Critique : Match retour

Rocky Balboa vs Jake LaMotta

Fiche

TitreMatch retour
RéalisateurPeter Segal
ScénaristesTim Kelleher, Rodney Rothman
ActeursSylvester Stallone, Robert De Niro, Kevin Hart, Alan Arkin, Kim Basinger, Jon Bernthal
Titre original:Grudge MatchDate de sortie:22 janvier 2014
Pays:États-UnisBudget:40 000 000 $
Genre:Comédie, SportDurée:1h 53

Henry « Razor » Sharp et Billy « The Kid » McDonnen sont deux boxeurs de Pittsburgh propulsés sous le feu des projecteurs grâce à leur rivalité ancestrale. Chacun a eu l’occasion de battre son adversaire à l’époque de sa gloire, mais en 1983, alors qu’ils s’apprêtaient à disputer un troisième match décisif, Razor a soudain annoncé qu’il arrêtait la boxe : sans explication, il a ainsi brutalement mis fin à leur carrière à tous les deux. Trente ans plus tard, le promoteur de boxe Dante Slate Jr., y voyant une occasion de gagner beaucoup d’argent, leur fait une offre irrésistible : monter sur le ring pour obtenir leur revanche une bonne fois pour toutes.

Match retour Photo

– Hé Sly, je viens de faire dans mon froc. On peut reporter le combat à plus tard ? – Mais Rob, y a quarante mille personnes qui nous attendent…

Critique

Match retour a fait un énorme buzz avant même qu’une image du film ne soit diffusée, il faut dire que c’était tout simplement un combat fantasmé entre deux monstres sacrés du cinéma, mondialement connu pour avoir incarné des boxeurs emblématiques, le fictif Rocky Balboa (Sylvester Stallone), néanmoins inspiré du boxeur Chuck Wepner dont le combat contre Mohamed Ali a servi de modèle pour le premier Rocky, et le vrai Jake LaMotta (Robert De Niro dans le culte Raging Bull). Alors, c’est qui le plus fort, Rocky ou Jake ?

Bien évidemment, comme vous vous en doutez, Match Retour ne va pas répondre à cette question, mais plutôt s’orienter vers une joyeuse comédie lorgnant de très près sur le scénario de Rocky Balboa (magnifique chant du cygne de l’étalon italien). Ainsi, les deux personnages ont un caractère très proche des boxeurs illustres qu’ont incarné leurs interprètes, rendant les choses davantage jouissives.

Qui n’a jamais rêvé de voir Rocky combattre Jake ?

Pas de surprise dans ce long-métrage qui se cantonne à remplir son cahier de charges, mais qui le fait plutôt bien. Ainsi, je me suis pas mal marré (Alan Arkin cabotine un max) et ai été un peu ému (la surprenante séquence de déclaration d’amour du Kid envers son fils). Les acteurs se démerdent plutôt bien. Sylvester Stallone fait du Stallone comique, traduire : du pince-sans-rire. Robert De Niro se déchaine et prouve encore une fois qu’il sait tout jouer (en plus, il n’a pas un rôle facile, il joue un salaud, mais est tout de même capable de te ravir le cœur, un génie, point). Y a Kevin Hart qui est apparemment l’acteur comique qui monte à Hollywood, mouais, il ne m’a pas fait beaucoup rire (on dirait du sous-Eddie Murphy). Par contre, un cœur avec les doigts pour Kim Basinger toujours aussi sexy malgré ses soixante ans.

Match retour Photo

– Oui, toi, quelle est ta question ? – Pourquoi Zlatan ne joue pas dans le film ?

Déception pour le combat final qui aurait dû être la cerise sur le gâteau comme quoi, ce n’est pas si évident de capitaliser les enjeux. De quoi être encore plus admiratif devant le Rocky Balboa de Stallone. Le gros problème du combat final réside dans la nature du long-métrage. On est ici dans une comédie donc on sait d’avance comment ça va finir. On peut aussi reprocher à Peter Segal une réalisation peu inspirée. Fort heureusement, auparavant le film a offert une séquence jouissive où les deux héros se cassent la gueule en pleine séance de motion capture.

Cœur avec les doigts pour Kim Basinger, soixante ans et toujours aussi sexy.

Carton jaune pour celui qui joue le fils de Jon Bernthal (le Shane de Walking Dead) dans le film, faut dire, il casse un peu l’ambiance. Quand il proclame ses répliques, il surjoue tellement que j’étais un peu gêné. Encore plus quand on voit les acteurs qui ne peuvent pas s’empêcher de sourire du style : « Oh, c’est mignon. C’est mal joué, mais c’est mignon quand même. ». M’enfin, au moins, il nous offre une amusante séquence où il décide de prendre la voiture en solo. N’empêche tout mon corps s’est écrié : « Rendez-moi Macaulay Culkin ou Dakota Goyo ! ».

Attention à ne pas manquer l’hilarante scène du générique de fin avec deux guest stars surprise. La chute est tout simplement parfaite.

Match retour Photo

« Oui Robert, cet entrainement est essentiel si tu veux pouvoir survivre à une attaque des zombies. »

Conclusion

Match retour est un crossover sympathique entre deux monstres sacrés de la boxe cinématographique. Ni plus, ni moins, bref juste ce qu’il faut pour qu’on ressorte du film avec un sourire.

+– Rocky vs LaMotta
– Plutôt drôle
– Combat final décevant
– Le gamin, là
6/10
Publicités
A propos de l'auteur : (2787 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter ou Facebook.