Critique : Penny Dreadful – Saison 1

Poster Penny Dreadful Saison 1 Ethan
La Ligue des Gentlemen Chiants

Fiche

Titre:
Penny Dreadful
Créateur(s):John Logan
Acteurs:Reeve Carney, Timothy Dalton, Eva Green, Josh Hartnett, Rory Kinnear, Billie Piper, Danny Sapani, Harry Treadaway
Titre original:Saison:1
Pays:États-UnisNombre d’épisodes:8
Genre:Drame, HorreurFormat:60 mn
Diffusion d’origine:11 mai 2014Chaîne:Showtime
Dans le Londres de l’époque Victorienne, Vanessa Ives, une jeune femme puissante aux pouvoirs hypnotiques, allie ses forces à celles d’Ethan, un garçon rebelle et violent aux allures de cowboy, et de Sir Malcolm, un vieil homme riche aux ressources inépuisables. Ensemble, ils combattent un ennemi inconnu, presque invisible, qui ne semble pas humain et qui massacre la population…
Photo Penny Dreadful Saison 1
« Comment ça, c’est Sean Connery, le vrai James Bond ? Tu ne tiens donc plus à la vie ? »

Critique

Au-delà de son casting réussi avec un ancien, et accessoirement le moins aimé, James Bond (Timothy Dalton), une des James Bond Girl les plus mémorables (Eva Green, Casino Royale) sans oublier un has-been (Josh Hartnett qui ne cesse de multiplier les mauvais choix depuis quelques années), Penny Dreadful est surtout une création de John Logan. Ce nom ne vous dira peut-être rien, mais il s’agit du scénariste du dernier James Bond, et un des meilleurs (Skyfall). La série Penny Dreadful est décidément bénie par l’espion de Sa Majesté, car en plus, ça se passe à Londres !

Pour pitcher rapidement la série, il suffit de parler de La Ligue des Gentlemen Extraordinaires (où œuvrait aussi un autre James Bond, Sean Connery – non, mais là, il n’y a pas à péter, si James Bond apparaissait dans la série, je ne serais même pas surpris). Mais attention, si Penny Dreadful regroupe aussi des individualités extraordinaires comme le Dr Frankenstein ou Dorian Gray – je ne vous en dis pas plus pour vous laisser la surprise – il ne s’agit pas des mêmes personnages (à l’exception de Dorian Gray).

Au début, j’ai bien accroché, surtout que les vampires de la série me rappelaient pas mal ceux du Blade de Guillermo Del Toro. En plus, l’ambiance est formidable, pas étonnant vu comment le Londres Victorien est très puissant cinématographiquement parlant. Pour finir, on peut citer une écriture vraiment soignée (l’expérimenté et récompensé John Logan signe seul les scénarios de tous les épisodes de la saison). À noter aussi deux épisodes réalisés par J.A. Bayona, le réalisateur espagnol de L’orphelinat et The Impossible. Du haut niveau.

La série Penny Dreadful, c’est comme cette fille très attirante, mais tellement bavarde qu’on finit par s’en lasser.

Toutefois, une fois passé la surprise de la découverte, j’ai fini par commencer à m’ennuyer. L’intrigue évolue très lentement, John Logan préférant s’attacher à étoffer ses personnages surtout celui d’Eva Green, pourtant loin d’être la plus intéressante. Qu’on me dise que j’ai un problème avec l’actrice, d’accord, mais bon, je trouve qu’elle a toujours autant de mal à demeurer captivante. Pourtant, elle en fait des tonnes surtout lors des séquences de possession ou durant les épisodes des « origines » et de « l’exorcisme ». Pour ceux qui fantasment sur elle, je vous conseille de vous préparer mentalement avant de commencer car l’actrice s’y dévoile sous ses contours les moins gracieux, au point presque de passer pour une moche. Au moins, j’ai compris pourquoi l’actrice figeait autant son visage. Ce n’est pas un problème de chirurgie esthétique comme Nicole Kidman, mais plutôt dû au fait que dès qu’elle commence à illustrer des émotions, surtout ceux s’apparentant à la joie, elle s’enlaidit (elle a un horrible sourire, le genre qui fait pleurer les bébés).

Autre problème de Penny Dreadful, c’est qu’elle est trop bavarde. Ça m’horripile au plus haut point quand ce n’est pour rien dire, et ce, malgré des dialogues bien écrits (pour ne pas dire très littéraires). Parmi les héros du film, malheureusement, mis à part le James Bond, ils sont tous très caricaturaux (le docteur Frankenstein se révèle vite insupportable, Dorian Gray est saoulant au bout de cinq minutes). Quant à Josh Harnett, il est au cœur d’un gros raté. Le secret de son personnage ne laisse que peu de places au doute, on devine très rapidement qu’il est, mais seulement, ce n’est vraiment dévoilé qu’au dernier épisode de la série… Cherchez l’erreur.

PS : qu’est-ce qu’un Penny dreadful ? Il s’agit d’un genre littéraire très populaire dans l’Angleterre Victorien. Les Penny Dreadful (vendus 1 penny, d’où le nom) racontaient des histoires macabres et faisaient fureur auprès des adolescents. En bref, l’équivalent des comics et des mangas à l’heure actuelle.

Par Christophe Menat, le .

Photo Penny Dreadful Saison 1 Épisode 8
Dorian Gray est un très mauvais bricoleur, il a dû remplir ses murs de tableaux pour cacher ses trous.

Conclusion

J’avais beaucoup d’espoir pour Penny Dreadful, mais finalement cette première saison a beaucoup trop de problèmes pour que je considère la série comme étant majeure. Espérons que ça s’arrange avec la deuxième saison.

+– Un univers captivant
– Jolie photographie
La Ligue des Gentlemen Extraordinaires en série
– Bavard
– Personnages peu intéressants
– Intrigue aux abonnés absents durant la majeure partie de la saison
6/10

Pin It on Pinterest