Critique : Parks and Recreation – Saison 1 à 4

Vote for Knope

Fiche

Créateur:Greg Daniels, Michael Schur (The Office)
Acteurs (personnages):Amy Poehler (Leslie Knope), Nick Offerman (Ron Swanson), Aziz Ansari (Tom Haverford), Rashida Jones (Ann Perkins), Aubrey Plaza (April Ludgate), Chris Pratt (Andy Dwyer), Adam Scott (Ben Wyatt), Rob Lowe (Chris Traeger), Jim O’Heir (Jerry Gergich), Retta (Donna Meagle)
Pays:USAChaîne:NBC
Genre:ComédieFormat:22mn
Diffusion d’origine:09 avril 2009Nombre d’épisodes:6 (Saison 1), 24 (Saison 2), 16 (Saison 3), 22 (Saison 4)
Le quotidien des employés du département des parcs et loisirs de Pawnee.

Critique

Série qu’on pourrait qualifier de spin-off de The Office tant elles partagent de points communs dont une actrice, Rashida Jones. Prétendante de Jim dans The Office, elle devient un personnage à part entière dans Parks and Recreation. D’ailleurs, cette série était prévue à l’origine pour être un spin-off avant d’acquérir son autonomie.

De The Office, la nouvelle série de Greg Daniels (justement créateur du sitcom avec Steve Carell) et Michael Schur conserve le même type d’humour, c’est à dire en posant volontairement un cadre réaliste où seuls les personnages demeurent décalés et surtout une mise en scène façon documentaire où les personnages regardent la caméra (ce qui vaudra à Aubrey Plaza de nombreuses scènes très drôles) et de courtes interviews (souvent drôles).

Par contre, on quitte l’univers du bureau pour s’installer dans le service parcs et loisirs de Pawnee, on pénètre alors dans le monde des fonctionnaires ce qui offre une base solide de blagues tant les clichés sur ces hommes du gouvernement pullulent sans oublier un background historique hilarant impliquant des indiens et des blancs pour la ville de Pawnee.

Après une première saison test (six épisodes seulement), la série explose avec sa deuxième saison où elle s’affranchit de son modèle bureautique pour trouver son style. Sous l’égide de la grande Leslie Knope (le pendant féminin de Steve Carell et tout droit sortie du Saturday Night Live), la série multiplie les délires alors que The Office avait attendu un peu avant de franchir le pas. Surtout au terme de la troisième saison, on se débarrasse d’un personnage lourdingue, celui qui aurait dû être le Jim de Parks and Recreation pour en accueillir deux nouveaux bien plus dynamiques (Adam Scott et Rob Lowe).

Les personnages de Parks and Recreation sont moins nombreux que ceux de The Office mais alors qu’on pourrait croire à de simples ersatz, on en a des bien plus marqués et délirants. Ron Swanson explose de charisme en tant que chef de Leslie et dont le but final est de voir l’effondrement du gouvernement vu que pour lui les fonctionnaires ne servent à rien et sont des parasites. On peut aussi compter sur Aziz Ansari vu dans 30 minutes maximum, un personnage assez space dont les idées sont assez démentes et dont les improvisations face à la caméra donnent lieu à des répliques improbables. Il ne faut pas non plus oublier les personnages secondaires là pour dynamiter l’ensemble quand il le faut.

Toutefois, je réserve ma mention spéciale pour le couple le plus attachant des sitcoms (subjectif bien sûr): Aubrey Plaza et Chris Pratt. Longtemps on veut les voir ensemble. On n’en démord pas à chaque épisode et on croise les doigts à chacune des avancées de leur couple ou à chaque reculons tout en craignant le jour où ils sortiront ensemble (chez de nombreuses séries, c’est le début de la fin) mais même après cela, leurs attraits est toujours présents et le show remplace le début de cet amour par un autre permettant d’éviter de perdre un fil de fond conducteur (comme chez The Office par exemple).

J’ai complètement accroché à l’humour grâce à une Amy Poehler énorme et dont la voix fait déjà rire d’office (rien à voir avec la série). Les épisodes se multiplient et se ressemblent rarement, les scénaristes faisant preuve d’inventivités pour toujours réussir à capter l’attention du spectateur. La saison 4 est une grosse réussite grâce à une vraie campagne politique dont les joutes caricaturent bien les affres de la campagne. Pour l’anecdote, Amy Poehler est l’épouse à la ville de Will Arnett alias GOB (George Oscar Bluth) dans la série dont je vous ai vanté les mérites, Arrested Development. D’ailleurs la saison 4 ne va pas tarder à arriver.

Je tiens tout de même à préciser que la première saison est moyenne donc ne vous focalisez pas dessus.

Conclusion

Un énorme coup de cœur pour la série dérivée de The Office et réussissant même à dépasser son modèle. Incroyable mais vrai, c’est ça Parks and Recreation. Si vous êtes un fan de la série avec Steve Carell, vous savez ce qu’il vous reste à faire!

Saison 5 prévue pour la rentrée 2012.

+– Le casting est un sans faute sauf pour un personnage (qui saute à la fin de la deuxième saison)
– Ron Swanson
– Ron Swanson parce que c’est du même acabit que Chuck Norris
– Très drôle
– …
9/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2897 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.