Critique : USS Greyhound: La bataille de l’Atlantique

La bataille navale comme jamais vue

Fiche

TitreUSS Greyhound: La bataille de l’AtlantiqueTitre VOGreyhound
RéalisateurAaron SchneiderScénaristeTom Hanks
ActeursTom Hanks, Stephen Graham, Elisabeth Shue
Date de sortie10 / 07 / 2020 (Apple TV+)Durée1h 31
GenreAction, Drame, Histoire, GuerreBudget50 300 000 $

Le capitaine Ernest Krause (Tom Hanks) dirige une flotte internationale de 37 navires venant ravitailler en soldats et en vivres des forces alliées qui en manquent cruellement.

Critique

D’une salle vers une pomme

Ne sachant pas trop quoi regarder, je me suis dit que ce serait sympa de tester un peu Apple TV+ vu qu’il y a une semaine gratuite. Surtout, c’est l’occasion, car ils viennent de sortir un gros film avec Tom Hanks. En passant, pour l’histoire, il s’agit d’une production de Sony devant sortir l’année dernière. Finalement, il a été repoussé en juin de cette année avant qu’Apple ne profite du Covid pour l’acheter et le proposer sur son service de streaming. Y a pas à dire, 2020, c’est l’année de ces services.

Bref, USS Greyhound: La bataille de l’Atlantique, je l’ai lancé sans trop y croire. Ben ouais, quand un film fait le trajet du cinéma vers la VOD, c’est jamais bon signe, Covid ou pas. Pour le coup, ça a été une belle surprise. Déjà, avec seulement une heure et trente minutes devant lui, le long-métrage d’Aaron Schneider va droit à l’essentiel. Courte introduction du héros via une scène posant un contexte dramatique et place à l’action.

Immersion rapide dans la peau d’un capitaine

C’est ce qui m’a frappé dans Greyhound (je préfère ce titre à celui à rallonge choisi pour la France), c’est à quel point, on ne perd pas de temps. Aucune fioriture. On nous installe directement dans la peau du capitaine et hop, des sous-marins allemands, les terrifiants U-Boot, viennent chasser sa flotte. S’engage une longue bataille maritime avec pas mal de tension.

Premier truc génial, l’ensemble respire le réalisme accru. Même si certains faits ont été rajoutés pour une tension dramatique comme l’U-Boot qui vient pirater la radio du Greyhound pour augmenter le niveau de terreur parmi l’équipage. Peu importe, car au final, le reste est fascinant. J’ai découvert le fonctionnement d’un navire au temps de la Seconde Guerre mondiale. En effet, le film n’hésite jamais à rester technique. Aucune tentative de vulgarisation pour le grand public. Mais je rassure, ce n’est pas gênant, car l’image permet aisément de comprendre ce qui se passe.

Au final, j’ai vraiment eu l’impression d’être à bord du Greyhound. Car autre truc également bien vu, de toute la bataille, on ne quitte jamais le navire de Tom Hanks. Dès lors, il y a une petite tension psychologique qui s’est installé chez moi, car on ne sait pas ce qui se passe chez les allemands. Ces derniers deviennent alors des véritables prédateurs, dignes du Bruce des Dents de la Mer.

En plein cœur d’une bataille navale

Deuxième truc vraiment cool, le film est assez généreux en action. Alors, certes, les effets visuels ne sont pas toujours au rendez-vous à cause d’un budget pas top alors que le contexte particulier (on est en pleine mer quand même et le nombre de navires impliqué est conséquent) oblige à en utiliser pas mal.

Malgré tout, j’en ai vite fait l’impasse, car c’est tout simplement prenant. Comme on dit, quand on rentre dans l’histoire, on oublie facilement ce genre de défauts techniques. Au final, Greyhound propose des séquences assez spectaculaires. Mais surtout, il offre des batailles navales d’une lisibilité exemplaire et ça, c’est suffisamment rare de nos jours. En tout cas, je ne me rappelle pas d’un film qui m’ait plongé au cœur d’une telle bataille à un tel niveau. Rien que pour ça, c’est un grand oui pour moi.

Au final, son seul vrai défaut, qui, paradoxalement, est également sa qualité, demeure que s’attacher à une seule bataille l’empêche d’accéder à une envergure épique comme le faisait, par exemple, Il faut sauver le soldat Ryan. Pour l’anecdote, on notera un amusant dénouement similaire. Pour terminer, un truc m’a tué à la fin : lorsque j’ai découvert que c’est Tom Hanks qui a signé en solo le scénario.

Par qui dit chapeau à Apple.

Conclusion

En rachetant Greyhound à Sony pour le sortir sur sa plate-forme, Apple a frappé un grand coup, car il s’agit d’un excellent film de guerre dans un environnement rarement vu : l’océan.

+

  • Réalisme fascinant
  • Bataille navale du point de vue d’un capitaine
  • Action généreuse et avec du suspense

  • Effets spéciaux pas toujours au niveau
8/10

Pin It on Pinterest