panthers » représentaient « la plus grande menace existante pour la sécurité intérieure des Etats-Unis » ; Hoover fut l’un des hommes les plus puissants des Etats-Unis et fut président du FBI pendant 48 ans de mai 1924 jusqu’à sa mort le 2 mai 1972. Il fut craint de tous les présidents qui se succédèrent à la Maison Blanche pendant son règne. Hoover est mort et le Black Panther party existe toujours. Ça l’a visiblement tué.

Le Black Panther party influence le cinéma avec la Blaxploitation et notamment Bruce Lee qui travaille avec ses membres et développe ses arts martiaux grâce à l’échange culturel africain.

Le Black Panther party, c’est aussi et un peu l’univers de la musique rap en ciblant Tupac qui en est un des héritiers. On peut aussi qualifier Mickael Jackson de Panther et l’un des rares artistes à avoir représenté l’Égypte nègre et fervent défenseur de la liberté du peuple noir.
Le Black Panther party influence Paris avec la création des Black Dragons dans les années 80 qui luttent contre les violences d’anciens militaires néo nazi qui revenaient d’Afrique.

Le Black Panther party est une des sources d’inspiration africaine de Marvel qui crée un personnage de comics inspiré de ce parti. Black Panther apparaît pour la première fois en 1966 dans Fantastic Four #52–53 sous la plume de Stan Lee et Jack Kirby où le royaume secret africain le Wakanda est soumis à une série d’épreuves qui s’avèrent être en fait destinées à tester leur valeur. La nation du Wakanda tire sa richesse du fait qu’elle abrite un métal rare connu sous le nom de Vibranium.

Le Black Panther effect

Réunion de famille pas très agréable.

Malgré le fait que Black Panther soit une franchise Marvel Studios, il a dû traverser un petit désert. Car eh oui, le casting est 99% mélanoderme et 1% leucoderme. Ce qui est très bien en soi pour un peuple bâché depuis des siècles et qui récolte toutes les formes de négativités les plus improbables. C’est surprenant quand on sait que l’Afrique est le premier civilisateur de l’humanité tout entière et que si diverses couleurs ont prit forme, c’est grâce à la copulation de l’homme et la femme africaine même si certains peuples ne savent pas d’où ils viennent, ils ont tous du génome africain, mais ne sont pas tous africains surtout du fait de la cassure ancestrale qui a été provoqué par les guerres incessantes qui durent jusqu’à maintenant.
L’Afrique est un continent en guerre contre l’occident depuis plus de 10 siècles et aujourd’hui une période de trêve se met en place avec une production américaine avec des acteurs africains.
Beaucoup clament le fait que la presse ne voyait que très peu des personnages de super-héros africains dans les comics, mais en fait l’Afrique a toujours continué d’exister dans les comics surtout quand il s’agit de super-héros, il est fait mention de la mélanine à chaque fois.
L’Afrique est une source d’inspiration pour les comics tels que Marvel ou DC et elle aussi leur gagne-pain. Ça s’est vérifié avec les X-Men,.. et maintenant Black Panther.
L’Afrique sauve Marvel 20 ans plus tôt quand il avait été question de vendre les personnages en exploitation grand écran, la Fox confie à Wesley Snipes la mission salvatrice d’incarner un vampire raciste tueur de vampires albinos : Blade. Fort du succès salvateur, vont se lancer les X-Men et les studios Marvel puis le Cinematic Universe.
Il ne faut pas oublier Nick Fury qui est devenu noir et qui par la présence de Samuel Jackson suivi de Stellan Skarsgard puis Robert Downey Jr., le film Avengers a attiré plus de foule.
Marvel enchaîne les succès et malgré le fait de peser plus de 10 milliard se retrouve acculé avec des super-héros au scénarii répétitifs et des méchants un peu fade et des personnages mourant au bon vouloir du producteur. Marvel est très manichéen et les méchants doivent mourir, mais pas comme ça. Les gens se plaignent.

Marvel a conscience de ce défaut depuis longtemps et malgré tout, fait la com du Wakanda depuis très longtemps plus longtemps qu’Avengers. Kevin préparait le remède anti-rébarbatif en sortant la pilule Wakanda.
À peine sorti, le film connaît un succès phénoménal et un public cette fois majoritairement africain se déplace dans l’espoir de retrouver une fierté perdue.

C’est quoi la sauce à succès du Black Panther

Photo du casting.

