Critique : The Tomorrow War

Edge of Troopers : Le Jugement Dernier des Mondes avec un Huitième Passager

Fiche

Titre The Tomorrow War Titre VO
Réalisateur Chris McKay Scénariste Zach Dean
Acteurs Chris Pratt, Yvonne Strahovski, J.K. Simmons, Betty Gilpin, Sam Richardson, Edwin Hodge
Date de sortie02 / 07 / 2021 (Amazon Prime Video) Durée2h 20
GenreAction, Aventure, Science fiction, Thriller Budget200 000 000 $

Le monde est stupéfait lorsqu’un groupe de voyageurs arrive du futur – précisément de l’année 2051 – pour délivrer un message urgent : dans 30 ans, l’Humanité va perdre une guerre d’envergure mondiale contre une espèce d’aliens meurtrière venue détruire notre civilisation. Le seul moyen de survivre à cette attaque extraterrestre est de faire transporter des soldats et civils du monde d’aujourd’hui trente ans plus tard pour lutter contre cette invasion alien. Parmi les recrues, Dan Forester, père de famille et professeur au lycée, est déterminé à sauver le monde pour l’avenir de sa fille.

Critique

Amazon a lâché pas mal de biftons pour acquérir The Tomorrow War auprès de la Paramount. Après 125 millions de dollars pour Un Prince à New-York 2, l’entreprise fondée par Jeff Bezos a carrément craqué et en a lâché 200 pour le film avec le beau-fils d’Arnold Schwarzenegger en tête d’affiche. Espérons quand même un meilleur résultat qu’avec la suite des aventures du prince Akeem.

De Robot Chicken à la Guerre de Demain

Le gros point qui m’intriguait, c’est de voir Chris McKay passer à la réalisation d’un film live, lui qui a fait ses armes sur la série Robot Chicken avant de devenir codirecteur de l’animation pour La Grande Aventure Lego (2014). Ça ne s’arrête pas là, il est ensuite devenu réalisateur de son premier film avec Lego Batman, le film (2017) tout en étant producteur pour Lego Ninjago, le film (2017) et La Grande Aventure Lego 2 (2019) avant de récupérer la casquette de scénariste pour Le Voyage du Docteur Dolittle (2020). Avec The Tomorrow War, il atteint le sommet de la chaîne alimentaire en devenant réalisateur d’un film live. Bref, l’histoire d’un mec ayant su passer par toutes les étapes avant de réussir à planter son drapeau en haut de la montagne.

The Tomorrow War est un film cool. Malgré ses deux heures et vingt minutes, je n’ai pas senti le temps passer. À la place, j’ai presque eu l’impression d’avoir deux films pour le prix d’un. En fait, c’est même plus que ça, c’est comme avoir un melting-pot géant de tous les films du genre science-fiction avec des bêbêtes sacrément méchantes. L’ultime (et improbable) crossover. Je pourrais citer des noms, mais ça vient naturellement tant c’est flagrant. En plus, le titre de la critique est là pour ça. Indice, il y a 5 films.

Du coup, on ne peut pas crier à l’originalité malgré un pitch de départ plutôt marrant. Emmener des soldats dans le futur pour sauver le futur plutôt que de nous faire l’inverse. Par contre, le déroulement de l’histoire, une fois le contexte assimilé, demeure malheureusement assez prévisible. Pire, sa dernière partie touche au ridicule. Entre l’intervention what the fuckienne d’un « expert » et un combat final où Chris Pratt semble s’être transformé en Gardien de la Galaxie, j’étais pas loin de me demander si on m’avait changé de film.

L’amour de la guerre bourrine

Il y a aussi quelques détails m’ayant fait tiquer durant le déroulement de l’histoire. Comme le fait de ne jamais voir les soldats en train de recharger malgré les litres et les litres de balles vidés. Ou encore, voir que les armes n’aient pas évoluées malgré trente ans. Hey, mais si ça se trouve, c’est ça l’évolution. Des simples chargeurs, mais contenant un million de balles.

Malgré tout, je me suis bien amusé avec The Tomorrow War. Déjà, l’action est sacrément fun. J’ai adoré la séquence où ils tentent d’emprisonner un alien (même si j’ai pensé très, très fort à Starship Troopers – merde, j’avais dit que je ne donnerais pas de nom…). En fait, Chris McKay se révèle diablement efficace dans l’action. Ça bourrine diablement fort. On sent les conséquences de chaque tir sur les monstres à la manière du film culte de Paul Verhoeven. Ces monstres ont d’ailleurs un look plutôt efficace en étant moche et badass comme il faut.

Rayon spectacle donné par les effets spéciaux, par contre, là, c’est le yoyo. Autant certains plans sont à tomber par terre (l’un des derniers plans d’Yvonne Strahovski ou le coup du mec à fond sur son lance-flamme pendant qu’un hélicoptère fait presque un looping en arrière-plan), autant il y a des fonds verts absolument dégueulasses. Mention spéciale à la dernière partie. M’enfin bon, ça reste plutôt positif dans l’ensemble.

Point positif supplémentaire : l’émotion. La jolie prestation du duo Chris Pratt et Yvonne Strahovski a réussi à m’arracher quelques petites larmes.

C’est quoi ce bordel avec le temps ?

Attention partie avec spoiler

Petite partie spoiler pour parler de cette histoire de voyage dans le temps. Comme expliqué par l’un des scientifiques, le voyage dans le temps du film se déroule de façon linéaire. Cela signifie que nous ne sommes pas dans une boucle fermée, mais bien dans un déroulement linéaire en forme de boucle (un peu comme si on écrivait une ligne entière de « L » minuscule, calligraphié et collé).

Ainsi, chaque voyage dans le temps du héros fait avancer les événements. À chaque voyage, le futur change. Comme le futur change, le passé (du moins, la période entre l’arrivée des visiteurs du futur et le présent du futur – ça va, tu suis ?) change aussi jusqu’à la fin de cette guerre. Par contre, impossible de dire combien de fois la boucle temporelle a eu lieu. Comme pour Un jour sans fin.

Par toujours avec ce plan de malade, celui avec Strahovski, en tête.

Conclusion

Piochant beaucoup trop chez les références du genre pour se révéler vraiment original, The Tomorrow War a au moins le mérite d’être un divertissement diablement efficace. Un bon kif.

+

  • Scènes d’action efficace lorgnant sur Starship Troopers
  • Joyeux melting-pot
  • Duo Chris Pratt/Yvonne Strahovski

  • Dernière partie un peu en trop malgré Tortue Géniale
  • Collant beaucoup trop près de ses modèles pour s’en démarquer
7/10

Pin It on Pinterest