Critique : The Authority Volume 2

Les précurseurs des super-héros modernes
Éditeur:Wildstorm
Scénariste(s):Mark Millar (Old Man Logan)
Dessinateur(s):Frank Quitely (New X-Men), Arthur Adams, Chris Weston, Gary Erskine
Coloriste(s):David Baron
Prix:30 eurosAlbum VO :The Authority Volume 1 : 13-20, 22, 27-29
Éditeur:Panini ComicsCollection:Wildstorm Deluxe
Date de sortie:21 septembre 2011Genre:Action, Drame, Science-fiction, Thriller
Orchestrée par le scénariste superstar Mark Millar (Kick-Ass, Ultimates, Civil War) et le dessinateur Frank Quitely (All Star Superman), cette épopée provocante et passionnante suit l’équipe d’Authority des sommets de la popularité jusqu’au fond du gouffre. Wildstorm deluxe : The Authority 2 contient la deuxième saison d’un des comics les plus importants et les plus plébiscités du nouveau millénaire, une saga-culte qui a redéfini le genre super-héroïque.

Cette fois-ci, Mark Millar et Frank Quitely prennent la suite du duo Ellis/Hitch qui a fait fureur avec le premier volume et déjà les premiers critiques pleuvent. En jetant un bref coup d’œil sur le sommaire, on se rend compte que Frank Quitely n’a pas dessiné tous les épisodes de cette saison du coup, certains épisodes sont amoindris qualitativement parlant parce que ses remplaçants sont bien loin d’avoir son génie et déjà qu’il a du mal à approcher du niveau de Bryan Hitch dont chaque planche respire le travail et le soin du détails. Frank Quitely n’avait tout simplement pas pu tenir la cadence et dû céder sa place pour tenir le rythme. Quoiqu’il en soit, c’est vraiment dommage. Aussi quelques épisodes sont passés à la trappe. Sûrement considérés comme bouche-trou mais de toute façon, ne gêne aucunement la lecture.

Avant de passer à Mark Millar, faisons un bref constat sur le travail de Frank Quitely. Je l’avais déjà vu à l’œuvre sur All Star Superman et sur New X-Men et la première chose qu’on reconnaît chez lui, c’est les visages de ses persos. Un style tout simplement inimitable qui fait que tous ses personnages à quelques exceptions près ressemblent à des mamies. Sur cet album, il fait du très bon travail. S’il n’arrive bien sûr jamais à égaler Bryan Hitch qui de toute façon avait mis la barre très (trop ?) haut. Il s’en distingue en s’attachant davantage à ses personnages et avec un cadrage plus simpliste (pas de plans de destructions étalés sur deux planches accolées. Deux artistes différents pour deux visions différentes sur un même univers.

Passons à l’écriture, je préfère nettement le style de Millar à celui d’Ellis, il arrive mieux à faire ressortir la personnalité de ses personnages et gère à la perfection un sens du rythme et du twist qui fait qu’on reste accroché à ses albums jusqu’à la fin de l’histoire. Ellis, lui avait tendance à laisser Hitch exprimer son talent avec des immenses fresques du coup l’enjeu dramatique et l’attachement aux personnages étaient amoindris. C’est un peu la confrontation entre le style blockbuster qui défonce tout (Transformers 3) et celui limite indépendant qui n’oublie jamais ses personnages (X-Men Le Commencement/Kick Ass). Chacun sa préférence mais au final, les deux conviennent parfaitement. Mais Millar a un style qui fait que tout le monde peut mourir à n’importe quel moment du coup, préparez-vous à une grosse surprise arrivée à un peu plus de la moitié de l’album: un gros choc!

A noter un épisode hilarant où The Authority affronte des clones même pas masqués des Vengeurs. Énorme! Et une belle pique (sachant que Wildstorm fait partie de DC).

Un deuxième volume toujours aussi réussi mais plombé par un défaut qui l’empêche d’être parfait. Le dessin n’est pas assuré seulement par le dessinateur principal du coup, on dispose d’une différence de qualité qui fait que certains épisodes sont nettement en retrait (c’est un peu comme si vous avez un film d’action filmé par James Cameron dont par moments, on laisserait la caméra à un réalisateur de séries TV).

Note : 7/10

PS: je me suis renseigné sur les numéros manquants. Ils tournaient principalement autour de l’équipe qui remplace celle d’origine. Plutôt inintéressant dans l’ensemble, apparemment.

PS2: Cet album marque la fin du premier volume de The Authority. Actuellement aux States, ils en sont à la quatrième diffusé aussi en France. Je vais essayer de me le procurer. Tant pis si je saute deux volumes.

The-Authority

Pin It on Pinterest