Qu’est-ce qui donne tant de fierté d’être africain dans ce film. Pendant deux heures de film des africains ont le droit de porter leurs noms et prénoms d’origines. Chose qui était interdite pendant la razzia négrière d’où le fait qu’aujourd’hui beaucoup d’africains porte des noms européens; problème de paradigme.
On retrouve une Afrique noire, pacifique sans occupant européen avec une architecture africaine qui est la source d’inspiration et du vol par beaucoup d’architectes européens.
Des costumes traditionnels portés fièrement par les acteurs et un paradigme africain mettant en exergue le matriarcat.
Les acteurs sont à 100% de leurs capacités dû au fait qu’ils sont dans leur paradigme originel ce qui les rend plus légers et plus fluide dans leur jeu. Un esprit communautaire est entre eux pendant ce tournage et ça les maintient soudés quelque peu.
Les danses africaines explosent l’écran avec le gwara gwara (BP challenge), la culture vaudoue tradition ancestrale de l’Afrique est là et règne en maître.
Absence totale de religions abrahamiques “révélées”. Aucune trace de pollution et la faune et la flore sont en paix avec les bantu du Wakanda.
Absence de pauvreté et une société juste, car on ne voit pas un seul voleur ou une tentative de vol.
Absence de slave trade, une pratique faussement attribuée à l’Afrique par l’opération du saint esprit.
Absence du contrôle de caca du roi comme on faisait pour Louis XIV.
Absence de droit de cuissage typiquement européen.
La langue africaine xhosa est parlée avec l’anglais en maintenant un accent africain. On flirte avec l’authenticité.
La toute puissance de l’Afrique est mise en images sous les projecteurs d’une production américaine avec des africains.
Les relations homme/femme sont respectueuses de la tradition originelle. On ne connaît pas le féminisme ni le machisme propre à la culture occidentale.

Les personnages de Black Panther dans le Bountyland

Chadwick Boseman (T’Challa)

T’Challa (ou Inch allah) un personnage très mystique, prince héritier dû aux circonstances de la mort de son père que je trouve discutable après avoir vu les rites traditionnels appliqués au Wakanda.
C’est un homme plein de droiture et d’honneur prêt à tout pour protéger les intérêts du Wakanda. Wakanda qui n’a jamais été envahi par l’occident, car le pays demeure caché par les voies de la magie africaine ce qui est bien. T’Challa est le super héros Marvel bio car il possède en lui toutes les facultés requises pour être ce super-héros. Il est chargé en mélanine et est connecté avec le monde spirituel et il possède un totem en la personne de la panthère. Ces particularités font de lui le héros le plus puissant de tous les héros Marvel et le plus crédible. Il explique la raison du symbole de chaque super-héros. Il est certes puissant, mais pas forcément le plus malin. Il est aussi une balle dans le pied de Marvel car sa prestance dénonce la supercherie au sujet de l’acquisition de pouvoirs par certains super-héros. C’est très courant de voir des super-héros avec des pouvoirs et être cartésiens. T’Challa n’est rien de tous ceux-là. T’Challa est aussi la preuve que l’on ne naît pas roi comme en Europe, on le devient à travers une longue période d’initiation. Par contre, soit il connaît à peine l’histoire de son continent dans le film, soit il l’ignore et en tout cas, le king ne se sent pas concerné par le sort de l’Afrique. En gros, c’est un bounty. Pourquoi, c’est un bounty?

Michael B. Jordan (Erik Killmonger)

