Critique : Sherlock – Saison 3

#HeIsAlive

Fiche

Titre: Sherlock
Créateur(s): ,
Showrunner(s):
Acteurs: , ,
Guest-stars:
Titre original: Saison:
3
Pays: Royaume-Uni Nombre d’épisodes: 3
Genre: Action, Aventure, Drame, Policier Format: 90 mn
Diffusion d’origine: 1 janvier 2014 Chaîne:

Les aventures de Sherlock Holmes et de son acolyte de toujours, le docteur Watson, sont transposées au XXIème siècle…

Critique

Sherlock nous avait laissés sur une image forte. Un des cliffhangers les plus mémorables de l’univers des séries. Mais des tweets ont commencé à jaillir partout sur le web signifiant le retour du détective le plus classe du monde.

Les producteurs de la série doivent être heureux. Depuis la saison 2, ses deux stars ont connu une exposition planétaire et sont devenus des stars internationales. Benedict Cumberbatch est devenu le Khan de Star Trek et Martin Freeman tout simplement Bilbon Sacquet. Là où beaucoup auraient délaissé l’univers des séries pour se consacrer pleinement au cinéma, ces deux-là continuent toujours avec Sherlock. C’est une preuve que quelque chose se passe avec cette série, qu’elle n’est pas comme les autres. Certes, on peut aussi dire que le faible nombre d’épisodes (trois seulement) permet d’avoir plus de temps libre, mais s’arrêter là serait réducteur.

Si la série Sherlock avait connu deux excellentes premières saisons, elle atteint son apogée avec celui-ci. Le premier épisode est le plus mauvais du lot tout en restant d’une excellente qualité (un bon 8/10). C’est dire le niveau des épisodes 2 (The Sign of Three) et 3 (His Last Vow).

The Sign of Three est jubilatoire. Il peut se présenter comme un crossover entre une comédie romantique à l’anglaise et l’univers du détective cousin du Sheldon de The Big Bang Theory. Une fusion inattendue donnant un épisode hallucinant et très drôle (j’insiste sur le « très »). Benedict Cumberbatch y fait des merveilles (son discours de témoin m’a ému aux larmes) et il est, comme toujours, aidé par son fidèle comparse prêt à rajouter la petite touche qui va bien. Le genre d’épisodes que je pourrais revoir plusieurs fois dans ma vie.

Sherlock est de retour. Bien vivant !

His Last Vow amène une confrontation entre Sherlock Holmes et le nouveau méchant de la saison incarné par Lars Mikkelsen (frère de). Un nouveau génie du mal ! Un méchant que j’ai adoré détester. Surtout cet épisode offre un twist « what’s the fucking fuck ! ». J’ai été littéralement sur le cul (ma copine me demandait ce qu’il se passait, ne pouvant y croire). Je n’en reviens pas du génie machiavélique des scénaristes. Et puis, ces derniers ne s’arrêtent pas là. Ils offrent aussi un cliffhanger de folie pour clôturer la saison 3. Inutile de vous préciser que la saison 4 est déjà prévue, et tant mieux, les séries de ce niveau ne courent pas les rues.

D’ailleurs dans His Last Vow, un twist amène une séquence complètement folle (Sherlock tente de survivre) mêlant, avec brio, réalisation inspirée et performances mémorables des acteurs. Le genre de scène dont on se souvient toute une vie et témoignant de l’excellent niveau de la réalisation tout au long de la série. On sent une mise en scène dynamique et inspirée, n’hésitant pas à employer des moyens peu conventionnels pour illustrer les propos du scénario.

Parmi les grosses nouveautés de cette saison, on peut compter sur un nouveau personnage, Mary Morstan incarnée par Amanda Abbington, la fiancée de John Watson. Cette dernière amène beaucoup de peps au duo qui finit par se transformer en merveilleux trio. Et puis, il fallait bien un peu de féminités dans ce monde. Pour l’anecdote, Amanda Abbington est la compagne de Martin Freeman depuis 2000 et ils ont eu deux enfants ensemble. Voilà ce qui explique cette alchimie si palpable.

Conclusion

Sherlock Holmes signe son retour avec une trilogie de téléfilms d’un niveau ébouriffant. Un show délicieux à regarder car mêlant tous les ingrédients pour passer un bon moment : humour, suspense, émotions et surprises.
+ – Très drôle
– Deux épisodes au sommet
– Les acteurs
– La nouvelle, Amanda Abbington
– Les twists
– La réalisation
– Le premier épisode pas au niveau des deux suivants (je chipote)
Trophée10/10

Sherlock saison 3

Pin It on Pinterest