Erik Killmonger alias N’Jadaka, fils héritier du trône de Wakanda et cousin de T’Challa, vient au Wakanda pour se venger de la mort de son père et il est tellement aveuglé par la haine qu’il est prêt à tuer tous ceux qui s’opposent à sa vision. C’est un personnage qui revient de loin, de très loin. Pour le comprendre, il faut avoir étudié les guerres de coalition européennes en Afrique qui ont provoqué 800 millions de morts si on inclut les invasions arabes qui toutes ont conduit à une déshumanisation de l’africain et l’africaine père et mère porteurs de la civilisation soumis jusqu’à aujourd’hui au code noir. La séquence du musée de Londres dans la section consacrée au continent africain est très bien expliquée. Le dommage de ce musée, c’est l’absence de l’Égypte dans la même pièce. On dirait que c’est un accident géographique pour l’Europe. L’occident voleur qui connaît mieux l’Afrique que l’africain lui-même sous le couvert d’une aryenne directrice du musée (une référence à la conférence de Berlin). La souffrance qu’il possède en lui est justifiée. Mais le mécanisme de sa vengeance est démesuré. Il a tellement croisé des traîtres parmi les siens qu’il est prêt à tuer tout être qui s’oppose à lui, même sa go qui l’a trahi avec Klaue. Cette haine en lui l’empêche d’avoir les idées claires. Il est persuadé qu’il peut battre l’ennemi en utilisant ses méthodes contre lui. Il n’a pas lu le passage de la guerre froide celui-là. Ce qui fait de lui un bounty de première même si le désir de vengeance est justifié. Si je paraphrase Frantz Fanon qui dit ceci : “On n’humilie pas le peuple. Car si cela vient à se produire, les générations qui vont succéder vont se venger.” Killmonger est le reflet de cette vengeance. Vengeance aveugle qui le conduit à sa perte. Il déclenche à lui tout seul une guerre intestine du fait de sa formation militaire quelque peu abrutissante. Ces guerres intestines sont du même type que celles qu’ont provoqué les portugais quand ils ont attaqué l’Afrique pour obtenir des esclaves. Et il prétend connaître les méthodes de l’ennemi.

Le Wakanda dans toute sa splendeur.

Le Wakanda et sa capitale Birnin Zana. Très convoité pour son métal précieux le vibranium qui n’est autre que la mélanine. La mélanine coûte très cher dans les marchés financiers, soit 300 dollars le gramme contre 10 dollars le coltan. La mélanine, tu la retrouves partout, dans les fruits, les arbres, etc, et dans les antidépresseurs, et même ta crème solaire. À son arrivée, Killmonger expose un problème profond et de fond. Le conflit entre les sociétés secrètes africaines et le reste du peuple africain dans le monde. Quand on a attaqué l’Afrique, on s’en est d’abord pris au peuple afin d’atteindre les sociétés secrètes. Le Wakanda est le reflet le plus révélateur que toute l’Afrique n’a pas pu être envahie. Le Wakanda est caché de manière à préserver la culture africaine d’origine, mais aussi afin d’y préserver les secrets spirituels de l’Afrique les plus convoités, car si ces secrets tombent entre de mauvaises mains, on pourrait aller jusqu’à détruire des galaxies. Personne ne connaissait le Wakanda jusqu’à ce que le frère du roi précédent ne soit parti aux USA. La souffrance du peuple noir l’a révolté, mais l’a aussi rendu bounty. Il a trahi la localisation du Wakanda en vendant du vibranium à Klaue (dans le comic, c’est un peu différent : c’est T’Chaka qu donne le vibranium à Rogers pour son bouclier et Klaue vient ensuite). Le Wakanda est une synthèse de toutes les plus grandes civilisations africaines qui ont existé quand on étudie le concept architecturale. On y retrouve l’Égypte, le Soudan, le Mali et le Grand Zimbabwe, … Les danses rappellent la culture Massaï. Les vêtements traditionnels exit le wax. Les plateaux labiaux code esthétique issu des mursi et suri d’Éthiopie. Le rouge porté par la garde royale est inspiré des Massaï. L’écriture inspirée du nsibidi du Nigéria. On célèbre les ancêtres, c’est un rituel, pas une religion. La mort n’existe pas dans la philosophie africaine, on parle de voyage dans l’au-delà pour un retour sur terre. Le symbole X des bras croisés est souvent retrouvé dans les tombes des rois et reines égyptiens est utilisé pour retrouver ses ancêtres. Par contre, est à déplorer l’absence de la panthère dans le monde physique bien que représentée en égrégore. L’absence de zoo est un point fort, car en Afrique, on n’enferme pas les animaux. C’est une forme d’esclavage animalier. En Éthiopie, il était courant de voir les rois et reines traîner avec les lions sans laisse. On ne voit malheureusement pas les alocos, le mdolé…, si tu n’es pas content, va au resto africain le plus proche.

Danai Gurira (Okoye)

Okoye, la générale en chef des Dora Milaje du royaume et épouse de W’Kabi qui est une véritable guerrière et qui reflète la réalité africaine. Les femmes africaines dans l’histoire sont de redoutables guerrières. Elles sont féroces comme les hommes du fait de leur proximité avec leurs enfants. Okoye est la nostalgique Afrique qui connaissait des femmes douées en cuisine qui savaient aussi égorger le mouton. On ne connaît pas son âge véritable, mais elle servait déjà le roi précédent. Comme on dit : Black don’t crack. Okoyé est un personnage LGBT dans le comic, mais ce passage avec Ayo a été supprimé, car il ne reflétait aucunement les besoins du film. Et si cela sortait, ça n’aurait pas été cohérent, car l’homosexualité n’est pas propre au paradigme africain. Cela va en contradiction avec les bases matriarcales /prééminence de la mère mystiques. Son intégration est récente du fait des invasions. On est plus dans une logique de complémentarité homme-femme dans l’histoire de l’Afrique. L’Afrique, c’est plus de 200 civilisations qui y ont émergé. C’est très dur de devenir un homme et à plus forte raison d’être une femme. C’est aussi pour cela que les africains font beaucoup d’enfants. C’est une culture propre au continent.

Martin Freeman (Everett K. Ross)

Everett K. Ross est l’agent de la C.I.A qui remplace le S.H.I.E.L.D . Personnage raciste au même titre que Klaue, il incarne la parfaite dualité entre l’Afrique et l’occident. Il est insidieux. Il gère les Avengers et n’affectionne pas beaucoup T’Challa et pourtant est vibraniumophile. Il est toujours à vouloir faire le colon en voulant faire l’éducation des africains et ça ne marche pas de trop. Lui et Klaue ne sont pas du tout différent à ce sujet. Il est plus subtil, plus diplomate et il risque même sa vie pour sauver la princesse Nakia peu de temps après l’interrogatoire avec Klaue. Son comportement est suspect. Blessé, il arrive au Wakanda pour se soigner et se mêle déjà des affaires politiques du roi et devient son conseiller et sauve in extremis le Wakanda de son “compatriote” Killmonger qu’il connaît parfaitement bien. C’est le loup dans la bergerie. Il s’invite dans les rituels qui sont depuis lors maintenus secrets et qui protègent l’Afrique. Même Okoye s’oppose à ce qu’il soit au Wakanda pour éviter ce genre de situation. Ce genre de personnage s’est vu déjà dans le monde réel et c’est le même type qui a fait chuter le Black Panther Party. C’est le pompier pyromane un peu quand bien même j’affectionne cet acteur, il n’a pas le bon rôle ici. Son personnage amène à plein de rebondissements pour le Wakanda.
Si on raisonne par l’absurde, Ross est un Joker (The Dark Knight) . C’est le type qui débarque après la chute du Shield et qui subitement au moment de son apparition se mettent en place des coups montés que l’on n’avait pas vu venir. Ross veut à tout prix rentrer au Wakanda et se sert de Helmut Zemo pour fomenter l’assassinat du roi T’Chaka au cours des accords de Sokovie. Il a au préalable suivi le dossier de Killmonger de très près, et ce, depuis le début . Il deale secrètement avec Killmonger dont le père avait déjà dealé avec Klaue et Klaue deal avec Ross alors que Killmonger a sûrement infiltré la bande à Klaue. Il se sert de Killmonger qui ne pense qu’à se venger et le plus beau coup qu’il puisse faire, c’est d’enfermer Klaue dans un pauvre bureau de ville alors que pour Bucky la prison était bien plus barricadée que ça . Ross se serait pris une balle volontairement pour sauver une princesse à l’épreuve des balles. C’est comment. C’est ce que l’on appelle un complot trigonométrique. Killmonger tue Klaue et T’Challa tue Killmonger qui n’est autre qu’une victime collatérale et Ross reste en vie et mission accomplie le Wakanda est grillé.
Si mon hypothèse est juste, cela explique l’absence de Nick Fury dans les films précédents et ça présage un potentiel conflit entre les deux. Au-dessus du Shield, c’est l’armée et au-dessus de l’armée, c’est la CIA et au-dessus, il y a le Blog de Marvelll et tout au-dessus c’est le soleil. Le reste, tu fais à pied. Si tu croises la reine, fais demi-tour.
Cependant, la présence de Martin Freeman et Andy Serkis n’est peut-être pas le fruit du hasard quand on sait que tous deux ont participé au plus grand opus Lord of Rings de Tolkien qui lui-même s’est inspiré des africains et de leurs légendes pendant son séjour en Afrique du sud.

Winston Duke (M’Baku)

M’Baku flirte entre le Kongo et le Zulu dans son style. Il fait penser au général Shaka Zulu. Il vit dans le froid et n’en souffre pas du tout ; ce qui vient casser toute théorie selon le fait que la peau noire ne tient pas à la neige. C’est un traditionaliste pur. Il est plus à même de diriger le Wakanda, mais il perd le combat rituel dignement et reste roi de sa contrée Jabari dont le totem est le primate. C’est aussi un homme d’honneur. Quand ça pète au Wakanda, T’Challa qui est presque enfermé dans la technologie retourne vers la tradition pour combiner technologie et tradition pour reprendre son trône. M’Baku a surtout plein d’humour et c’est mon préféré. C’est en quelque sorte le seul vrai africain dans l’histoire tout à fait opposé aux bounties qui sont mis en avant dans le film. Il ne ménage pas Ross et c’est avec raison et il est le seul à le faire.

Lupita Nyong’o (Nakia)

Nakia, une espionne hors pair qui est aussi le grand amour de T’Challa est en fait une bounty de plus. Elle infiltre un groupe terroriste pour sauver les filles chibok. Ce qui montre que le Wakanda reste connecté aux problèmes liés au continent. Le retour de Killmonger l’affole, malgré le fait qu’elle connaisse la vérité sur lui. Elle veut faire un coup d’État pour protéger le Wakanda et essaie d’allier Okoye avec elle. Mais une fois de plus Okoye est raisonnable et dit non car fidèle à sa mission de préserver le royaume. Nakia veut juste venger son chéri déchu, l’Afrique, elle s’en fout. Cela fait d’elle une personne dangereuse pour le Wakanda. Elle est aussi espionne, mais a la langue pendue. Elle trahi le secret royal de T’Challa à Ross un européen d’Amérique de la CIA au Wakanda. Très bonne actrice, mais critiquée pour son coréen jugé robotique.

Letitia Wright (Shuri)

Shuri, la petite sœur de T’Challa, c’est le génie scientifique du royaume. Il est très courant parmi les Africains de voir émerger des génies très jeunes. C’est loin d’être une nouveauté de voir une femme au département scientifique. Pesechet et Merit-Ptah étaient déjà à la tête de départements scientifiques de l’Égypte antique. Les sciences viennent d’Afrique et quand les découvertes sont fait-maison, c’est plus authentique et plus durable. La preuve en est avec internet, la lumière, ton téléphone, ta voiture, ton train, ton ascenseur,… Inventés par des africains par exemple. Elle est un peu insolente et fun, passionnée de films américains et pourtant elle a l’air de bien connaître l’histoire obscure de l’Afrique et l’exprime quand elle croise Ross. Mais petit bémol chez elle qui fait que M’Baku se plaigne de son implication dans le département scientifique, c’est son aliénation quant à la tradition africaine qui est à l’origine des sciences. La magie et la science ont la même base spirituelle, et même Thor le dit à Jane dans son premier opus.

Angela Bassett (Ramonda)

Ramonda, la reine-mère et mère de T’Challa, a toute son importance. Elle perpétue sa mission de reine et règne avec son fils T’Challa. Son autorité est incontestée et sa coiffe bien que sortie par imprimante 3D pour le film montre sa grandeur. Ça peut arriver qu’avec leurs cheveux les rois et reines d’Afrique se forment une couronne sans avoir à porter de coiffe. Car les cheveux crépus sont les seuls types à aller à l’encontre de la gravité. C’est une force, car le cheveu est vu comme une antenne pour réceptionner les informations du soleil et des étoiles. Le cheveu crépu par sa forme spirale aurait inspiré la création de la bobine et l’ampoule longue durée. C’est aussi la forme du nombre d’or. La réaction de Okoye par rapport à la perruque n’est pas anodine car pendant l’esclavage on a forcé les africaines à se couvrir leurs cheveux du fait de la jalousie violente des femmes européennes qui perdaient leurs maris. Aujourd’hui c’est devenu une habitude. Après avoir perdu le trône, la mère ne porte plus sa couronne et porte des dreadlocks, coiffure très prisée par les rastafaris et beaucoup d’africains en général. Le dreadlocks représente la royauté perdue.Dans son cas, c’est peut-être la coiffe qu’elle cachait. Souvent, il est porté par instinct par les africains, car ils sont pour la plupart des descendants de rois et de reines. Mais c’est aussi un symbole de l’insoumission à l’impérialisme occidental du point de vue africain. Tout comme Jack Sparrow qui porte des dreadlocks et se révèle être l’histoire d’un célèbre pirate africain.

Les trucs bien et moins bien

Photo de Captain America: Civil War avec l’égrégore de la panthère.

Il faut se souvenir que Black Panther/Le cold tiger a fait ses débuts en tapant sur les Ku Klux Klan. Et ce film sort dans un contexte politique tendu aux USA concernant les liens du président actuel avec ce groupe.Cependant, aux États-Unis, son succès est spectaculaire, avec 403 millions de dollars de recettes en dix jours. Le film a réalisé le 5ème meilleur score de tous les temps pour son premier week-end, et le 4ème score pour son second week-end.
En France, le film est en tête du box-office depuis sa sortie, engrangeant 1,7 million d’entrées en douze jours, selon JP Box office.
La Chine a fait parler d’elle en cachant le visage de T’Challa voire même jusqu’à mettre Ross en tête d’affiche. Ils peuvent se permettre de tels écart, d’une du fait de leur ignorance concernant leurs ancêtres noirs bushmen tout droit d’Afrique du Sud en plus et surtout qu’ils n’ont pas la loi Jim Crow ouvertement écrite. Jugé comme un film avec trop de noirs, tout est noir, il n’y a plus d’espoir. Toutefois du fait de son épiderme mélaninée ça n’a pas empêché son succès atteignant les 720 millions de Yuan. Attention ! Ce sont des comportements politiques, le peuple quant à lui a très bien aimé le film et a tenu à réagir sur le web. Tout comme en Russie qui en a résulté d’un Black Panther Challenge.

Le soldat Ryan vient nous sauver

Photo du film Black Panther avec Ryan Coogler et Chadwick Boseman.

Ryan Coogler est un talentueux réal pour réussir un pari musclé comme Black Panther. C’est son troisième film et il fait déjà le milliard et le dépasse. Sa recette, c’est juste la rigueur dans sa réalisation. Il a coscénarisé le film avec Joe Robert Cole et a fait appel à KendriK Lamar un artiste engagé pour finaliser l’image par la musique. Il a dû voyager plusieurs fois au continent, notamment en Afrique du Sud. Faire 54 pays pour ce film, ce n’était pas nécessaire, car quand on va en Afrique et qu’on connaît bien le continent, on se rend compte que malgré les frontières coloniales, les traditions sont quasi les mêmes si on se réfère aux recherches du professeur historiographe Lascony. Tu manges aloco pareil, même les langues à quelques mots près, on peut éventuellement se comprendre. Cheikh Anta Diop l’a prouvé dans son livre Nation Nègre et Culture en comparant le Wolof avec le Medu Neter (Hiéroglyphes) et d’autres africains le diront. Jusqu’au créole ou médukam aux caraïbes on retrouve les similitudes frappantes.
Par ces voyages multiples, Ryan Coogler va à l’opposé des romans graphiques de Ta-Nehisi et Roxane Gay qui avaient développé une dimension plus LGBTQ au comic. On comprend l’agacement du lobby qui a vu son GPS tomber en panne lors de son survol du paysage Africain pour trouver le Wakanda.
Technologie quand tu nous tiens.
Ryan Coogler fait la passerelle entre la Corée et l’Amérique. Un possible clin d’œil à Paekché (Korée) de son ancien nom et n’hésite pas à faire intervenir des codes panafricain de Marcus Garvey. On retrouve la thèse et l’antithèse Malcom X/Martin Luther King à travers les personnages de T’Challa et N’Jadaka.
Ryan Coogler est un passionné de culture manga au point de retrouver des similitudes avec le costume de Killmonger à celui de Végéta de Dragon Ball Z (Merci Noir et Fière).
Au travers de ce film, il nous explique comment l’Afrique est tombée entre de mauvaises mains du fait de l’ignorance des rois et reines, pensant que tout le monde, il est beau, il est gentil. Il dépeint les méthodes utilisées pour infiltrer l’Afrique. Le réal ici, n’est pour personne et on sent bien que son héros est celui qui est le plus détendu M’Baku et son héroïne est Okoye. Par la présente, Coogler nous fait voir subtilement comment le caca de l’occident sent mauvais. T’as les narines bouchées en sortant. Tu comptes avec les cinq doigts de la main le temps qu’il te reste pour respirer. Il signe un coup de maître. Si on devait remplacer Heath Ledger en tant que Joker, je pense que Coogler ferait l’affaire.
Quand il fait un plan sur l’Afrique pour situer le Wakanda, l’Afrique est inversé de sens. Il profite de la venue N’Jadaka sur le trône pour faire un plan inversé pour remettre l’Afrique dans le bon sens.
Il y inscrit des codes que seuls ceux qui connaissent l’histoire du peuple noir peuvent décoder. Je remercie Noir et Fier pour ce petit décodage. Il fait référence à Marcus Garvey le premier président des États-Unis d’Afrique mort hélas dans d’étranges circonstances. Jusqu’à l’abolition de l’esclavage par les africains eux-mêmes, les noirs avaient le « luxe » de mourir dans d’atroces souffrances et après l’abolition, ils ont eu la « promotion » de mourir dans d’étranges circonstances juste parce qu’ils veulent libérer les leurs d’une crise suffocante.

La première scène de fin avec Ross est vraiment fortuite. T’Challa change sa façon de voir les choses après son expérience avec N’Jadaka et décide de s’occuper des africains du reste du monde en passant par la case ONU. La question pertinente du diplomate européen : qu’est-ce qu’un pays du tiers-monde peut apporter l’occident ? C’est très marrant comme question quand on sait que l’européen à l’âge des ténèbres était dans un état de pauvreté extrême sur beaucoup de plans. Ils voyaient une éclipse solaire, ils prenaient la fuite. Quand les africains ont apporté la patate en Europe, le peuple s’est ouvertement moqué. Aujourd’hui, ils veulent la frite.
La scène de fin avec Bucky est juste parfaite. Bucky est réveillé par des enfants et sort comme le Christ qui a perdu un bras après s’être branlé de trop. Cette séquence est un clin d’œil à l’entrée du Christiannisme en Afrique et la case d’où il sort est du même type que fabriquait les africains dans les eaux pour fuir les colons.

Par , le29 Mars 2018.

Conclusion

Black Panther a fait couler beaucoup d’encre. C’est peu surprenant. Car inconsciemment, les gens savent que l’Afrique est le Patron de la planète malgré le fait que les africains, pour la plupart, ignorent qu’ils sont les Patrons car volontairement coupés de leur histoire par leurs oppresseurs. Nous sommes tous descendants de nègres, et cela, du plus nègre au plus décoloré. Le mot nègre dans le paradigme africain veut dire Éminence d’après le professeur Bilolo. Si tu viens à mépriser plus foncé que toi, c’est que tu renies tes racines. Tu te coupes les chances de voir pousser quelque chose de plus beau en toi, une éminence. Le racisme institutionnel frustre le monde entier et ça se ressent à travers le passage de T’Challa à l’ONU qui est une organisation mondiale qui occupe l’Afrique. Le problème fondamental du raciste, c’est que la nuit, il rêve d’être noir et le jour quand il croise le soleil… Faut faire comme Martina Big. Elle a tout compris. Le Black Panther Party a inspiré le comic et continue toujours d’exister à travers plusieurs déclinaisons que l’on peut retrouver même en France. C’est une réalité parce que le code noir n’a jamais été abrogé tout comme la bulle papale de Nicolas V, donc le noir est toujours un bien meuble. Black Panther est venu donner un peu d’oxygène à cette partie du peuple de la planète qui a tout donné, mais aussi à qui on a tout prit. Le fait qu’il dépasse le milliard ne m’étonne peu, voire pas du tout. C’est le plus authentique de Marvel et ça change des films de voleurs en tête d’affiche et les pauvres flics qui les voient se faire la malle (Hurricane). Je recommande à tous ceux qui veulent comprendre l’histoire de l’Afrique d’aller voir ce film. Il y a beaucoup de codes africains, c’est normal. C’est un autre paradigme, mais ça vaut vraiment le détour.

+

  • Réalisation est très recherchée
  • Plans badass
  • Jeu d’acteur à son paroxysme
  • Scènes de combats bien maîtrisées

  • La 3D, au secours
  • Prix Bounty d’or de l’année décerné à T’Challa
9/10


Le best of challenges Gwara gwara :


Advertisements
A propos de l'auteur : (35 articles)

Comédien étudiant le théâtre à l'atelier de Caroline Rabaliatti à Fontenay-sous-Bois. Dessinateur, aussi. Il écrit des scénarii quand il peut le faire. Passionné de BD, il prépare la sienne.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.